Littérature générale

  • Rome, 1702. Le pape confie au père lazariste Teodorico Pedrini la plus extraordinaire des missions. Compositeur, claveciniste de renom, il doit se rendre en Chine afin d'oeuvrer à la conversion du Fils du Ciel, Le Mandarin blanc est le roman de cette aventure qui mènera Pedrini, à travers océans et continents, jusque dans l'Empire du Milieu. De Saint-Malo aux rivages du Pérou, de Mexico à Manille et Macao, son voyage durera sept années faites de découvertes et d'exotisme, d'amours et d'amitiés, de grâces musicales et d'interrogations brûlantes sur Dieu et sur le monde.
    Hanté par les souvenirs de la noble Gabriella Braschi dont la fin tragique l'a fait entrer dans les ordres, de la libre métisse Maria del Carmen pour laquelle il a éprouvé une violente passion en Amérique latine, Pedrini arrive à Pékin en 1711. La Chine et ses mystères s'offrent à lui. Il y plongera pour devenir le Mandarin blanc, musicien de la cour, ami de l'empereur Kangxi et, en pleine Querelle des Rites, l'adversaire des jésuites. Honneurs et complots, concerts à la Cité interdite et persécutions des chrétiens : Pedrini trouvera-t-il enfin la paix dans le Tao que lui révélera Yao Niang, sa compagne secrète ?
    Fresque à la Dumas, au rythme étourdissant, le Mandarin blanc raconte une autre rencontre entre l'Occident et l'Asie, et constitue une formidable parabole sur la liberté.
    Longtemps éditeur, Jacques Baudouin a voulu avec ce roman redonner vie à Teodorico Pedrini, le plus singulier des musiciens baroques dont l'oeuvre est aujourd'hui pleinement redécouverte.

  • La Reine du Yangzi, c'est ainsi que tout Shanghai surnomme Olympe Esparnac, la veuve du French Tycoon, dans les années 1890. Véritable mère courage depuis le meurtre de Charles, le grand amour de sa vie, elle se consacre à l'éducation de leurs deux enfants, Louis et Laure, et à la survie de la Compagnie du Yangzi, l'entreprise créée par son défunt mari. Dans ce but, elle n'hésite pas à prendre tous les risques pour livrer elle-même ses clients le long du Fleuve Bleu, malgré les conseils de Joseph Liu, son associé chinois. Dans ces conditions, il faudra beaucoup de patience à Patrick O'Neill, un Américain, pour la séduire et la convaincre de redonner une chance à l'amour... En 1900, après avoir confié la direction de l'entreprise à son fils, Olympe part enfin à la découverte du pays dans lequel elle vit depuis si longtemps. Surprise à Pékin par la révolte des Boxers, elle sera sauvée in extremis. Mais l'Empire du Milieu craque de toutes parts et les trois enfants de Charles Esparnac, aussi aventureux que leur père, vont chacun y travailler en secret : Louis en menant une double vie de riche Shanghailander et de révolutionnaire, Laure en devenant la maîtresse de Yoshida Ichirô, un officier de renseignement japonais, Zhu Chang, leur demi-frère chinois, en luttant au côté de Sun Yat-sen puis de Tchang Kai-Shek... Alors que la tourmente révolutionnaire menace la Compagnie du Yangzi, Olympe devra de nouveau en reprendre la direction pour la sauver du chaos qui ronge la Chine tout entière.
    C'est tout le Shanghai des années 1900 à 1930 qui sert de décor à la suite de la saga chinoise des Esparnac. Le Shanghai riche et extravagant des grandes fortunes et du Bund, mais aussi celui des émeutes, des grèves ouvrières, de la guerre civile et de la naissance du parti communiste dans la concession française en 1921.

  • En 1870, la toute jeune concession française de Shanghai ne compte qu'une centaine de négociants, entrepreneurs, missionnaires, employés des Messageries et quelques fonctionnaires du consulat. Trois fois moins que la concession anglaise qui lui fait face. Autant de chances, pour un aventurier déterminé, d'y faire fortune... Tel est le rêve de Charles Esparnac lorsqu'il se lance dans le commerce sur le Yangzi, par où transitent jusqu'à Shanghai toutes les marchandises - soie, thé, porcelaines... - destinées à l'Europe. Activité risquée : les attaques incessantes de pirates sur le « Grand Fleuve » rendent la navigation périlleuse. Mais le danger est un challenge supplémentaire pour ce jeune homme au passé trouble qui sait se battre et se faire respecter. Aidé de Joseph Liu, soncompradore, le premier Chinois à lui faire confiance, Charles va rapidement accumuler les succès : à peine deux ans plus tard, son « empire » pèse suffisamment pour qu'il bâtisse sur le Quai de France une demeure qui deviendra l'une des adresses les plus courues de la Concession tandis que lui-même s'impose comme une de ses figures emblématiques. Pour asseoir tout à fait sa position, il ne lui reste plus qu'à prendre femme et fonder une famille - une famille officielle, car il entretient une liaison clandestine et passionnée avec une prostituée chinoise qui attend un enfant de lui. Olympe de Crozes ne sait évidemment rien de tout cela quand elle quitte la France pour partir épouser Charles ; elle ne connaît d'ailleurs rien de lui... Ce qui lui convient très bien : son goût pour l'aventure, son rejet des conventions sociales et son imagination fertile parent de toutes les qualités ce vicomte de l'autre bout du monde. Cruelle déception à l'arrivée : pris dans le tourbillon de ses affaires et de ses amours secrètes, Charles lui accorde à peine un regard. Mais Olympe est de la trempe des véritables héroïnes, celles auxquelles la vie ne peut promettre qu'une grande histoire d'amour, celles qui ne se révèlent jamais aussi bien que dans l'adversité la plus cruelle. Car le destin, après leur avoir tout donné et fait d'eux les « princes » de Shanghai, n'épargnera pas les Esparnac...

empty