• Man Dlo

    Emile Eadie

    Dans la mythologie des Antilles, dans ce sacré recomposé où bestiaire fantastique et figures tutélaires des Ancêtres se côtoient, le mythème de Man Dlo occupe une place à part. Héritées des Afriques originelles, génies des forêts et des eaux, êtres surnaturels protecteurs et pourvoyeurs de grandes consciences, les Man Dlo sont Femmes. Cette féminité les rend mères, non seulement de l´ensemble de la communauté, si longue à trouver la densité heureuse de son rassemblement, mais aussi de chaque morceau, chaque arbuste, chaque puissance aquatique - faune ou flore - qui vit au coeur des règnes humides où commence l´immémoriale Vie.
    Émile Eadie, physicien mais aussi historien, spécialiste de l´Histoire des Antilles, ouvre ici la Porte des Allégories et rend un hommage constant, inquiet, questionnant et curieux, au mythe féminin qui sous-tend l´Homme. L´invention verbale, la constante vigilance à dire qu´il existe une visibilité - et une lisibilité - nègre du monde, mais aussi la confrontation de cette visibilité, cette lisibilité avec d´autres - Man Dlo ne rencontre-t-elle pas Gandhi ? - font de ce livre à la fois poétique et mythologique une puissante introduction créole au monde.
    (Extrait de la préface) Émile Eadie est né à Fort-de-France le 22 septembre 1935. Diplômé de l´ancienne Faculté des Sciences de Bordeaux, professeur de Sciences au Lycée Joseph Gaillard, à Fort-de-France, puis à l´École normale de la Martinique, docteur en Histoire des techniques puis en Histoire, il est l´auteur de nombreuses publications historiques. Des actes de colloques ont par ailleurs été publiés sous sa direction : La Route du sucre (Ibis rouge, 2000) et L´Esclavage de l´Africain en Amérique du XVIe au XIXe siècle : les Héritages (Presses universitaires de Perpignan, 2011).

  • De nombreux chercheurs ayant apporté leur contribution à l´histoire de la canne à sucre, donc à la connaissance de la route du sucre, ont permis d´établir que cette plante a fait l´objet d´une culture irriguée tant en inde, qu´en Perse et dans la Méditerranée. La première dissémination de la plante qui nous intéresse dans ces Actes coïncide avec l´installation de l´empire arabo-musulman.

    Les étapes de la Sicile, de Chypre et de Madère assurent une transition puisque la plante dans cette dernière est introduite dans un écosystème où elle n´a plus besoin d´être irriguée. Il convient également de noter que c´est la nation catholique portugaise qui organise la production de sucre de canne dans l´île de Madère au XIVe siècle.
    />
    A partir du XVIe siècle, l´extension de la religion catholique et l´implantation de la canne en Amérique vont de pair. Cette implantation détermine un ébranlement multidirectionnel avec comme résultat l´introduction de peuplements nègres et indiens dans les colonies à sucre des nations européennes (Espagne, Portugal, France, Angleterre, Hollande voire Danemark) régies par le Code noir, matrices des sociétés américaines actuelles.

    L´un des participants note : « un trait fondamental demeure : le rôle considérable joué par les juifs dans le développement de l´industrie sucrière dans le Nouveau Monde (Brésil, Antilles) et du commerce lointain aux XVIe et XVIIe siècles. Sans eux, les premiers colons européens ne seraient pas capables de fabriquer du sucre pour l´exportation et organiser leurs habitations. Il s´agit donc d´ouvrir un véritable débat gravitant autour de ces questions essentielles en restituant tout l´arrière-plan historique resté dans l´ombre ».

empty