• Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Grand spécialiste contemporain de la guerre révolutionnaire, Gérard Chaliand nous entraîne avec lui du Viêt Nam à l'Angola, de l'Érythrée à l'Afghanistan, de l'Amérique centrale aux Philippines : nous croisons là une génération de guérillas, et réfléchissons sur les engagements que chacun y a pris.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Peut-on encore vivre l'aventure aujourd'hui, alors que le monde entier a été exploré ? Et comment justifier la prise de risque qu'elle nécessite dans une société où le principe de précaution et la recherche de la sécurité dominent ? Dans cette courte apologie de l'esprit d'aventure, « école de courage » qui « implique la recherche de l'imprévu, du risque, de l'inconnu », Gérard Chaliand le réaffirme haut et fort : oui, il faut jouer avec le feu. Un texte à méditer.

  • Il a été fait depuis plusieurs années, en Algérie comme dans toute l'Afrique, un grand usage du mot « socialisme ». Tout au long de la guerre de libération, le FLN avait affirmé qu'il entendait construire un socialisme algérien. En prenant le pouvoir après les accords d'Evian A. Ben Bella a ouvertement annoncé son intention d'entrer dans cette voie. En deux ans, des mesures très importantes ont été prises : En 1963 les « décrets de mars » ont institué l'autogestion ouvrière et paysanne ; un « secteur socialiste » a été ouvert ; la Réforme agraire a été lancée. Cela est-il suffisant pour déclarer l'Algérie « socialiste » ? Voici donc un premier bilan : Y a-t-il déjà participation des masses algériennes à la gestion du pays et à l'activité politique ? L'appareil d'Etat est-il démocratiquement contrôlé par le peuple algérien ? Le Parti unique, le FLN, a-t-il une vie réelle ? Le socialisme en question est-il compatible avec la coopération telle qu'elle est pratiquée, et la permanence des grandes sociétés européennes sur le sol algérien ? Gérard Chaliand, qui participa à la création de l'hebdomadaire algérien Révolution africaine dont il fut plus d'un an le rédacteur en chef adjoint, et qui est l'auteur d'études sur les problèmes politiques des pays sous-développés (notamment dans la revue Partisans) répond clairement à ces questions, au-delà de toute polémique.

  • Ce livre est le résultat d'une enquête effectuée en octobre-novembre 1967 dans les villages de plusieurs provinces du Delta du Fleuve Rouge (ex-Tonkin), région la plus peuplée de la R.D.V. Précédée d'une étude historique qui rappelle les données sociales spécifiques du Vietnam, cette enquête sociologique et économique constitue le document le plus complet sur le peuple vietnamien à l'heure de l'escalade. Elle ne s'y limite pas et c'est, de l'intérieur, depuis la période coloniale, à travers la Première résistance, la Réforme agraire, les réalisations de l'Indépendance, la collectivisation et l'escalade, l'histoire de la R.D.V., telle que l'ont vécue les paysans vietnamiens et les cadres du Parti et de l'État en contact avec la base.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • La legende de gilgamesh Nouv.

    L'épopée de Gilgamesh est le premier récit de l'humanité transcrit dans des mots. Cette légende sumérienne, conçue en Mésopotamie il y a plus de 5000 ans précède de loin la Bible et davantage encore
    L'Iliade. Cette épopée qui fonde le modèle même du héros épique en quête de gloire, est également une quête métaphysique qui nous confronte à des thèmes essentiels de l'existence : l'amour, l'amitié, le désespoir, le courage et l'errance.
    La retranscription poétique qu'en propose ici Gérard Chaliand illumine ce texte fondateur qui est le premier des chefs d'oeuvre de notre littérature-monde.

  • Étranger en Algérie. Novembre 1952. Un jeune homme de dix-huit ans à peine débarque à Alger - seul et en quête de lui-même. Il a laissé derrière lui Paris et sa famille, sans un mot et sans un regret. Ici, de l´autre côté de la Méditerranée, il ne connaît personne et doit se débrouiller comme il peut, non seulement pour subsister mais encore pour survivre. Dans deux ans exactement, une guerre longue et douloureuse éclatera. Entre-temps, Gérard Chaliand aura regagné la France. En tant que jeune Français, il lui sera alors demandé d´aller combattre ces Algériens avec lesquels il vient de fraterniser.

    Les années de formation. Avec le romantisme de ses vingt ans, Gérard Chaliand songe que la vie est courte et qu´il faut y croquer à pleines dents. Tout en exerçant divers petits boulots, le jeune homme étanche sa soif de connaissances à Langues O´, où il noue des amitiés durables et découvre l´amour. Fou de littérature, il publie également plusieurs recueils de poésie salués par André Breton et reçoit les encouragements de Jean-Paul Sartre pour son adaptation théâtrale de l´histoire du soldat Slovik, cet Américain condamné à mort pour désertion durant la Seconde Guerre mondiale, et qui fut le seul dont on exécuta la sentence.

    L´appel du monde. Son engagement anticolonialiste au sein de Partisans, revue dont il est l´un des fondateurs au moment de la guerre d´Algérie, puis de Révolution africaine, joint à sa curiosité insatiable conduisent naturellement Gérard Chaliand à vouloir comprendre le monde à partir du terrain. De l´Afrique à l´Amérique latine, du Moyen-Orient à l´Asie orientale, il sillonne inlassablement le globe, croisant, au hasard des rencontres, Amilcar Cabral, Che Guevara ou Yasser Arafat. Acteur de la guérilla avant d´en devenir théoricien, il est aujourd´hui l´un des plus éminents spécialistes des problèmes politiques et stratégiques du monde contemporain.

  • Los Angeles s'appelle familièrement L.A. Deuxième ville des États-Unis après New York ; de vingt mille habitants il y a un siècle, cette ville champignon est aujourd'hui une agglomération avoisinant les quatorze millions. Mégapolis s'étendant sur une centaine de kilomètres, cité la plus cosmopolite du monde (elle compte 55 pour cent de « non-Blancs ») et préfigure, à cet égard, le destin des grandes villes de l'hémisphère nord. Tous les changements y sont plus rapides qu'ailleurs. Désormais pôle culturel, sa modernité hétéroclite demande à être apprivoisée car elle demeure la ville la plus étrangère du monde pour la plupart des visiteurs. Los Angeles est à la fois un mythe en formation et un défi.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Au printemps 1991, à la fin de la guerre du Golfe, l'exode jetait sur les routes des centaines de milliers de Kurdes qui échappaient ainsi aux soldats de Saddam Hussein. Une fois de plus, le malheur s'abattait sur le peuple kurde. Assimilation forcée, répression, massacres, transferts de population, état de siège ; depuis les lendemains de la Première Guerre mondiale, l'histoire kurde est celle du déchirement et de la souffrance. Écartelés entre l'Iran, l'Irak et la Turquie où il n'ont pas d'existence officielle, les Kurdes n'ont ni frontières ni État. L'identité kurde, pourtant façonnée par l'histoire et la culture, existe bien. En cette fin de siècle, les droits des minorités nationales se posent avec une vigueur nouvelle. L'Institut de recherche des Nations unies pour le développement social, sensible à cette évolution, a demandé à Gérard Chaliand un rapport sur la situation des Kurdes au Moyen-Orient. Le Malheur kurde est issu de cette enquête. Il présente un bilan historique, social et économique, étayé par une connaissance intime du terrain et des hommes. Gérard Chaliand, qui depuis trente ans s'est rendu maintes fois dans cette région du monde, est en effet un des meilleurs experts mondiaux du problème kurde. Son livre est une référence pour tous ceux qui, après les images du malheur entrevues le soir sur le petit écran, veulent savoir et comprendre. Expert en questions stratégiques, auteur de nombreux ouvrages de géopolitique, spécialiste des minorités nationales, Gérard Chaliand a dirigé l'ouvrage Les Kurdes et le Kurdistan (1977).

  • Il y a cent ans, d´avril 1915 à juillet 1916, était perpétré le génocide du peuple arménien par les nationalistes jeunes-turcs. L´Empire ottoman, alors en guerre au côté des puissances centrales, les accuse d´avoir pactisé avec les Russes et de se rebeller contre Constantinople, trouvant là l´occasion de régler la « question arménienne ». Sous prétexte de déplacer la population arménienne loin du front, commencent des opérations de déportation et de massacre systématique : plus d´un million d´êtres exterminés, les deux tiers des Arméniens de Turquie.
    Ce n´est qu´en 1984, après un demi-siècle de silence, que ce crime imprescriptible était porté à la connaissance de l´opinion mondiale par le Tribunal des peuples, à Paris. Reconnu par les Nations unies l´année suivante, puis par le Conseil de l´Europe, le génocide des Arméniens ne l´est pas par la Turquie, et demeure un sujet de friction entre Istanbul et l´Europe. Ce livre reprend les contributions au colloque, signés des plus grands spécialistes de la question (Yves Ternon, Pierre Vidal-Naquet...) et inclut une nouvelle préface.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty