• À première vue, gentillesse et compétitivité du monde du business semblent contradictoires, mais en réalité elles sont indissociables et accroissent même la productivité des entreprises.Et si ce dont nous avions le plus besoin était la gentillesse ?
    Malheureusement cette vertu est discréditée. Née dans la noblesse romaine, dénigrée dans le christianisme, réhabilitée à la Renaissance, elle s'étiole comme une fleur fanée dans la démocratie marchande.
    Emmanuel Jaffelin démonte les rouages de cette histoire contrariée, montre pourquoi, entre sagesse et sainteté, la gentillesse offre aux hommes une nouvelle manière de s'épanouir dans l'entreprise. En pratiquant la bienveillance au travail, les dirigeants gagnent en humanité et crédibilité et les salariés deviennent plus efficaces. Au delà de la richesse économique, cette bienveillance dans l'entreprise se propage dans les autres aspects de l'existence et produit une richesse morale, spirituelle et psychologique.

  • La gentillesse n'a pas dit son dernier mot... Emmanuel Jaffelin enseigne au lycée Lakanal de Sceaux. Il a animé de 2011 à 2013 un atelier de philosophie avec les détenus de longue peine au Quartier Maison Centrale de la prison de Sequedin et intervient désormais en entreprise pour faire entrer la gentillesse dans les Ressources Humaines. Et si ce dont nous avions le plus besoin était de la gentillesse ! Malheureusement cette vertu est discréditée. Née dans la noblesse romaine, dénigrée dans le christianisme, réhabilitée à la Renaissance, elle s'étiole comme une fleur fanée dans la démocratie marchande. Emmanuel Jaffelin démonte les rouages de cette histoire contrariée et montre pourquoi entre sagesse et sainteté, la gentillesse offre aux hommes une nouvelle manière de s'épanouir au quotidien et comment elle permet de changer son rapport à l'autre.

  • Comme si l'histoire avait pris le parti de la douceur contre la violence, la punition est méprisée, honnie, chassée de la famille et de l'école. Elle subsiste marginalement dans le sport (les pénalités) et dans la diplomatie, quand il s'agit de punir les

  • À l'âge adulte convient au minimum le scepticisme, au maximum l'athéisme.

    Une vie sans paradis, n'est-ce pas le début du courage ? À moins que...

empty