Littérature générale

  • Cette histoire, qui se déroule sur trois journées, aurait aussi bien pu s'intituler : "Bignon à Honfleur". C'est en effet dans l'exquise cité normande que le héros de Francis Didelot est conduit à débrouiller les fils d'une intrigue singulièrement attachante. Trois jours !... Trois jours d'anxiété, puisque tel est le délai dont dispose le Commissaire Bignon pour déterminer si un condamné à mort gravira, ou non, les marches de l'échafaud dans le blême matin de la prison. La peine capitale a été prononcée quelques mois plus tôt par le jury et sur le témoignage décisif d'Alicia, la fille de la victime ; or, avec le temps, des scrupules se sont emparé de l'accusatrice : si le condamné était innocent ? Elle vient donc supplier Bignon de refaire l'enquête. Il y a pour cela trois fois vingt-quatre heures ! Des heures extraordinaires au cours desquelles, peu à peu, on pénètre avec lui dans le secret d'une famille, on découvre le second visage de chacun des protagonistes. Et voici qu'une certitude se dégage : il y a eu erreur judiciaire, le condamné à mort est innocent. Néanmoins, aucune preuve pour étayer cette croyance ! Comment Bignon s'en tirera-t-il ? Réussira-t-il à sauver l'innocence ? Ou bien la vérité éclatera-t-elle seulement après la chute métallique du couperet ? C'est le suspense que "Dernier matin" propose au lecteur, un suspense qui a valeur d'incantation. Un roman haletant, plus passionnant qu'un film, à quoi ne manque pas la pointe d'humour voulue pour accélérer encore le rythme.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Dans la fièvre du Quartier, ils étaient neuf à se soumettre à l'attraction d'une fille énigmatique et attachante ; ils trouvaient leur bonheur à lui obéir, à la suivre ; ils satellisaient autour d'elle. Comment, dès lors, pourraient-ils admettre l'idée de son suicide ? Ils sont neuf que l'hypothèse révolte, neuf qui se refusent à souscrire au verdict de la police : trois filles, six garçons ! tous étudiants, tous devant en même temps gagner plus ou moins leur vie. Avec ce pôle pour les aimanter : le cabaret des "Nuits blanches". Par hasard, Bignon a fait la connaissance du petit groupe ; et le voici incapable d'échapper à leur passion, à leur esprit de rébellion. Il les observera, il les surveillera, il les conseillera. Il tentera aussi d'arrêter cette enquête désordonnée à laquelle, les uns et les autres, filles comme garçons, se livrent. Une "enquête" dont plusieurs seront victimes. Du Quartier latin aux bords de la Loire, des Nuits Blanches aux rives de la Seine, avec, pour finir, une saisissante visite au monde figé du musée Grévin, cette étonnante histoire enchaîne le lecteur sous un charme envoûtant.

  • "Une voix !... Au téléphone, une voix qui lance dans la nuit un appel au secours. Tout de suite, voilà l'énigme posée ; car cette voix est celle d'un homme disparu : Richard est parti à l'improviste depuis deux ans déjà ; il a quitté femme, enfant, affaires, et nul alors ne s'en est étonné tant il est coutumier de ce genre de fugues. Cependant, c'était jusque-là pour quelques semaines, des mois au plus ; or, cette fois, son absence aura duré deux ans..."

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty