• Pour appréhender la formation de normes nouvelles dans les campagnes chinoises, les auteurs analysent les principes d'action et les fondements du lien social existant avant l'arrivée au pouvoir du Parti communiste. Cette étude est centrée sur l'évolution

  • Des formes d'association nouvelles entre les individus modifient sans cesse la réalité sociale chinoise. En dépit de l'indétermination et de l'incertitude qui dominent, des actes volontaires de coordination sont accomplis chaque jour. D'une part, ils mettent à l'épreuve pactes et promesses ; d'autre part, ils confirment ou invalident les obligations et les engagements qui importent. Derrière l'apparente disparité des lieux ou des histoires évoquées, les contributions réunies dans cet ouvrage s'attachent à retracer de tels épisodes d'action concertée. Ecrites par des chercheurs chinois et français, elles prennent appui sur des matériaux d'enquête, tant historique qu'ethnographique. Les textes donnent ainsi à voir comment ceux qui s'associent, de façon parfois fugace, parfois stabilisée, retravaillent les arrangements sociaux, précisent le sens et la portée des institutions, testent des répertoires d'action et contribuent à redéfinir des façons de tenir ensemble. Six d'entre eux sont écrits en français et deux autres en langue anglaise.

  • « Si j'aurais su, j'aurais pas venu », la réplique est culte. Mais combien connaissent vraiment l'histoire de La Guerre des boutons de Louis Pergaud ? À redécouvrir à travers cette très belle adaptation, pleine de fraicheur.Tous les ans, les enfants de deux villages voisins se livrent une guerre à coups de bâton et de cailloux. Cette année, ceux de Longeverne ont l'idée de dépouiller leurs ennemis de leurs boutons, afin de les obliger à rentrer ainsi chez eux. L'humiliation est certaine... La guerre peut recommencer !«La Guerre des boutons version Delcourt est un album séduisant qui permettra aux plus jeunes de découvrir ce roman mythique ! » France3.fr« L'écriture est légère comme les noms d'oiseau que s'échangent les enfants et percutante comme les horions qu'ils s'assènent. » Sceneario

  • Une forme spécifique de revendication démocratique serait-elle à l'oeuvre en Chine ? La « protestation », en se généralisant, y amorcerait-elle un processus aux conséquences imprévisibles ? Telles sont les questions que soulèvent les auteurs de cette saisissante étude. Elle porte sur une réalité largement méconnue. Depuis 1951 existe là-bas un dispositif intitulé « Administration des Lettres et visites ». Créé par Mao Zedong, il était destiné à recevoir les plaintes, protestations et doléances des particuliers. Cet ouvrage raconte comment cette administration, souvent instrumentalisée idéologiquement, n'a cessé de s'étendre et de se codifier. Mais aussi et surtout comment elle a autorisé un espace de parole qui est devenu le lieu d'une contestation du réel massive et inattendue.L'immense collection de doléances ainsi recueillie - tant par voie écrite (les lettres) qu'orale (les visites) -, qui raconte en creux l'histoire de la Chine moderne, n'avait jamais été examinée. Les auteurs ont pu avoir accès à des centaines de ces lettres et enquêter sur la pratique (très réglementée) des visites, jusqu'alors inconnue du dehors, pour essayer de comprendre qui s'exprime au sein de cet espace ; auprès de qui ; pour dire quoi ; et comment.Le résultat de leur travail est inédit. Il montre comment ceux qui, depuis des décennies, adressent lettres et visites aux autorités font état d'attentes morales et politiques souvent ignorées mais qui relèvent bien d'un processus d'invention démocratique.Isabelle Thireau est sociologue, directrice de recherche au CNRS et directrice d'études à l'EHESS.Hua Linshan est historien, chercheur associé au Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine. Ancien Garde rouge, il a publié au Seuil, en 1987, un « livre événement », Les Années rouges, qui racontait de l'intérieur, et pour la première fois, ce qu'avait été réellement la Révolution culturelle des années 1960.

empty