• En 1938, William R. Scott passe commande à des grands auteurs comme Hemingway, Steinbeck ou Gertrude Stein d'écrire un livre pour enfants ; Stein accepte avec enthousiasme. La Terre est ronde (The World is Round), publié en 1939, relate les aventures de Rose, 9 ans, accompagnée de son cousin Willie, dans sa quête d'une identité stable dans un monde en mouvement. Ce récit tout en euphonie telle une comptine, où la signification des mots se confronte à leur sonorité, se joue des tropes des contes et de la fausse légèreté de leurs thèmes. A sa manière musicale et poétique, Gertrude Stein interroge le monde à hauteur d'enfance !

  • Alors que la menace allemande plane sur la France, Gertrude Stein publie en 1940 Paris France, un petit opuscule mêlant souvenirs de jeunesse et observations sur son pays d'adoption : la France. Elle écrivait que les écrivains doivent avoir deux pays, celui auquel ils appartiennent et celui dans lequel ils vivent réellement. Le second est romanesque. Ce texte est malgré tout un hymne au plaisir et à la joie de vivre dans ce pays romanesque qu'était la France pour elle et les Américains de sa génération. Derrière les commentaires tranchés sur la mode, les traditions et les façons d'être des Français, on retrouve l'intérêt continu de Stein pour les caractères, pour les habitudes : tout ce qui se répète dans un comportement et qui fait le style d'une vie. Ce texte est complété par Raoul Dufy. Il faut méditer sur le plaisir. Raoul Dufy est plaisir.

  • En 1934, Gertrude Stein retourne aux États-Unis, son pays natal, après plus de trente ans d'exil, pour y donner une série de conférences. L'écrivain a alors soixante ans. Établie à Paris, elle y est connue pour sa collection d'art, son amitié avec Picasso, sa poésie réputée difficile. Elle est aussi nouvellement célébrée pour L'Autobiographie d'Alice Toklas, publiée en 1933, qui lui apporte une attention dont elle était jusque-là relativement frustrée. La tournée américaine durera huit mois et connaîtra un important succès ; Stein y expose ses idées sur la littérature en général et sur la sienne en particulier. À l'invitation de Thornton Wilder, universitaire et romancier, elle intervient à l'Université de Chicago pour quatre conférences qui sont publiées aux États-Unis dès 1935 sous le titre Narration, et sont traduites pour la première fois en français dans ce volume. Stein tente d'y définir ce qui constitue la spécificité de la littérature américaine, la ligne de séparation entre poésie et prose, les conditions de possibilité du récit. Elle ne propose cependant pas une théorie des genres ; la langue des conférences contourne l'explication académique, provoque plutôt la pensée par sa poésie propre.

empty