• Rivalités, crimes, trahisons, plaisirs raffinés, soif de pouvoir et amours innombrables, l´histoire sulfureuse de la famille Borgia a fait couler beaucoup d´encre. Vérités et calomnies dressent d´elle un portrait terrible : Rodrigo Borgia, le futur pape Alexandre VI, est en bonne place dans l´Histoire des guerres d´Italie de Guichardin ; César Borgia est le modèle du Prince de Machiavel ; la splendide Lucrèce, pour sa part, doit à Victor Hugo un parfum de scandale encore tenace aujourd´hui.  Si l´époque est à la somptuosité des fêtes, au fleurissement artistique et littéraire, c´est aussi un temps de barbarie où l´on règle ses comptes à coups de poignard et de poison. Enfant chérie d´Alexandre VI, Lucrèce fut surtout un objet de pouvoir entre les mains de son frère, César, qui fit assassiner son premier amour et étrangler son deuxième époux. Si Bembo, l´Arioste, ou encore le Titien célébrèrent sa beauté et son sens politique, Lucrèce dut affronter, en véritable héroïne shakespearienne, les démons d´une famille hors du commun.  Geneviève Chastenet nous plonge dans un univers chatoyant tissé de passions violentes et d´ambitions démesurées, avec un regard constant sur les textes de l´époque. D´une biographie complète et fouillée, elle tire une magnifique fresque aux accents romanesques.

  • Quand on demanda à Pauline Bonaparte si cela ne l'avait pas gênée de poser nue pour le sculpteur Canova, elle répondit : "Non, l'atelier était bien chauffé". Pauline Bonaparte, que l'on surnomma "la plus belle femme de son temps", était voluptueuse, frivole, et n'en rougissait pas. Épouse du général Leclerc, puis du prince Borghèse, elle traversa le Directoire, le Consulat et l'Empire en faisant beaucoup d'heureux. Fait rare, elle sut garder l'amitié de tous ses amants. Car cette femme légère avait une vertu : la fidélité. En une époque où les renversements d'alliances étaient fréquents, elle n'accepta jamais de trahir Napoléon. A l'encontre des autres membres de sa famille, dans la gloire comme dans les souffrances, elle resta d'un inébranlable attachement à son frère.

  • Quand on demanda à Pauline Bonaparte si cela ne l'avait pas gênée de poser nue pour le sculpteur Canova, elle répondit : "Non, l'atelier était bien chauffé". Pauline Bonaparte, que l'on surnomma "la plus belle femme de son temps", était voluptueuse, frivole, et n'en rougissait pas. Épouse du général Leclerc, puis du prince Borghèse, elle traversa le Directoire, le Consulat et l'Empire en faisant beaucoup d'heureux. Fait rare, elle sut garder l'amitié de tous ses amants. Car cette femme légère avait une vertu : la fidélité. En une époque où les renversements d'alliances étaient fréquents, elle n'accepta jamais de trahir Napoléon. A l'encontre des autres membres de sa famille, dans la gloire comme dans les souffrances, elle resta d'un inébranlable attachement à son frère.

empty