• La synthèse de référence.Mamelle économique et militaire de la France, la paysannerie a subi de plein fouet les tragédies du XXe siècle. Le choc des deux guerres mondiales a précipité une mutation sans précédent qui l'a laissée exsangue, transformant le héros de 1914-1918 en bouc émissaire de la transition écologique et en victime expiatoire de la tertiarisation triomphante.
    À l'heure où la fracture sociale ne cesse de s'élargir, cette grande synthèse, fruit de plusieurs années de travail, est d'une lecture indispensable.
    "
    L'Histoire des paysans français retrace la disparition d'un monde en la rendant accessible à des non-historiens. "
    L'Express

  • L'Occupation vécue côté allemand, une synthèse inédite appelée à devenir un ouvrage de référence.Le 14 juin 1940, les troupes allemandes entrent dans Paris. C'est le début de quatre longues années d'occupation de la France. Comment les Allemands l'ont-ils envisagée ? Comment l'ont-ils préparée ? Quelles idées se faisaient-ils de leurs voisins d'outre-Rhin ? Comment se sont-ils comportés avec eux, à Paris ou en province ? Ont-ils manifesté de l'empathie pour les populations qui subissaient vexations et pénuries ? Ou au contraire de la morgue à l'encontre des vaincus qu'ils dépouillaient ? Comment ont-ils vécu entre eux ? Ont-ils été libres d'agir comme ils le souhaitaient ? Quelles sont les images qu'ils conserveront après-guerre de cette période si particulière ?
    Telles sont, parmi bien d'autres, quelques-unes des questions auxquelles répond Éric Alary dans cet ouvrage novateur. D'une plume alerte, puisant essentiellement aux sources allemandes, en grande partie inédites, il livre une histoire à la fois renouvelée - bien loin des poncifs habituels et des simplifications a posteriori - et incarnée, grâce aux nombreux destins individuels dont il se fait l'écho au moyen de témoignages éclairants. Cette grande synthèse, où se toisent regards français et allemands, arrive à point nommé pour combler un manque sur cet épisode tragique.

  • L'ouvrage de référence sur la vie quotidienne des civils français pendant la Grande Guerre.En août 1914, l'existence de millions d'hommes et de femmes a basculé avec l'ordre de mobilisation générale. Or jusqu'à aujourd'hui, aucun ouvrage, parmi les milliers consacrés à la Grande Guerre, ne s'est penché sur la vie de ces 36 millions de civils (contre environ 6 millions de militaires) qui ont vécu le conflit en dehors des tranchées, à l'arrière ou dans les zones occupées par les Allemands, entre 1914 et 1918. Ces civils sans qui la guerre n'aurait jamais pu être gagnée.
    Avec cet ouvrage très documenté, Éric Alary comble enfin un vide historiographique de taille. Mêlant petites histoires intimes et fascinantes, et analyses systématiques de l'historien, il raconte les séparations, les évacuations, les exodes, les deuils infinis, la place nouvelle de millions de femmes et d'enfants dans une société recomposée, les privations matérielles et alimentaires, les grèves, les bombardements aériens - inédits dans l'histoire des civils -, la démobilisation longue des hommes en 1918-1920, sans oublier le retour difficile des blessés et des mutilés dans leurs foyers et les terribles ravages de la grippe espagnole.
    Alors que l'année 2014 sera marquée par une multitude de commémorations du centenaire du début de la guerre, il est essentiel de découvrir et faire partager l'histoire et les souffrances de ces Français oubliés.

  • L'exode

    Eric Alary

    L'exode de mai-juin 1940 est la face la plus visible de la débâcle. Car si les combats, les intrigues politiques et, plus tard, les appels de Pétain et de De Gaulle ne touchent qu'une minorité, le sort des huit millions de Français fuyant l'avancée allemande prend à partie la France entière. Pourtant, cette catastrophe humaine, politique, économique et sociale d'une ampleur sans précédent est demeurée dans l'ombre.
    Premier ouvrage exhaustif sur le sujet, L'Exode comble donc un vide de taille sur cet évènement emblématique. Durant plusieurs années, l'auteur a consulté des centaines de sources inédites, faisant la part belle aux milliers de témoins - célèbres ou anonymes - de ce gigantesque traumatisme collectif. En dépassant le cadre des quelques mois qui courent de la mobilisation générale en septembre 1939 jusqu'à l'armistice de juin 1940, il dévoile aussi l'histoire de ceux qui ne sont jamais revenus.
    Découvrir l'exode permet de mieux comprendre non seulement la France d'aujourd'hui, tant cet évènement a marqué la mémoire collective, mais aussi le monde à l'aune des grands drames humanitaires, dont il a été le premier chapitre et l'un des plus dramatiques.

    " Loué soit donc Eric Alary, qui a exploré des archives ignorées, de nous faire prendre conscience du gigantisme de ce traumatisme collectif, qui vit subitement le lien social se rompre et une grande peur ravager les comportements " (Jean-Pierre Rioux, Le Figaro Littéraire) ; " Le premier ouvrage exhaustif sur la question " (Jean Sévillia, Le Figaro Magazine) ; " S'appuyant sur des sources administratives encore inexploitées, Éric Alary entend regarder en face ce tabou longtemps incompréhensible " (L'Histoire).

  • L'unique synthèse sur le sujet, revue et augmentée à la lumière d'une décennie de recherches neuves sur les XIXe et XXe siècles notamment, ainsi que des récentes crises et réformes qui ont bouleversé la culture et l'identité de la gendarmerie française. Créée sous l'Ancien Régime, la gendarmerie se trouve depuis lors placée au coeur de l'histoire de France. En scrutant les nombreux travaux sur " l'Arme ", principal corps militaire français, Eric Alary a ainsi pénétré une réalité sociale d'une étonnante diversité, rythmée par des épisodes majeurs comme l'épopée napoléonienne, l'aventure coloniale, l'Occupation ou encore la guerre d'Algérie. Et tout en faisant vivre sous nos yeux les gendarmes, il répond à de nombreuses questions : quelle est l'origine de la maréchaussée ? Comment est-elle devenue gendarmerie nationale ? Comment résiste-t-elle aux changements de régime ? Faut-il la conserver, améliorer le sort des gendarmes ? L'unique synthèse sur le sujet, revue et augmentée à la lumière d'une décennie de recherches nouvelles, ainsi que des récentes crises et réformes qui ont bouleversé la culture et l'identité de la gendarmerie française. Fils de gendarme, Eric Alary est agrégé, docteur en histoire, professeur de khâgne à Tours et chercheur associé au Centre d'histoire de Sciences-Po Paris. Il a récemment publié avec succès L'Exode, Les Français au quotidien (1939-1949), La Ligne de démarcation et Les Résistants.

  • Ce livre raconte la vie de millions d'anonymes choqués par la défaite, l'Occupation, puis marqués par les libérations et la longue attente des lendemains meilleurs. Il constitue aussi la première histoire systématique de tous les Français, ceux de la métropole et ceux de l'empire colonial - les premiers, obnubilés par le redressement et la modernisation ; les seconds, tiraillés entre misère au quotidien et rêves de liberté.
    Il fallait entrer dans les fermes, les cuisines, les paroisses, scruter les rues pour entrevoir de nouvelles formes de sociabilité ; il fallait comprendre comment les Français vivaient avec les occupants, puis avec les libérateurs, comment ils s'aimaient, se rencontraient, se cachaient, faisaient la fête, trafiquaient ; bref, comment ils affrontaient la vie et la mort en cette décennie qui marquait la fin d'une époque.


  • Requiem historique pour un monde défunt.

    L'Histoire des paysans français débute à la Belle Epoque, période où la IIIe République achève d'initier les paysans à la démocratie républicaine. Grâce à l'école, au service militaire et à l'arrivée des chemins de fer, les campagnes se désenclavent progressivement, marquant la fin d'un XIXe siècle caractérisé par une relative prospérité.
    Un siècle plus tard, les paysans sont méconnaissables. Ils ont traversé deux guerres mondiales - dont la première fut dévastatrice -, le dépeuplement des villages, la révolution mécanique, l'entrée dans l'Europe, puis le choc de la mondialisation. Ces héros nourriciers qui ont porté la France à l'autosuffisance alimentaire accusent le coup et entrent dans la modernité avec fracas.
    Un monde fondé sur des mémoires, des traditions et des savoir-faire s'enfuit, chassé par une agriculture d'une nouvelle ère. Le visage des campagnes se transforme : les petites exploitations familiales laissent place aux grandes et les villages vidés de leurs paysans deviennent des lieux de villégiature pour citadins en mal de tranquillité.
    Que reste-t-il alors de la société paysanne ? L'artisanat, les fêtes et les foires ne sont-ils qu'une culture reléguée au rang du folklore ? A l'heure où la société accuse les agriculteurs d'être des pollueurs et des empoisonneurs, où le fossé se creuse entre ruraux et citadins, Eric Alary retrace avec finesse les joies et les peines de la paysannerie française. Il le fait selon son habitude au plus près des sources, donnant corps à l'histoire en l'incarnant dans des destins individuels.

  • Parce qu´elle est un temps de décisions difficiles, de déchirements et d´affrontements, l´histoire de la Seconde Guerre mondiale a suscité bien des questions, qui peuvent être ou avoir été objets de controverses. Cet ouvrage tente d'y répondre.

  • Les écrits fêtent cette année leurs soixante ans. Cet anniversaire sera l'occasion de réitérer leur engagement envers les traditions et leur volonté farouche d'innovations, et ce en favorisant notamment la rencontre de jeunes auteurs et d'écrivains reconnus dans le but de mettre en lumière les passages d'une génération à l'autre. Honorant ce principe, le présent numéro réunit de jeunes poètes comme Nicholas Giguère, Guillaume Asselin, Frédéric Marcotte, Tanka G. Tremblay et des écrivains de renoms encore jeunes, comme Emmanuel Kattan et Elke de Rijcke, ou déjà riches d'une longue carrière, comme Normand de Bellefeuille, Monique Deland, Jean Pierre Girard, Hugues Corriveau, Jean Désy, et plusieurs autres. Ce numéro souligne aussi le quart de siècle de la `Pataphysique et met à l'honneur les oeuvres picturales d'Osvaldo Ramirez Castillo, entre autres.

empty