Presses de la cité

  • La nouvelle comédie irrésistible venue de Suède !

    Ove est veuf, dépressif et grincheux - bien qu'il prétende le contraire. Depuis que sa femme est décédée, il se sent inutile. Plus encore depuis qu'il a été licencié. Chaque jour, il erre dans sa maison, graisse le plan de travail de la cuisine, fait ses rondes de sécurité dans le quartier pour vérifier que tout est en ordre, engueule tous les réfractaires qui roulent en voiture dans le lotissement (ne savent-ils pas lire le panneau d'interdiction ?!)... Et puis après ? Non, vraiment, il ne peut plus continuer ainsi. Alors il a décidé d'en finir...
    Mais entre la corde qui cède alors qu'il s'apprête à se pendre et un chat de gouttière qui ose le défier, ce n'est pas simple. Et c'est sans compter sur l'arrivée de ses nouveaux voisins, une jeune femme iranienne, son mari, et leurs deux enfants. Bousculant Ove dans ses derniers retranchements, interrompant chacune de ses tentatives de suicides - ce qui le met dans une rage folle -, Parvaneh va peu à peu le sortir de sa léthargie. Non sans mal... Toute sa vie, Ove a suivi les principes moraux que lui avait enseignés son père, principes dictés par une économie de tout, en toute circonstance. Inconditionnel de mécanique (Saab uniquement, le reste ne vaut rien), seule la rencontre de celle qui est devenue sa femme l'a sauvé d'une existence morne et triste. Mais au crépuscule de sa vie, un nouveau tournant est en vue. Peut-être pas celui auquel il s'attendait... Et nous non plus !Tel un chat cabossé et craintif, à la fois drôle et touchant, Ove réveille l'instinct protecteur qui sommeille en nous. Mais attention, il griffe !

  • Elsa est une enfant solitaire. Sa seule amie est sa grand-mère, une femme fantasque, prête à tout pour faire rire sa petite-fille, même aux pires bêtises (entrer dans un zoo par effraction ; dire des insanités ; flirter avec des policiers) ! Moquée et persécutée à l'école, Elsa sait qu'elle trouvera toujours du réconfort auprès de Mamie, qui lui change les idées en lui racontant aussi de merveilleuses histoires. Puis, un jour, les contes s'arrêtent brutalement lorsque la vieille dame meurt. Elsa va alors faire son deuil en allant transmettre des lettres que sa grand-mère avait écrites pour de nombreux destinataires : lettres d'excuse, de regret et d'amour. Petit à petit, elle comprend que les contes de son aïeule s'inspiraient de personnages bien réels...

empty