• Supposons, Madame, que vous vous sentiez mal dans votre peau. Patraque. Toujours un pet de travers. Votre mari s'y prend comme un manche, au plumard. Et jouer toute seule, en se servant de vieux souvenirs d'internat, n'est pas toujours très gratifiant. Et si vous alliez voir un psy ? Pourquoi pas, après tout. On arrive, on s'étend sur un divan, on ouvre son âme. Il n'est pas mal du tout, ce psy-là. Et comme il a l'esprit large ! Rien ne le scandalise, au contraire, il en veut toujours plus ! Et il sait si bien vous mettre à l'aise. Vous avez chaud ? Déshabillez-vous donc... Il vous vient certaines langueurs à évoquer les fantasmes qui vous travaillent ? Ne craignez rien. Il va les apaiser. Que ses mains sont douces... Comme il vous déculotte délicatement ! Comme il sait bien entrer dans les plus secrets replis de votre... âme. On finit par ne plus savoir où l'on est ! Sur un divan ? Ou dans la tête du pervers confesseur qui vous a réduite à l'état de poupée de chair et qui s'amuse de vos folies pour mieux les partager ?

  • Sophie, bourgeoise BCBG, est mariée à Jérôme. Jérôme fantasme à l'iddée que sa femme pourrait être offerte à des amants. Chaque fois qu'ils font l'amour, Jérôme et Sophie s'amusent entre eux de cette fantaisie inoffensive qui les excite beaucoup. Mais voilà que Sophie, sans prévenir son mari, devient la maîtresse de Grégoire, le meilleur ami de Jérôme. Jusqu'ici, rien de bien neuf, on se croirait dans une pièce de boulevard. Mais le hic, c'est que Grégoire est encore plus pervers que Jérôme. Et que lui, il ne se contente pas de fantasmer !

  • Supposons qu'un inconnu vous aborde pour vous montrer un photo obscène de sa femme. Et qu'il vous propose de vous la prêter (la femme, pas la photo) pour une nuit, ou pour un week-end, en vous laissant libre d'en " faire " ce qui vous plaira.
    Gilbert d'Y nous raconte minutieusement comment il a " réagi ", lui... Cette rencontre qui a changé sa vie allait faire de lui un de nos plus talentueux pornographes.

  • Myriam est sexologue ; mais comme les cordonniers sont souvent les plus mal chaussés, elle a elle-même des problèmes beaucoup plus importants que la plupart de ses clients. Elle n'arrive à jouir, en effet, que " dans l'exercice de sa profession ". Et c'est bien pour cela qu'elle l'a choisie. Pour traiter les névrosés et les névrosées qui viennent se livrer à elle, elle ne rechigne jamais à mettre la main à la pâte.
    En voilà une qui fait son métier avec plaisir ! Le tout, c'est qu'elle puisse intervenir ; elle n'hésite donc pas à se masturber devant ses patients et patientes, à s'exhiber sexuellement, et même quand la " thérapie " l'exige, à faire l'amour avec eux. Après Jérôme, le puceau maso, qu'elle initie et soumet, après Katia, la femme objet en révolte, voici un couple à problèmes, Jean-Yves et Michelle... qu'elle va soigner séparément. Mais c'est surtout Vanessa, la naïve nymphette, qui va réclamer les soins les plus approfondis.

  • " Tu verras, avec des inconnus... c'est encore meilleur ! "
    Pendant que sa chère et tendre bosse, le mari chômeur s'initie aux joies du " réseau " en compagnie d'une copine. Mais voilà que sa femme, licenciée à son tour, rentre un jour plus tôt que prévu ! Catastrophe ! Le couple se brouille, chacun cherche du travail de son côté. C'est ainsi que l'épouse atterrit dans une agence de communication qui loue les services des jolies femmes... Hôtesses très particulières, elles se livrent à des prestations que la morale réprouve. Au tour du mari de tirer la gueule quand il découvre les occupations de sa femme ! Mais pas longtemps : " Et si on s'associait ? ", lui propose-t-il. Se mettre à son compte, c'est le rêve de tous les chômeurs, non ? Plus de patron, travailler quand ça vous chante... A domicile, si besoin est. Bref, leur petite entreprise ne connaît pas la crise. Hélas, elle ne fleurira pas longtemps, car la vie n'est pas un conte de fée... Ce vilain livre non plus !

empty