• - 50%

    Quadrille

    Inès Benaroya

    • Fayard
    • 3 Juin 2020

    «  Pierre cherche la sonnette autour de la grille bleue. Il n'y en a pas. C'est un signe, Pierre. Pas de sonnette, pas de visiteurs. Prends ta famille sous le bras et rebrousse chemin. Il bougonne et continue de chercher. Les enfants sont silencieux, un peu intimidés. Je pourrais dire quelque chose, c'est le moment, proposer une alternative, sentir le vent tourner, renoncer. Je me tais. Pierre se décide à frapper contre la plaque métallique. Je ne retiens pas sa main.  »
    Ariane passe des vacances de rêve sur une île en Grèce avec son mari et leurs deux enfants, quand elle rencontre Viola et les siens. Les deux familles se lient d'amitié, mais bientôt l'été révèle ses démons, faiblesse des uns et fourberie des autres - à moins que ce soit l'inverse.
    Pour son quatrième roma, Inès Benaroya nous livre un Quadrille incandescent et nous invite à une danse où se confondent fascination et effroi, le temps d'un été, ou d'une vie. 

  • Bon genre

    Inès Benaroya

    • Fayard
    • 9 Janvier 2019

    Si j'étais un homme ..., pense-t-elle, comment ferait un homme ?
    Si j'étais un homme atteint d'un vague à l'âme inexpliqué, un homme à deux doigts de l'implosion, en butée de sa vie, assiégé par les colites spasmodiques et une terrible envie de baiser malgré son épouse à la maison. À une terrasse de café, une femme me tend un paquet de mouchoirs. Je la rejoins à sa table, je fais mine de m'intéresser alors que je n'ai qu'une seule idée, me pencher sur son visage au sommet de sa jouissance. Si j'étais un homme, je déciderais du tempo. La femme propose, l'homme dispose. La parlotte, ça va cinq minutes. Je suis un prédateur, je n'ai peur de rien, je passe à l'attaque, quand je veux, comme je veux.
    Si Claude était un homme, ce livre n'existerait pas.

  • Anna se réveille en sursaut. Un bruit la arrachée au sommeil.
    Le lendemain, elle sapproche de la remise au fond de son jardin. Sur le vieux canapé, allongé de tout son long et dans un relâchement total, un enfant dort.

  • Quelqu'un en vue

    Inès Benaroya

    « L'observation vire à l'obsession. Soir après soir, il mate. Chacune de leurs fenêtres est une vignette dans laquelle serpente, au rythme des apparitions et disparitions, un microcosme muet et fascinant. Son regard en perpétuel mouvement s'introduit et dissèque le va-et-vient. Du haut de sa tour d'où personne ne le voit, il infiltre les secrets. C'est lui le maton à présent. Les prisonniers sont en face, dans leur cellule baignée de lumière. » Un roman en vis-à-vis, sur le piège des apparences et le vertige de la liberté.

empty