• La littérature a certes tous les droits, mais pas avec la justice : censure, propriété des manuscrits originaux, fiction à partir de personnages réels, nombre d'obstacles se dressent devant qui espère écrire et être publié. Dans une société en judiciarisation croissante, l'auteur ne peut plus échapper aux questions que lui pose le droit de l'édition. Cet ouvrage est un vade-mecum pour l'impétrant écrivain, le citoyen curieux des livres, l'étudiant ainsi que le praticien du droit, un outil de réflexion pratique et largement illustré d'exemples historiques.
    La méthode empruntée consiste à retracer tout le parcours de l'écrivain contemporain, aux prises avec les questions juridiques, depuis la reconnaissance de sa qualité d'auteur jusqu'aux litiges auxquels il peut être confronté.
    Dans ce guide de survie pour créateur en milieu inconnu, et parfois hostile, Emmanuel Pierrat, avocat et écrivain, évoque les enjeux juridiques des différentes phases de l'édition d'un ouvrage comme la conclusion du contrat, la rémunération de l'écrivain, les risques de diffamation, les adaptations de romans en films... et, en parallèle, la vie des gens du livres, qu'ils soient auteurs, traducteurs, éditeurs, libraires, critiques ou lecteurs. Autant de citoyens aux prises avec un objet fait de mots et de droit.

  • Ne pas croire n'est pas croire en rien. Dans une grande confession sur ses racines, y compris religieuses, l'avocat des lettres dit sa dette à l'égard de la foi perdue de son enfance, et professe son espérance. Bouleversant.
    Voici la confession d'un enfant du siècle sur l'impératif de la spiritualité au sein d'un monde en voie de déshumanisation. Se livrant comme jamais dans ce récit autobiographique, Emmanuel Pierrat revient sur son itinéraire qui fait écho à nombre de parcours contemporains.
    Comment a-t-il été cet enfant empli de foi qui a grandi au rythme des messes dominicales et des cours de catéchisme, et qui a servi l'autel auprès du curé qui lui a tant appris ? Pourquoi est-il devenu cet adulte se découvrant athée et recherchant la fraternité auprès de la maçonnerie, la sagesse dans diverses traditions anciennes ou lointaines, la paix dans une approche libre et ouverte de soi et des autres ? Mais, dès lors, à quelle éthique se fier ? À quelle espérance se confier ? En bref, à quel saint se vouer ?
    Avec brio et humour contre ce qu'il nomme " le blues de l'athée ", l'avocat des Lettres défend la redécouverte pacifiée de la verticalité et de l'altérité dans chaque moment de l'existence quotidienne. Avec style et inspiration, le président du PEN Club français s'applique à lui-même ce discernement, rouvrant pour ce faire l'Évangile.
    Une plaidoirie vivante et vibrante pour que l'amour de la culture réveille en nous ce culte de la joie qui nous vient d'ailleurs et qui ne cesse de nous convoquer au gré des tours et détours de notre destinée.

  • La justice pour les nuls

    Emmanuel Pierrat

    • First
    • 13 Février 2020


    " Nuls " n'est censé ignorer la loi !

    La justice, pour vous, c'est du chinois : vous pensez que le parquet est plus chic que la moquette, ou encore qu'une mise en demeure est une pendaison de crémaillère... Bref, vous êtes perdu dans le labyrinthe de la justice ! Pourtant, nous sommes tous des sujets de droit et il est impossible de l'ignorer plus longtemps. Cette nouvelle édition augmentée et à jour des dernières mesures législatives (loi relative à la procréation médicalement assistée, etc.) vous invite à découvrir les coulisses de la justice et ses multiples secrets de fabrication.
    Découvrez :
    * Les origines du droit
    * Les codes et le langage des acteurs de la justice
    /> * Les grands procès de l'histoire
    * Dix femmes de justice marquantes
    * Les grands disparus du monde du droit

  • Lors de son discours de Ouagadougou, le 28 novembre 2017, Emmanuel Macron a prôné une 'restitution' des oeuvres d'art africaines conservées par les musées français. Le terme semble présupposer que les oeuvres sont détenues illégalement. Le rapport confié par la suite à Bénédicte Savoy et à Felwine Sarr (Restituer le patrimoine africain : Vers une nouvelle éthique relationnelle) va résolument dans ce sens : toutes les oeuvres doivent être 'rendues' et il fixe pour cela un calendrier devant s'appliquer sans tarder. Si elles étaient suivies, les recommandations de ce rapport pourraient mettre la France, selon Emmanuel Pierrat, dans une situation intenable. Dans un texte documenté et combatif, ce grand connaisseur de l'art africain dresse un panorama complet de la question afin d'écarter les affirmations simplificatrices ou moralisatrices qui risquent d'entraver l'accès à la culture.

  • « Nul n'est censé ignorer la loi » rappelle un vieil adage. Chacun d'entre nous est en effet un sujet de droit, confronté quotidiennement dans sa vie courante à un enchaînement d'actes juridiques. Or, les règles de droit ne sortent pas de nulle part. Elles sont produites par un système institutionnel, qui diffère selon les pays, les époques, les croyances. De l'écriture des lois à leur application au sein des différents tribunaux, Emmanuel Pierrat nous éclaire avec brio sur l'organisation de la justice en France, ses acteurs, ses codes, ses symboles, offrant un panorama didactique et complet du système judiciaire français. Vous découvrirez également comment la société perçoit la justice, thème abondamment traité dans la littérature, le cinéma et les médias. D'autres sujets, plus délicats, sont abordés, comme la lenteur de la justice ou les erreurs judiciaires... Que vous soyez juriste chevronné, étudiant en droit ou simple citoyen curieux, cet ouvrage de vulgarisation intelligente, magnifi quement illustré, vous fera comprendre les notions complexes de cet univers aussi impressionnant que fascinant...

  • Du 17 août 1792 au 31 mai 1795, la salle des Libertés, au coeur du Palais de Justice de Paris, résonna du plus tragique des épisodes de la Révolution française. Sous l'autorité de l'Accusateur public, le tristement célèbre Fouquier-Tinville, le Tribunal révolutionnaire envoya à l'échafaud plus de 2 500 personnes.
    En s'appuyant sur les actes des procès, les journaux d'époque et les dossiers inédits de certains accusés, Emmanuel Pierrat livre le récit terrifiant de ces années de guerre civile. Sous sa plume, audience après audience, prennent vie les partisans d'un retour à la paix, les tenants d'une justice implacable, mais aussi les « traîtres ». Marie-Antoinette, Danton, Olympe de Gouges, Philippe Égalité, Madame Roland, Camille Desmoulins, Jean-Pierre Brissot, Saint-Just, Robespierre. Nombreux sont ceux qui sont passés du rang de juge au box des accusés.
    En plongeant au coeur de la machine judiciaire révolutionnaire, Emmanuel Pierrat dresse le portrait de ce Tribunal de la Terreur, miroir d'un pays « qui ne se réforme pas » mais se juge lui-même avec ardeur.
    Emmanuel Pierrat est avocat au barreau de Paris, ancien membre du Conseil national des Barreaux, ancien membre du Conseil de l'Ordre et écrivain. Il est également conservateur du musée du Barreau de Paris. Il est l'auteur de plus d'une centaine d'ouvrages juridiques, de romans, de livres sur l'art, etc. Il a notamment publié, chez Albin Michel, Les Francs-Maçons sous l'Occupation, entre Résistance et Collaboration (2016), chez First, La France des vaincus passe à la barre (2018), ou encore, chez Calmann-Lévy, Les Secrets de l'affaire « J'accuse !... » (2019).

  • « La franc-maçonnerie, institution essentiellement philanthropique, philosophique et progressive, a pour objet la recherche de la vérité, l'étude de la morale et la pratique de la solidarité ; elle travaille à l'amélioration matérielle et morale, au perfectionnement intellectuel et social de l'Humanité. Elle a pour principes la tolérance mutuelle, le respect des autres et de soi-même, la liberté absolue de conscience [...] Elle se refuse à toute affirmation dogmatique. Elle attache une importance fondamentale à la Laïcité. Elle a pour devise : Liberté, Égalité, Fraternité » : Par ces mots débute l'actuelle constitution du Grand Orient de France, obédience maçonnique fondée en 1773 par le duc de Montmorency-Luxembourg et comptant en 2018 plus de cinquante mille initiés. Il semble aisé, en confrontant cet idéal de liberté, d'égalité et de fraternité au pouvoir héréditaire dont jouit la monarchie, et à la notion de gouvernement de droit divin qui sous-tend sa tyrannie, de conclure que ces deux ordres sont profondément opposés et antagonistes. Pourtant, est-ce si simple ? Rien n'est moins sûr.

  • Il faut s'en alarmer : la culture est aujourd'hui attaquée dans tous ses territoires. Arts plastiques, littérature, cinéma, musique... Au nom des bonnes moeurs, de la lutte contre le racisme ou la souffrance animale et autres nobles causes, des ligues de vertu du troisième millénaire et des citoyens ordinaires manifestent, agissent auprès des élus, pétitionnent sur les réseaux sociaux, toujours pétris des meilleures intentions.
    Sous des prétextes apparemment légitimes, le principe de liberté d'expression, avec ses limites communément admises (racisme, antisémitisme...), subit d'incessants coups de boutoir. Il existe pourtant des solutions médianes, permettant de concilier le devoir de mémoire, le respect de l'égalité entre les citoyens, le droit des minorités, avec l'amour de l'art et de la liberté. La clé est sans doute dans la pédagogie, le développement d'appareils critiques repensés.
    Il est urgent d'analyser ce que cherche à imposer cette nouvelle morale en forme de censure, de dire par qui elle est pensée et activée, d'où elle vient, quels intérêts elle sert, de montrer ses limites et ses paradoxes. Nous devons préserver la culture de ces revendications qui fusent à la vitesse d'un tweet.
    Cet essai n'est ni un livre de droit, ni un pamphlet, ni un cours de morale. C'est un précis concret, pratique, illustré d'exemples,
    objectif autant que possible, destiné à tous ceux qui veulent comprendre ce mouvement, afin de les outiller intellectuellement pour défendre la liberté d'expression et la culture menacées.

  • Le 13  janvier 1898, Émile Zola publie dans L'Aurore son célèbre pamphlet «  J'accuse  ». Il s'en prend violemment à l'état-major qu'il accuse d'avoir injustement condamné le capitaine Alfred Dreyfus. Cet article, qui fait scandale, vaut à son auteur un procès devant la cour d'assises pour diffamation envers une autorité publique. Zola choisit pour le défendre un jeune avocat, Fernand Labori. C'est le début d'une amitié indéfectible qui fera vaciller la République. Le procès, qui se tient en février  1898, provoque une véritable émeute  : l'affaire Dreyfus devient alors publique et divise la France en deux camps opposés, «  dreyfusards  » contre «  antidreyfusards  », pendant plus de dix ans. Mais ce fut également une incroyable bataille juridique  : correspondances secrètes, collusion entre magistrats, politiques et militaires, pièces truquées, plaidoiries homériques, exil à Londres de l'écrivain, attentat contre Labori...
    À l'aide de documents d'archives essentiels, Emmanuel Pierrat nous entraîne dans les arcanes de ce feuilleton judiciaire et nous narre les rebondissements trépidants que connut cette affaire qui fit triompher la vérité et bouleversa la France.
     
    Emmanuel Pierrat est avocat, conservateur du musée du Barreau de Paris, romancier et essayiste. Il est l'auteur de plus de cent ouvrages juridiques, de romans, de récits historiques et de livres sur l'art.


  • " Un pays qui manque son épuration se prépare à manquer sa rénovation. "
    Albert Camus, 1945, Combat


    Dès les années 1940, avant même la libération de Paris et la fin de la Seconde Guerre mondiale, l'épineuse question de l'épuration s'impose : Comment sanctionner ceux qui ont collaboré avec l'Allemagne nazie ? La France se déchire entre les défenseurs du pardon et les partisans d'une justice punitive pour les soutiens de Vichy. Brossant un tableau de la France de l'après-guerre couvrant tous les milieux - intellectuels, politiques, ecclésiastiques, etc. - Emmanuel Pierrat dépeint ici un pays au bord de la rupture et analyse les tourments d'une société qui cherche à sortir d'une situation d'exception, violente et chaotique. Des femmes tondues aux lois d'amnistie en passant par les exécutions sommaires et les internements administratifs, ce livre nous fait revivre des années décisives à travers les destins de Pétain, Laval, Brasillach ou encore du constructeur automobile Louis Renault. S'appuyant sur de nombreuses sources judiciaires et journaux de l'époque, Emmanuel Pierrat nous plonge au coeur des désillusions, exécutions et reconstructions qui ont bouleversé la France pendant une décennie et qui entretiennent, encore aujourd'hui, de multiples tabous.

  • INGRÉDIENTS
    1 ÉTRANGE TRAFIQUANT DE NOURRITURES INTERDITES
    +
    1 AVOCAT GLOBE-TROTTEUR
    +
    1 PRISON EN KIRGHIZIE
    +
    QUELQUES NIDS D'HIRONDELLE
    +
    AUTANT DE RAVIOLIS UN PEU FADES
    +
    DES OEUFS CENTENAIRES À LA DOUZAINE
    =
    1 SUSPENSE GASTRONOMIQUE ET AMORAL JOYEUSEMENT ÉPICÉ

    « Sa quête avait bientôt tourné à l'obsession. Il avait même poussé la "conscience professionnelle " jusqu'à lister les produits les plus étranges qu'il avait pu avaler et ceux qu'il voulait essayer. Cinq siècles plus tôt, les conquistadores avaient, d'une certaine manière, ouvert la voie à ces curiosa nutritionnelles, puisqu'ils s'étaient régalés de tous les nouveaux aliments rencontrés durant leurs conquêtes. Ils étaient d'ailleurs repartis vers la vieille Europe avec la pomme de terre, la tomate, le maïs et bien d'autres découvertes gustatives. L'homme est, par essence, omnivore ».
    Et c'est ainsi qu'un avocat globe-trotteur se verra conter, dans une prison de la république de Kirghizie, l'incroyable aventure philosophique et gustative de Youri, mystérieux russo-vietnamien, ayant fait commerce des mets les plus rares.
    Insectes, nids d'hirondelle, fugu japonais, oeufs centenaires, pieds d'éléphant, petits singes... rien n'est impossible pour satisfaire une riche clientèle, avide de plats étonnants, interdits, bizarres. Jusqu'à une commande ultime...


  • La censure est depuis toujours le miroir de l'humanité et de nos peurs. Emmanuel Pierrat propose plus de 200 histoires de censure, connues et inconnues, françaises et internationales.

    La censure est, hélas, aussi éternelle qu'universelle : elle a condamné le philosophe grec Socrate à boire la mortelle ciguë pour avoir prôné la parole libre ; et les oeuvres de l'artiste contemporain Ai Wei-Wei sont traquées par les dizaines de milliers de fonctionnaires chinois sur les blogs et les réseaux sociaux.
    Dans ce Grand Livre de la censure, celle-ci est visitée au gré de ses différentes obsessions : les bonnes moeurs, la religion, la politique et le pouvoir, la préservation de la santé, le maintien de dogmes scientifiques, tout comme la lutte contre le " pacifisme ", la drogue, la sorcellerie ou encore le " socialement incorrect ".
    Aucun genre n'y a échappé : de la littérature à la chanson, cinéma aux arts plastiques, du théâtre à la presse, de la radio à la télévision, sans oublier les jeux vidéo ou internet. On croisera donc ici Ovide et les Beatles, Galilée et Darwin, Carmen et Lady Gaga, Goya et Tolkien, Rodin et les Frères Jacques, Albert Camus et Ai Wei-Wei, Voltaire et Picasso, Salman Rushdie et les Pussy Riot...
    Le grand livre de la censure raconte au lecteur un large choix d'affaires (près de deux cents...), anciennes ou contemporaines, franco-françaises ou au retentissement mondial, en mêlant les grands scandales qui ont marqué leur époque et d'autres interdictions moins connues, mais méritant d'être sorties de la discrétion ou de l'oubli.
    Car l'important est aussi de comprendre que la censure, inventive, perturbée par le pouvoir des mots et des images, est bel et bien, depuis toujours, le miroir de l'humanité et de nos peurs.

  • Des affaires incroyables et captivantes qui mettent en scène les célébrités du monde du cinéma, de la musique, de la politique, des affaires ou du sport.
    Stars à la barre nous fait revivre les grands procès autour de personnalités du monde entier, qu'elles soient accusées ou victimes, telles que Michael Jackson, Marlon Brando, Donald Trump, Johnny Hallyday, etc.
    Au total une vingtaine d'affaires de stars qui sont retracées, depuis leurs origines jusqu'au verdict ; en passant par les péripéties de l'enquête et, surtout, les rebondissements de procès forcément à sensation... Coups de théâtre, preuves douteuses, acharnements policiers, délits " de sale gueule ", lynchages dans les journaux, témoins partiaux, effets de manche sont au rendez-vous de ces dossiers judiciaires incroyables et captivants.
    Emmanuel Pierrat nous plonge au coeur de ces procès et nous fait ressentir les affres de Robert Mitchum, le désarroi de Marlon Brando, le cauchemar vécu par Charlize Theron, l'horreur de l'affaire Bertrand Cantat ou encore le scandale de l'affaire Michael Jackson.

  • Ainsi, monsieur, vous voulez travailler dans le livre ? (Gaston Gallimard à Jean-Jacques Pauvert en 1941.) Contre la censure, il fut le premier à publier l'oeuvre complète du marquis de Sade, au grand jour et sous son nom. Il fut aussi l'éditeur d'Histoire d'O, d'André Breton, de Georges Bataille, de Boris Vian et d'autres auteurs majeurs du xxe siècle. Jean-Jacques Pauvert est mort le samedi 27 septembre 2014. Il était l'un des derniers éditeurs « à l'ancienne » et incarnait le combat pour la liberté. Sa carrière fut tumultueuse. Sa vie, aussi mouvementée que romanesque. Compagnon de Régine Deforges, ami des surréalistes, l'homme séduisait autant par son érudition que par son irrévérence. L'auteur de cette biographie, Emmanuel Pierrat, a été son avocat et ami pendant les vingt dernières années de sa vie. Il a rencontré plus de soixante témoins - d'Antoine Gallimard à Annie Le Brun - et a notamment consulté les archives personnelles de Jean-Jacques Pauvert. Il fait revivre Pauvert jeune éditeur, coursier pour la Résistance ; l'« affaire Sade » ; les surréalistes ; l'aventure d'Histoire d'O ; la rencontre avec Régine Deforges ; la concurrence de Tchou, Losfeld, Balland ou Bourgois ; les multiples faillites et les rebondissements d'une vie tout entière vouée au livre et à la liberté...

  • Ce livre rassemble une cinquantaine de textes d'écrivains, artistes, hommes politiques? ayant écrit de manière plus ou moins explicite sur la franc-maçonnerie : Laclos, Goethe, Casanova, Dumas, Kipling, Jaurès, Pierre Dac? et bien d'autres encore.
    Ces textes sont tirés d'archives inédites (notamment celles du Grand Orient, revenues en France après leur saisie par la gestapo et le KGB), de revues occultes, ou d'oeuvres célèbres dont nul n'avait jusqu'à présent dévoilé la dimension maçonnique.
    Chaque texte fait d'abord l'objet d'une présentation succincte (vie de l'auteur, contexte de l'époque?). Des explications détaillées livrent ensuite la clé des symboles et des références maçonniques, signalés dans l'extrait cité par un astérisque.
    A l'instar de la démarche maçonnique, les textes sont classés par degré de difficulté, du plus « accessible » (exposant des notions de base) au plus « codé » (contenant des allusions plus discrètes que seul un oeil expert est en mesure de repérer et d'interpréter).
    Au final, cette anthologie commentée constitue une véritable initiation au monde de la franc-maçonnerie, qui intéressera aussi bien les profanes amateurs de sociétés secrètes que les initiés souhaitant parfaire leur formation.
    Préface de Pierre Mollier, directeur du service Bibliothèque-Archives-Musée/Études et Recherches maçonniques du Grand Orient de France

  • Les plus belles " perles " des tribunaux, un ouvrage drôle qui nous prouve que l'humour est parfois une arme bien plus efficace qu'un article du code civil !
    S'il est un endroit où les perles s'accumulent, c'est bien dans un tribunal. Nous avons donc demandé à Emmanuel Pierrat de collecter pour nous de nouvelles phrases (en les resituant dans leur contexte le cas échéant) et de restituer le meilleur de ses fameuses perles de tribunaux.
    Les Brèves de prétoire constituent un recueil hilarant des meilleures saillies entendues dans les tribunaux français et étrangers. Drôles, cyniques, ironiques, toutes ces phrases sont authentiques et témoignent de la cocasserie de certaines situations, de l'absurdité de quelques questions et de la naïveté de nombreuses réponses... Avocats, juges, accusés, chacun en prend pour son grade !

  • Parmi les femmes et les hommes persécutés par la police de Vichy et la Gestapo, les francs-maçons figurent en bonne place : 64 000 furent fichés ; 3000 fonctionnaires perdirent leur emploi et plus d'un millier furent assassinés par les Allemands. Nombre de francs-maçons furent résistants et beaucoup le payèrent de leur vie. Quelques-uns s'engagèrent aux côtés du maréchal Pétain, d'autres adoptèrent une attitude plus ambiguë.De Jean Zay à Pierre Brossolette en passant par Bernard Fay ou Pierre Laval sans oublier Otto Abetz, onze portraits passionnants, qui sont autant de destinées particulières, étayent les propos d'Emmanuel Pierrat et jettent sur cette sombre période un éclairage inhabituel.Emmanuel Pierrat, avocat et écrivain, est conservateur du musée du Barreau à Paris. Il a publié de nombreux livres à caractère historique sur la censure, les moeurs, la justice et la franc-maçonnerie.

  • L'histoire de la relation toujours complexe et parfois fantasmée des francs-maçons avec le pouvoir, contée par Emmanuel Pierrat De l'Ancien Régime à aujourd'hui, entrez dans l'histoire secrète et fluctuante de la sphère d'influence de la franc-maçonnerie sur la marche du monde en général, et le pouvoir politique en particulier. Depuis les premiers rois initiés et la Loge des petits appartements aux Présidents de la Cinquième République, les francs-maçons ont pesé dans l'histoire et l'évolution de notre société, dans l'ombre ou la lumière, et ont influé sur de nombreuses et importantes décisions.

  • Troublé de l'éveil

    Emmanuel Pierrat

    • Fayard
    • 20 Août 2008

    Emmanuel Pierrat dort deux heures par nuit, sans éprouver la moindre fatigue. Selon les médecins, il est "troublé de l´éveil". Il réalise sans le vouloir le fantasme de tous ceux qui courent après le temps. Avocat, romancier, essayiste, traducteur, collectionneur d´art, éditeur : ses longues journées et ses nuits presque blanches lui laissent le loisir d´exercer dix métiers et de concrétiser mille projets. Mais à quel prix ? Rester éveiller alors que tout le monde dort le place aux marges de la solitude en le contraignant au secret. Dès l´enfance, il a fait la fortune des marchands de lampes de poche pour lire jusqu´à l´aube en cachette. Et sa vie est à l´image de ses premières lectures :
    à moitié clandestine. Ce récit dévoile la part lunaire de son étrange existence. Il ne s´en était jamais ouvert. Emmanuel Pierrat est bel et bien l´auteur d´une multitude de livres écrits dans le silence de la ville assoupie, entre trois et six heures du matin.

    1 autre édition :

  • Pierre Simon, médecin, gynécologue, premier français expert en sexologie, a lutté tout au long de sa vie pour changer les consciences et la société. Son nom revient avec insistance quand est évoqué aujourd'hui le droit des femmes à disposer de leur corps.
    Initiateur en France de l'accouchement sans douleur et de l'éducation sexuelle, cofondateur du Planning familial, artisan infatigable de la légalisation de la contraception et de la dépénalisation de l'avortement, Pierre Simon pensait que la vie humaine était avant tout une succession de choix, de la décision de donner la vie au droit de mourir dans la dignité.
    De Metz, où il est né en 1925, à Londres, en 1963, d'où il revient les valises chargées de diaphragmes contraceptifs, de la Résistance, où il s'engage à 17 ans, au Sain-Germain-des-Prés des écrivains et des peintres, et à la Grande Loge de France dont il deviendra Grand Maître, mais encore et surtout de l'URSS de 1953, où il découvre l'accouchement sans douleur, aux cliniques de Pigalle et aux premiers services publics proposant l'avortement, le roman d'une vie menée tambour battant pour libérer les corps, les esprits et la société.
    Emmanuel Pierrat est écrivain ainsi qu'avocat spécialiste de la propriété intellectuelle et de la censure, conservateur du musée du Barreau de Paris, auteur d'essais et de romans.

  • Quand on ne désignait pas encore Paris comme la capitale des plaisirs, c´était pour la peindre en cité du vice ; en d´autres termes, le sexe et la ville ont de tous temps eu partie liée, le premier se coulant dans la seconde pour dessiner sa propre carte... qui ne fut pas toujours celle du tendre.

    C´est de préférence au centre que la chair prend ses quartiers, en dépit des efforts renouvelés pour en reléguer le commerce et les pratiques en périphérie. Les bordels du Moyen Âge s´épanouissent entre le palais royal de la Cité et Notre-Dame, le plus fameux lupanar du XVIIIe siècle est établi à proximité des Halles tandis que lorettes, lionnes et cocottes de la Belle Époque prospèrent dans les lieux à la mode. Autour de ces points d´ancrage, étuves, boudoirs, galeries, petites maisons, salons, théâtres et jardins s´offrent aux empressés comme à ceux qui aiment faire durer le plaisir, vénal ou non.

    L´histoire est rythmée par les phases répressives et les périodes plus conciliantes en même temps qu´elle s´avère diversement sensible à la température des moeurs. Telle chronique galante nourrira la légende d´un souverain tandis que les dépravations d´une aristocratie en fin de course contribueront à mettre le feu aux poudres. Les soupirs s´échappant des alcôves font parfois monter les grondements de la rue.

    La ville du pouvoir et des révolutions, la ville du nombre et des lettres, la ville de la mode et des salons excite les désirs ; les innombrables cours que ceux-ci empruntent orientent à leur tour le déroulement de la comédie urbaine. Comme si les petites vertus façonnaient la grande histoire, comme si, au fil des siècles, ribaudes, catins, mignons, libertins, grandes horizontales, érotomanes, chasseurs et séductrices s´étaient relayés pour en décrire les soubresauts.

  • La loi s'est toujours crue investie d'un droit de regard sur la sexualité des individus. Elle a même prévu une hiérarchie des sanctions selon les nuances de la libido - mieux vaut, par exemple, être zoophile que pédophile, nécrophile que violeur, voyeur que proxénète -, et d'ailleurs certaines pratiques sexuelles - fétichisme, gérontophilie, triolisme, échangisme, etc. -, à condition de rester discrètes, n'encourent aucune sanction devant les tribunaux.
    Le Sexe et la Loi se propose de faire un tour d'horizon de la sexualité sous ses formes les plus diverses et du traitement que lui réserve la loi. On y trouvera les réponses à de multiples questions : Quelle peine encourt-on à harceler sa secrétaire ? À quels tracas s'exposent les couples sado-masochistes ? Peut-on faire l'amour en public ? Qu'est-ce que le devoir conjugal ? Est-il licite de coucher avec sa nièce ? Que risque-t-on pour un viol de cadavre ? etc.
    Emmanuel Pierrat recense les rapports ambigus qu'entretiennent encore le sexe et la loi dans une enquête remise au goût du jour par les dernières évolutions des années 2010 : le mariage pour tous a été autorisé, les clients de prostitués peuvent désormais être poursuivis, le débat sur la sexualité criminelle ou délictueuse s'est accru et le Conseil constitutionnel en viendrait presque à autoriser le harcèlement sexuel.

    Servi par une plume ironique, ce regard sur les curieux rapports entre le sexe et la loi évoque l'ancien droit comme la loi actuellement applicable. Quelques affaires retentissantes et beaucoup d'anecdotes illustrent des situations parfois sordides mais bien souvent rocambolesques.

  • Janvier 2015. Il y a eu la mort de dessinateurs. Il y a eu des millions de Franais soutenant Charlie. Il y a eu aussi les chanes de tlvision amricaines et la BBC qui ont flout la couverture du nouveau Charlie ainsi que des meutes au Niger et au Pakistan... De quoi s'interroger sur ce qu'est la libert d'expression aujourd'hui. Ce principe, n sous les Lumires, est devenu au fil des ans et des amendements de plus en plus illisible. L'irruption d'Internet et des rseaux sociaux n'a rien arrang : nous ne savons plus quelles sont les limites, nous ignorons nos droits et nos devoirs. Voil pourquoi il est urgent de rappeler comment la libert d'expression s'accommode des caricatures, des religions ou du racisme. La libert sans expression ? n'est ni un livre de droit, ni un pamphlet, ni un cours de morale. C'est un prcis citoyen, illustr d'exemples, destin tous ceux qui ont march le 11 janvier et qui veulent mieux comprendre cette formidable libert mise en danger. Pour mieux la dfendre.

  • Quoi de commun entre Staline, Ramsès II et Steve Jobs ?Tous trois ont su orchestrer avec un talent hors pair le culte de leur petite personne, un culte entretenu de leur vivant et qui perdure bien après leur mort...Emmanuel Pierrat dresse ici une galerie de portraits de ces « firmament de l'humanité » (Nicolae Ceausescu), « électrificateur des âmes » (François Duvalier) et autres « soleil de l'humanité » (Kim Il-Sung) montrant la permanence et l'universalité de l'égocentrisme des puissants.Nourri d'anecdotes méconnues (qui sait que les mangues furent l'objet d'un culte dans la Chine maoïste ou que des centaines de milliers de Yougoslaves se rendaient en pèlerinage... dans une grotte ?), Plus grand que grand revisite l'histoire par sa face la plus délirante.À l'issue de ce voyage étonnant, une seule conclusion s'impose : dès lors qu'il s'agit de flatter leur ego, tous les tyrans se sont donné le mot pour porter l'imagination au pouvoir.

empty