• Marie Laurencin et Nicole Groult, une histoire d'amour peu banale. L'une est une peintre connue, ancienne maîtresse d'Apollinaire, l'autre une couturière talentueuse et créative, soeur de Paul Poiret et mariée à André Groult.
    Nous suivons leurs deux destins incandescents dans le Paris de la Belle Époque, de 1907 au début des années vingt, lorsque naît la première fille de Nicole. « C'est toi le père », dira Nicole à Marie. L'enfant s'appelle Benoîte Groult.
    Marie Laurencin a épousé un baron allemand juste avant la Grande Guerre ce qui lui vaut un exil de plus de cinq ans en Espagne. Elles s'écriront des centaines de lettres.
    Que leur désir réciproque puisse être coupable ne leur vient pas à l'idée, elles existent en marge de l'hypocrisie, naturellement. Elles devancent leur temps, sans autre revendication que leur liberté et leur plaisir.
    Entourées d'Apollinaire, Picasso, Braque, Rousseau, Picabia, Roché, elles ne laisseront personne briser leur entente qui durera toute la vie.

  • Dans les bîmâristâns, la beauté, l'harmonie, la pureté des lignes sont étroitement liées à l'histoire de la folie. Cet univers fascine et interroge sur les institutions qui de tous temps ont tenu à l'écart ceux dont la différence dérange. Françoise Cloarec se demande à travers son étude des hôpitaux médiévaux du Moyen-Orient, en passant par l'Italie du sud et l'Espagne, s'ils ont influencé les traitements et la construction des établissements de soins occidentaux.

  • " Syrie, un voyage en soi " est le récit d'une transformation et d'un passage. Le passeur est la Syrie où toutes les traces se mêlent, de la haute antiquité aux arts de l'Islam, des villes abandonnées de plateaux calcaires à la colonne de Saint-Siméon. Ce livre est un roman, mais aussi un essai, un guide et un récit de voyage. Il donne envie de partir, de se promener dans les ruines, de guetter l'émotion et de souvenir que " le voyage n'est jamais innocent ".

  • A l'heure où l'on présente le Proche-Orient comme un ailleurs inaccessible et hostile, ce livre nous rappelle utilement que pendant des siècles, des relations étroites se sont nouées entre l'Europe et ces terres levantines. Le temps des consuls retrace l'importance des relations commerciales, moins connues que les échanges intellectuels et les confrontations politiques, et l'influence des représentants au Levant des nations européennes, les consuls. L'auteur a recueilli leurs traces, dans des textes oubliés ou confidentiels et dans des documents de famille inédits.

  • Dans un monde indistinct qui ne peut même plus lui servir de décor, un homme, rendu aux confins de la passion, marche. Accueilli en Orient dans un temps et une parole différente, il va réapprendre le chemin de la vie. Avec ce roman, l'auteur de " Syrie, un voyage en soi " continue d'explorer sous une autre forme les échanges de sagesse entre l'Orient et l'Occident qui, au-delà des péripéties humaines, dévoilent les vérités cruelles de la passion et de la folie comme la pureté de la parole qui soigne.

  • Dans le monde d'aujourd'hui aux images mondialisées, le voyage, produit de consommation courante, vend l'aventure promotionnelle avec un argument : il ne se passera rien. Les retards, la perte des bagages, les annulations, les maladies sont prévues par les assurances optionnelles ou obligatoires. Pourtant, le monde est encore rempli de brèches et de failles qui font parfois résonner celles du voyageur. "La narratrice de Désorientée s'est rendue en Syrie, à Alep, comme par instinct, pour s'égarer. Etrangement, cet obscur désir se réalisa, car elle fut littéralement frappée de stupeur".

  • L'indolente

    Françoise Cloarec

    • Stock
    • 31 Août 2016

    Qui est Marthe Bonnard ? Toujours jeune, souvent nue, on la voit sur les toiles des plus beaux musées du monde, pourtant elle reste mystérieuse. Elle se dissimule dans la lumière du peintre Pierre Bonnard, avec qui elle partage sa vie entre 1893 et 1942. Durant cette période, le couple voyage beaucoup, au rythme de la santé fragile de Marthe, et noue des amitiés dans le monde de l'art - Monet, Vuillard, Signac, Matisse... Derrière les couleurs, le « peintre du bonheur » cache ses fantômes et ceux de sa femme. Ensemble ils n'auront pas d'enfant, mais ils feront une oeuvre. À la mort de Pierre, veuf depuis cinq ans, leur histoire d'amour déclenchera une affaire judiciaire retentissante, émaillée de divers rebondissements. Car l'orpheline qui se disait être Marthe de Méligny avait une famille et un autre nom.

empty