Littérature générale

  • "Rien que la terre. Toute la terre. Gérard Chaliand est un nomade. Cavalier rapide plutôt que pressé, sans fin il parcourt la steppe ou la savane, la forêt ou le fjord, le cap Vert ou la Terre de Feu, New York ou Bamako, Kaboul ou Buenos Aires. Passion des lieux, des paysages, des villes - de leur beauté et leur diversité.
    Pourtant, c'est la passion pour la guerre qui l'aura fait le plus souvent bondir aux quatre coins de la planète. Il a la passion des lieux parce qu'il aime ce qu'en a fait l'oeuvre des hommes. Mais pour qu'une civilisation édifie, il faut qu'elle ait su être triomphante. Dans la guerre, par la lutte, avec du sang versé. C'est une des lois de ce monde - troublante, cruelle, absolument humaine - que Chaliand nous oblige à regarder lucidement.

    Il n'a rien de l'homme d'armée, soldat ou capitaine. Il aime en revanche l'odeur de la poudre, le départ des chevaux, les nuits sous la tente, l'art d'attaquer, le tranchant ou l'éclair des armes. Il aime les risques de la guerre parce qu'elle fait vivre intensément le lieu et l'instant. Partout, aujourd'hui autant qu'hier, se déroule un épisode de l'immémoriale aventure faite de batailles pour survivre, de combats contre l'oppression, de conflits pour affirmer un pouvoir. Des parties décisives ne cessent de se jouer entre les hommes et les terres, bouleversant l'histoire, bousculant la géographie, transformant le monde. Luttes sourdes, guerres mal déclarées, brasiers sous la cendre ou violents incendies. De la plus forte, la plus irrévocable des histoires humaines, Gérard Chaliand a voulu être le témoin, en dire le sens, la noblesse, la sauvagerie. [...]"
    Claude Burgelin.

  • Los Angeles s'appelle familièrement L.A. Deuxième ville des États-Unis après New York ; de vingt mille habitants il y a un siècle, cette ville champignon est aujourd'hui une agglomération avoisinant les quatorze millions. Mégapolis s'étendant sur une centaine de kilomètres, cité la plus cosmopolite du monde (elle compte 55 pour cent de « non-Blancs ») et préfigure, à cet égard, le destin des grandes villes de l'hémisphère nord. Tous les changements y sont plus rapides qu'ailleurs. Désormais pôle culturel, sa modernité hétéroclite demande à être apprivoisée car elle demeure la ville la plus étrangère du monde pour la plupart des visiteurs. Los Angeles est à la fois un mythe en formation et un défi.

  • Los Angeles s'appelle familièrement L.A. Deuxième ville des États-Unis après New York ; de vingt mille habitants il y a un siècle, cette ville champignon est aujourd'hui une agglomération avoisinant les quatorze millions. Mégapolis s'étendant sur une centaine de kilomètres, cité la plus cosmopolite du monde (elle compte 55 pour cent de « non-Blancs ») et préfigure, à cet égard, le destin des grandes villes de l'hémisphère nord. Tous les changements y sont plus rapides qu'ailleurs. Désormais pôle culturel, sa modernité hétéroclite demande à être apprivoisée car elle demeure la ville la plus étrangère du monde pour la plupart des visiteurs. Los Angeles est à la fois un mythe en formation et un défi.

  • Étranger en Algérie. Novembre 1952. Un jeune homme de dix-huit ans à peine débarque à Alger - seul et en quête de lui-même. Il a laissé derrière lui Paris et sa famille, sans un mot et sans un regret. Ici, de l´autre côté de la Méditerranée, il ne connaît personne et doit se débrouiller comme il peut, non seulement pour subsister mais encore pour survivre. Dans deux ans exactement, une guerre longue et douloureuse éclatera. Entre-temps, Gérard Chaliand aura regagné la France. En tant que jeune Français, il lui sera alors demandé d´aller combattre ces Algériens avec lesquels il vient de fraterniser.

    Les années de formation. Avec le romantisme de ses vingt ans, Gérard Chaliand songe que la vie est courte et qu´il faut y croquer à pleines dents. Tout en exerçant divers petits boulots, le jeune homme étanche sa soif de connaissances à Langues O´, où il noue des amitiés durables et découvre l´amour. Fou de littérature, il publie également plusieurs recueils de poésie salués par André Breton et reçoit les encouragements de Jean-Paul Sartre pour son adaptation théâtrale de l´histoire du soldat Slovik, cet Américain condamné à mort pour désertion durant la Seconde Guerre mondiale, et qui fut le seul dont on exécuta la sentence.

    L´appel du monde. Son engagement anticolonialiste au sein de Partisans, revue dont il est l´un des fondateurs au moment de la guerre d´Algérie, puis de Révolution africaine, joint à sa curiosité insatiable conduisent naturellement Gérard Chaliand à vouloir comprendre le monde à partir du terrain. De l´Afrique à l´Amérique latine, du Moyen-Orient à l´Asie orientale, il sillonne inlassablement le globe, croisant, au hasard des rencontres, Amilcar Cabral, Che Guevara ou Yasser Arafat. Acteur de la guérilla avant d´en devenir théoricien, il est aujourd´hui l´un des plus éminents spécialistes des problèmes politiques et stratégiques du monde contemporain.

  • La legende de gilgamesh Nouv.

    L'épopée de Gilgamesh est le premier récit de l'humanité transcrit dans des mots. Cette légende sumérienne, conçue en Mésopotamie il y a plus de 5000 ans précède de loin la Bible et davantage encore L'Iliade. Cette épopée qui fonde le modèle même du héros épique en quête de gloire, est également une quête métaphysique qui nous confronte à des thèmes essentiels de l'existence : l'amour, l'amitié, le désespoir, le courage et l'errance.
    La retranscription poétique qu'en propose ici Gérard Chaliand illumine ce texte fondateur qui est le premier des chefs d'oeuvre de notre littérature-monde.

  • Les trois auteurs de ce livre pensent de manière singulière l'état de leur société et le monde à venir, en pleine mutation. L'esprit d'aventure leur sert de « boîte à outils » pour démonter les rouages des idoles contemporaines, les fausses valeurs, et mieux cerner ce qui doit compter dans le futur.Ils dessinent ainsi une tentative originale de réconciliation entre modernité et humanisme grâce aux valeurs universelles portées par l'esprit d'aventure.

empty