• Il fallait s'y attendre. Après avoir fouillé Au fond du labo à gauche, titre de son premier livre qui nous éclairait sur des recherches quelque peu obscures, Edouard Launet nous entraîne Au fond du zoo à droite. Car en matière d'articles scientifiques, la zoologie n'a rien à envier aux autres sciences. Des thèmes aussi inattendus que l'ivresse de l'éléphant, la piqûre de l'ornithorynque, le libre-arbitre de la mouche ou l'hypertension de la girafe se révèlent riches d'arrière-plans métaphysiques.« Pour l'heure, l'homme (Homo sapiens) reste le seul animal qui s'essaie à écrire des livres sur les autres animaux. Cela ne lui confère aucun avantage évolutif particulier, mais la tâche l'occupe paisiblement. Cette nouvelle tentative sera, nous l'espérons, de nature à distraire quelques lecteurs. De toute manière, le résultat est destiné in fine à alimenter les larves de divers insectes papivores, auxquels nous souhaitons par avance bon appétit. » E. L.Edouard Launet a été ingénieur et journaliste scientifique avant de devenir reporter au service Culture du quotidien Libération.

  • Sorbonne plage

    Edouard Launet

    • Stock
    • 11 Mai 2016

    La presqu'île de l'Arcouest, entre Paimpol et l'île de Bréhat, est un joli coin de Bretagne qui a hérité dans les années 1930 des surnoms de « Sorbonne-Plage », « Fort-la-Science » ou encore « Presqu'île atomique ». C'était en effet le repaire de professeurs de la Sorbonne et de savants qui, chaque été pendant la première moitié du xxe siècle, venaient y séjourner avec leur famille. Le reste de l'année, les membres de ce phalanstère menaient ensemble à Paris de grands combats politiques et scientifiques : dreyfusisme, pacifisme, rationalisme, anti-fascisme... et recherche atomique. Dans les rangs de ce « groupe de l'Arcouest », rien moins que quatre prix Nobel : Marie Curie, Jean Perrin, Frédéric et Irène Joliot Curie, lesquels furent à deux doigts de prouver, juste avant le début de la Seconde Guerre mondiale, qu'une énergie formidable pouvait être extraite de l'infiniment petit pour être mise au service de l'humanité. Les bombardements d'Hiroshima et de Nagasaki en 1945 feront s'effondrer le rêve de ces idéalistes et sonneront la fin de la belle aventure humaniste de l'Arcouest, ainsi que celle de notre foi sans bornes en la science. Le narrateur de cet ouvrage, qui se confond presque avec son auteur, part à l'Arcouest pour tenter de comprendre les raisons de cet échec. Quelle fut la nature exacte de l'utopie qui a couvé dans cette matrice bretonne à partir de 1900 ? Sur quels ferments idéologiques a-t-elle poussé ? Et puis à quoi donc ces universitaires et chercheurs éminents employaient-ils leurs longues vacances au bord de la mer ? Quelles traces ont-ils laissées sur ce bout de Goëlo ? Au terme de son enquête, flâneuse et contemplative, le narrateur découvrira que la bombe d'Hiroshima était en fait une bombe à retardement, et les étés de l'Arcouest des étapes insouciantes vers une issue forcément fatale.

  • Après Au fond du labo à gauche et Viande froide cornichons, Edouard Launet consacre au sexe le troisième volet de sa trilogie scientifique. On ne s'en doute guère, en effet, mais certaines revues savantes sont plus chaudes que des vidéos classées X et détiennent des réponses inattendues à des questions que peu de gens ont osé poser. La longueur des jupes est-elle liée aux cours de la Bourse ? Peut-on mesurer l'intensité d'un orgasme avec un scanner ? Peut-on faire l'amour en apesanteur ? Au-delà des réponses factuelles (oui, on peut se fracturer le pénis), des anecdotes piquantes et des expressions consacrées ("coller des timbres à la cave", par exemple), force est de reconnaître que la plume bien taillée de l'auteur fait merveille sur ce terrain glissant. Edouard Launet a été ingénieur et journaliste scientifique avant de devenir reporter au service Culture du quotidien Libération.

  • Considérez deux titres d'articles récemment parus : " Pour se venger de sa mère, il tue son chat à coups de marteau " et " Étude expérimentale de l'embolie gazeuse par voie carotidienne chez le chat ". Dans les deux cas, le chat a passé un mauvais quart d'heure. Dans les deux cas, les faits se sont produits à Marseille, dans un quartier défavorisé de la ville pour l'un, à l'Institut de neurophysiologie et psychophysiologie pour l'autre. Le premier article est un fait divers, le second, de la science. Et si le premier chat est mort pour rien, les autres ont fait progresser la connaissance sur les embolies. Mais la différence est-elle aussi profonde qu'on le croit ? Afin de le savoir, pourquoi ne pas traiter le fait scientifique comme un fait divers, et – plus ardu – le fait divers comme un fait scientifique ? La presse offre bien des exemples :
    Physique : " Le présumé violeur se défend : "J'ai trébuché et je l'ai pénétrée par accident.' "
    Chimie : " Ils vendaient une potion magique capable de changer du papier ordinaire en billets de banque "
    Médecine : " Des radios du poumon de Marilyn Monroe adjugées 45 000 dollars dans une vente à Las Vegas "
    Ethnologie : " Il meurt en plein acte sexuel avec un épouvantail "
    Un panel de cas choisis avec saveur pour nous faire rire autant que réfléchir.
    Édouard Launet a été ingénieur et journaliste scientifique, notamment au service Culture du quotidien Libération. Il est cofondateur de la revue culturelle en ligne Délibéré et a déjà publié une dizaine d'ouvrages, dont ses succès au Seuil, Au fond du labo à gauche (2004), Viande froide cornichons (2006), Sexe machin (2007), Au fond du zoo à droite (2009).

  • La science étant beaucoup trop sérieuse pour qu'on la laisse aux savants, l'auteur de ce livre a courageusement entrepris d'éplucher la presse scientifique en quête de ce qu'il nomme la « science champagne ».
    Ayant appris les meilleures façons de se suicider avec des feux d'artifice, d'analyser aux rayons X de la barbe à papa et d'étudier scientifiquement l'odeur de la girafe, le lecteur pourra s'attaquer à des problèmes cruciaux dont la portée, trop souvent, lui échappe - un coup de foudre amoureux est-il décelable au scanner ? Un accélérateur de particules peut-il servir d'horaire des marées ? Une bretelle de soutien-gorge peut-elle ne pas glisser ? - pour finalement déboucher sur des faits que nous serions condamnés, sans la science, à ignorer : le pourcentage d'admissions aux urgences dû à des chutes de noix de coco est de 2,5 en Papouasie, et de 3,4 aux îles Salomon.

  • Le seigneur des îles

    Edouard Launet

    • Stock
    • 14 Mai 2014

    Cet ouvrage est un journal de bord. Le récit d´une croisière dans les îles de la Manche, de Chausey aux Anglonormandes en passant par des cailloux peu connus et presque déserts : les Minquiers, les Ecréhou, Jéthou, Herm, Brecqhou...
    Sur chacune de ces îles, Édouard Launet possède une maison : la maison de ses rêves. En revisitant ces rochers et ces domiciles d´élection, avec à bord les oeuvres complètes d´un guide appelé Victor Hugo, il plonge tête la première dans une passion qui l´habite depuis l´adolescence : l´Archipel de la Manche.
    Dans la grande tradition des écrivains voyageurs, de Nicolas Bouvier à Sylvain Tesson en passant par Bruce Chatwin, Édouard Launet nous offre ici un magnifique récit où la littérature fait bon ménage avec vocabulaire de marine, anecdotes historiques et exotiques, souvenirs personnels et sentimentaux. L´occasion aussi de découvrir un archipel extraordinaire si proche et pourtant quasi inconnu pour la plupart d´entre nous.

  • Secrets, mystères, dramaturgies, rites, mythologies, dingueries dun village gaulois légendaire et sa très étrange population.

  • Au fond du labo à gauche, le précédent livre d'Edouard Launet, révélait quelques trésors insoupçonnés de la littérature savante. Viande froide cornichons tend à prouver que les sciences médico-légales sont particulièrement riches. Comptes rendus de médecine légiste et Annales de criminologie évoquent ainsi une «mort par étouffement avec un poisson vivant» et un meurtre à la débiteuse à lames circulaires multiples. Du chasseur tué - au fusil - par son chien au suicide dans une voiture par étranglement à la ceinture de sécurité, ce nouveau recueil de chroniques est un hymne à l'ingéniosité humaine et un merveilleux exercice d'humour noir - genre pour lequel la littérature scientifique est vraiment une source intarissable.

empty