• L'institution parlementaire algérienne a suivi l'histoire de la République en France. Elle a commencé sous la Révolution de 1848 et s'est poursuivie sous toutes les Républiques, à l'exclusion du Second Empire et du Gouvernement de Vichy. C'est ce qui a donné aux parlementaires de l'Algérie un réel esprit d'attachement aux institutions démocratiques françaises. Après la 2è Guerre mondiale arrivent les premiers parlementaires algériens musulmans à l'Assemblée nationale et en 1958, 71 députés de l'Algérie arrivent au Palais Bourbon. La représentation de l'Algérie au Parlement français appartient aujourd'hui à l'histoire ; c'est une page supplémentaire du passé franco-algérien.

  • La représentation parlementaire d'outre-mer a suivi les péripéties de l'histoire nationale et coloniale. Elle a longtemps été contestée parce qu'elle était forfaitaire, limitée à quelques territoires et désignée par des collèges électoraux spéciaux. On lui reprochait aussi de permettre à des personnalités métropolitaines influentes de se faire élire à bon compte. En fait, les parlementaires d'outre-mer ont représenté leurs circonscriptions avec dévouement et conscience. Républicains convaincus, ils ont largement contribué à fonder la République en France. Le livre de Jacques Binoche tente de reconstituer leur histoire.

  • Que l'Allemagne ait toujours exercé sur le général de Gaulle une sorte de fascination est une chose connue. Mais ce qui est assez ignoré en France et souvent oublié de l'autre côté du Rhin, c'est la façon dont l'Allemagne a jugé Charles de Gaulle tout au long de sa vie : - Le lieutenant-colonel d'abord, prônant avant-guerre une arme blindée au sein d'une armée française opérationnelle... - Le chef de la France Libre ensuite, dirigeant de Londres l'effort de la Résistance française... - L'ermite de Colombey mettant en garde contre une renaissance de l'Allemagne et livrant dans ses Mémoires le fruit de son expérience... - Le président de la Ve République enfin, définissant et cherchant à promouvoir une politique française après avoir tendu la main à l'ancien ennemi... En suivant les réactions de l'Allemagne à l'égard du général de Gaulle de 1924 à 1970, on prendra conscience de certaines « réalités » franco-allemandes, on découvrira aussi toute une continuité de l'Allemagne et de sa politique, on réfléchira enfin à la dimension du malentendu qui sépare les deux peuples et qui pourrait bien, si l'on n'y prend garde, nous conduire à de graves déconvenues. Un général français, le général Binoche, a été mis à la retraite pour avoir rappelé certaines vérités sur l'Allemagne. Ce livre apporte sur cette affaire un éclairage surprenant.

  • Le livre de Jacques Binoche constitue un sévère réquisitoire contre l'orientation politique et économique des successeurs du Général de Gaulle, qu'il accuse d'être responsables de l'effondrement actuel de la France. De 1968 à aujourd'hui, les problèmes n'ont pas changé quant au fond, mais ils sont devenus plus aigus. Chômage, balance commerciale, productivité industrielle, les chiffres se sont aggravés. Jacques Binoche analyse une à une les prises de position des présidents Pompidou et Giscard d'Estaing dans le domaine de la politique étrangère (européenne, en particulier), financière et sociale, souligne leurs erreurs, leurs faux calculs, leurs contre-sens économiques, et indique, selon lui, les voies du redressement possible. A la veille des élections législatives, cet ouvrage a pour ambition de convaincre une majorité d'électeurs de la nécessité de changer la politique française, tant sur le plan des hommes que sur celui des idées.

  • Le livre de Jacques Binoche constitue un sévère réquisitoire contre l'orientation politique et économique des successeurs du Général de Gaulle, qu'il accuse d'être responsables de l'effondrement actuel de la France. De 1968 à aujourd'hui, les problèmes n'ont pas changé quant au fond, mais ils sont devenus plus aigus. Chômage, balance commerciale, productivité industrielle, les chiffres se sont aggravés. Jacques Binoche analyse une à une les prises de position des présidents Pompidou et Giscard d'Estaing dans le domaine de la politique étrangère (européenne, en particulier), financière et sociale, souligne leurs erreurs, leurs faux calculs, leurs contre-sens économiques, et indique, selon lui, les voies du redressement possible. A la veille des élections législatives, cet ouvrage a pour ambition de convaincre une majorité d'électeurs de la nécessité de changer la politique française, tant sur le plan des hommes que sur celui des idées.

  • Qu'est-ce que l'opinion publique et comment s'est-elle formée dans nos sociétés européennes modernes ? Le premier axe de réflexion, historique, interroge le rôle de la police de la monarchie dans le contrôle, ou non, des discours et des informations, à travers les mesures concernant l´imprimerie. En outre, il donne à voir les différents visages de « l´opinion publique ». Le deuxième axe plus « philosophique » consiste à définir le sens même de « l´opinion publique » et la fonction qu´elle doit jouer (ou non) dans le but d´assurer la cohésion sociale. La Révolution donne au problème une intensité toute particulière.

empty