• Dans les années quatre-vingts, un homme s'embarque dans un long voyage pour fuir les troubles du Pékin communiste. Il suit la piste d'une mystérieuse montagne et traverse une Chine méconnue, infiniment riche, qu'il n'imaginait pas. À la recherche de lui-même, son voyage est aussi spirituel et philosophique. Un roman poétique, teinté d'autobiographie, considéré comme l'un des chefs d'oeuvre de la littérature du XXe siècle.

  • Un dramaturge chinois en exil et une jeune juive allemande se découvrent au gré des cicatrices qui dessinent leurs corps. De la profondeur des silences et des tabous, dans la chaleur des corps amoureux, jaillit le récit d'une vie de terreur. Le héros raconte les purges et la barbarie du régime de Mao, mais aussi la fuite et l'espoir...


  • "Depuis qu'il écrit poèmes, romans, nouvelles, pièces de théâtre, livrets d'opéra, depuis qu'il peint, à l'encre de Chine, sur papier ou sur toile, des tableaux de toutes les tailles, mais jamais avec des couleurs, seulement avec les multiples nuances qui vont du blanc au noir, depuis qu'il filme, en plein air ou en studio, en couleur ou en noir et blanc, et crée des films muets ou parlant, depuis qu'il prononce des discours à l'invitation des musées, universités, associations artistiques et littéraires du monde entier, Gao Xingjian s'exprime en son nom propre, sans suivre les modes, en livrant son témoignage au sujet des difficultés existentielles que rencontrent les hommes depuis des temps immémoriaux, sans jamais penser que l'avenir pourrait être radieux, sans jamais croire aux discours des hommes politiques, des philosophes radicaux, des prophètes et des démiurges.
    C'est un homme seul, qui n'appartient à aucune chapelle et qui se contente de livrer aussi bien sa vision du monde passé et du monde actuel que sa propre expérience artistique."
    ND
    préface et traduction du chinois par Noël Dutrait
    L'oeuvre de Gao a été récompensée par le prix Nobel de littérature en 2000.

  • Six nouvelles où se mêlent des souvenirs d'enfance, les bonheurs simples de l'amour et de l'amitié, le pays natal et ses lieux familiers, comme des instantanés de la Chine. Gao Xingjian évoque ici ses sentiments et ses rêves, avec justesse, pudeur et poésie.

  • Le Quêteur de la mort, ou un monologue à deux voix dans un musée d'art contemporain, soliloque sur la société moderne, l'art, la vie, la mort.
    L'Autre Rive, du monde réel à une autre rive improbable, pour libérer le théâtre des contraintes du code du jeu conventionnel, pour restaurer toutes les fonctions de l'art dramatique...
    La Neige en août, histoire et légendes du Sixième Patriarche du bouddhisme Chan (Zen) Huineng.

    Trois pièces de théâtre inédites en français par le prix Nobel de littérature 2000.

  • Personnage principal de Chronique du classique des mers et des monts, le récitant introduit chaque dieu, déesse et monstres plus étranges les uns que les autres en tissant une narration poétique et plaisante. Les divinités du Ciel sont en proie aux mêmes vices et émotions que les humains : les dieux se révèlent excessifs, jaloux, vaniteux, cruels. La mythologie chinoise regorge de bêtes fantasmagoriques, buffle unijambiste, serpent à tête humaine, corbeaux d'or et oiseaux aux couleurs chatoyantes interviennent pour forger le monde tel qu'il est actuellement.Empruntant beaucoup à la tradition chinoise (dans ses thèmes et pour les personnages), cette pièce s'inscrit également dans la modernité du théâtre occidental du XXe.

  • Vingt-cinq ans après, c'est le temps qu'il aura fallu à Zhang pour retrouver son amour de jeunesse. La fidélité des sentiments l'emporte sur la dictature et, si douloureuse qu'ait pu être la séparation, chacun n'aura eu de cesse, et à raison, d'espérer, de rêver, et d'écrire ces retrouvailles.

  • L'ami

    Gao Xingjian

    L'Ami réunit Chuichui, autrefois accusé d'espionnage et victime de tortures, et son ami d'enfance, après treize ans de séparation.

  • Ces deux nouvelles inédites, écrites au début des années 1980, évoquent les retrouvailles de proches séparés par la Révolution culturelle. L'Ami réunit Chuichui, autrefois accusé d'espionnage et victime de tortures, et son ami d'enfance, après treize ans de séparation. Vingt-cinq ans après, c'est le temps qu'il aura fallu à Zhang pour retrouver son amour de jeunesse. La fidélité des sentiments l'emporte sur la dictature et, si douloureuse qu'ait pu être la séparation, chacun n'aura eu de cesse, et à raison, d'espérer, de rêver, et d'écrire ces retrouvailles.
    Traduit du chinois par Noël Dutrait

  • La littérature ne peut être que la voix d'un individu, le résultat de sa propre vision du monde, de son sentiment de l'existence. La littérature renaît du combat de l'homme pour survivre à l'histoire. L'auteur est un spectateur sceptique et lucide sans prétention de pouvoir expliquer le monde. Mais il rencontre la liberté dans l'écriture, par l'écriture. Et c'est seulement lorsque les sentiments de l'écrivain nourrissent une oeuvre que ces sentiments résistent aux ravages du temps. Telle est l'ambition de l'oeuvre plutôt que de l'auteur : une oeuvre qui perdure est une réponse puissante de l'écrivain au temps et à la société ; aussi longtemps qu'il y aura des lecteurs, cette voix continuera de résonner. Le Témoignage de la littérature est un recueil de textes, de réflexions sur la littérature, le témoignage d'un homme sur la liberté d'écrire, sur l'écriture d'une littérature chinoise et universelle, sur l'insoumission à l'uniformité graphique et poétique.

empty