• En ce dimanche, Anna voit défiler chez elle ses proches, tous un peu perdus dans l'existence, au moment où son ancien mari souhaite lui retirer la garde de sa fille pour l'envoyer en pension.

  • Ici moins qu'ailleurs est le troisième volet de la trilogie que l'auteur consacre à ses dernières décennies de théâtre. Pauses (1981-1990) évoquait son départ du Studio-Théâtre de Vitry et ses années de direction du Théâtre national de Strasbourg. L'Amour d'Alceste (1991-2000) revenait sur son mandat d'administrateur général de la Comédie-Française et, à sa suite, sur la création de la Compagnie Pour Mémoire. Dans Ici moins qu'ailleurs (2001-2010) il porte un regard, encore forcément subjectif et transversal, sur le devenir du théâtre français et sur la société où désormais il s'inscrit. C'est l'Ici. Il tente aussi de donner sens à la part croissante de ses séjours et réalisations à l'étranger et à la découverte passionnée de ces autres scènes. C'est l'Ailleurs.
    />

  • L'amour d'alceste

    Jacques Lassalle

    Les textes réunis dans L´amour d´Alceste concernent la décennie 1989-2000 (de la Comédie-Française à l´indépendance), comme ceux, réunis dans Pauses, concernaient la décennie 1980-1990 (du Studio-Théâtre de Vitry au Théâtre National de Strasbourg). Ils trouvent leur place dans l´une ou l´autre des cinq séquences thématiques - l´ombre portée du cinéma ; la tentation du roman ; l´acteur réfractaire ; une pédagogie impliquée ; l´artiste et le politique - qui rythment le livre comme elles ont rythmé le parcours de l´auteur.
    Étroitement liés aux oeuvres, aux personnes, aux événements, aux pratiques qui les ont inspirés, ces textes, dans la diversité de leur facture et de leur occasion, apparaissent d´abord comme autonomes et circonstanciels. Ils sont, par nature, spontanément réactifs. Mais, regroupés, mis en perspective les uns par les autres, ils contribuent à faire de L´amour d´Alceste - celui qu´on porte au personnage, celui aussi, trop exigeant sans doute, que le personnage porte à ses contemporains - une contribution, modulée par le temps, à l´avènement d´un théâtre qui serait à la fois celui du soupçon et de la résistance, mais tout autant, celui d´une ouverture passionnée à de nouvelles perspectives, à de nouveaux enjeux.

  • Au début des années 90, le nombre de thèses délivrées s'est rapidement accru alors que, parallèlement, la situation économique se dégradait, ralentissant le recrutement des jeunes diplômés. Face aux interrogations croissantes sur l'insertion professionnelle des scientifiques, la Direction de la technologie du ministère de l'Éducation nationale, de la Recherche et de la technologie a souhaité connaître et expliquer les modalités d'insertion professionnelle des Docteurs. Dans cette perspective, le Céreq a réalisé une étude, dont les résultats sont présentés dans ce document. La première partie, une enquête sur l'insertion des Docteurs diplômés en 1994, montre que leur situation est - trois ans après l'obtention de leur diplôme - relativement bonne, comparativement à celles des autres diplômés de l'enseignement supérieur. De plus, quelle que soit l'origine disciplinaire, les Docteurs qui ont noué des relations avec les entreprises et les moniteurs, sont avantagés au regard de l'insertion. Une enquête qualitative, menée auprès de diplômés en 1993, qui compose la deuxième partie de ce document, permet d'affiner la compréhension des résultats instantanés du travail statistique, par une description et une analyse des modalités d'insertion professionnelle : le Doctorat, diplôme d'excellence de l'université, ne semble pas exactement ajusté aux exigences des emplois disponibles à ce niveau, et les Docteurs essentiellement préparés au monde de la recherche et de l'université, doivent intégrer - dans des délais extrêmement courts - les exigences de polyvalence, de mobilité, et les réalités du monde des entreprises. Si les débouchés du privé ne représentent qu'un tiers de l'insertion professionnelle des Docteurs, ce n'est pourtant pas faute de réelles relations entre les laboratoires de recherche et les entreprises, comme le montre l'analyse quantitative et qualitative des liens entre formations doctorales et entreprises, développée en troisième partie.

  • Au début des années 90, le nombre de thèses délivrées s'est rapidement accru alors que, parallèlement, la situation économique se dégradait, ralentissant le recrutement des jeunes diplômés. Face aux interrogations croissantes sur l'insertion professionnelle des scientifiques, la Direction de la technologie du ministère de l'Éducation nationale, de la Recherche et de la technologie a souhaité connaître et expliquer les modalités d'insertion professionnelle des Docteurs. Dans cette perspective, le Céreq a réalisé une étude, dont les résultats sont présentés dans ce document. La première partie, une enquête sur l'insertion des Docteurs diplômés en 1994, montre que leur situation est - trois ans après l'obtention de leur diplôme - relativement bonne, comparativement à celles des autres diplômés de l'enseignement supérieur. De plus, quelle que soit l'origine disciplinaire, les Docteurs qui ont noué des relations avec les entreprises et les moniteurs, sont avantagés au regard de l'insertion. Une enquête qualitative, menée auprès de diplômés en 1993, qui compose la deuxième partie de ce document, permet d'affiner la compréhension des résultats instantanés du travail statistique, par une description et une analyse des modalités d'insertion professionnelle : le Doctorat, diplôme d'excellence de l'université, ne semble pas exactement ajusté aux exigences des emplois disponibles à ce niveau, et les Docteurs essentiellement préparés au monde de la recherche et de l'université, doivent intégrer - dans des délais extrêmement courts - les exigences de polyvalence, de mobilité, et les réalités du monde des entreprises. Si les débouchés du privé ne représentent qu'un tiers de l'insertion professionnelle des Docteurs, ce n'est pourtant pas faute de réelles relations entre les laboratoires de recherche et les entreprises, comme le montre l'analyse quantitative et qualitative des liens entre formations doctorales et entreprises, développée en troisième partie.

empty