• Entre 1908 et 1956, des ruelles populaires du Vieux-Nice et son arrière-pays à la croisette de Cannes, de la misère de ses jeunes années à la bonne fortune, vie et destin de Vittorio Lombardo, fils d'immigrés piémontais. Avec en filigrane une magnifique évocation de la Côte d'Azur, région aux multiples influences et contrastes.
    L'honneur... telle est la raison d'être de Victor Cousin, comte de Salèse. A Cannes, il promène sa haute stature avec l'aura d'un aventurier moderne. Comme d'autres notables, il se rend le mardi soir dans une " maison " tenue par la respectable Juliette. Mais il est déjà sous le charme d'une jeune fille perdue qui va bouleverser sa vie.
    Des vies, il en a tant vécu... Né en 1908, Vittorio, enfant choyé d'un couple piémontais, a grandi dans les ruelles populaires du Vieux-Nice au sein d'une communauté immigrée solidaire. Bientôt orphelin, il va régner en chef incontesté dans plusieurs quartiers, rançonnant les riches au profit des déshérités. Jusqu'au jour où, sous la menace de bandes rivales, il doit fuir... Fuir Nice pour les montagnes.
    Mais comment survivre, seul, démuni, sans espoir de retour ?

  • L'auberge du gué

    Jean Siccardi

    En Provence, vers 1900. Antoine Rabuis est abandonné  par son père à un couple de paysans aisés en mal d'enfant.  Bientôt officiellement adopté, le garçon prend le nom  de ses nouveaux parents et se fait prénommer Noël.Après le certificat d'études, pourtant doué et promis à  un brillant avenir, Noël préfère rester à la ferme auprès de  sa nouvelle famille.Malheureusement, la guerre éclate. Comme tous les  hommes de son âge, Noël est appelé sous les drapeaux.  Mais comment courir au massacre lorsque l'on a appris à aimer passionnément la vie et à haïr la violence ?Le salut du jeune soldat viendra d'un nouveau et incroyable  changement d'identité...
      À travers la destinée singulière d'un jeune Provençal au temps  de la Grande Guerre, Jean Siccardi, écrivain fécond, auteur  de plus de soixante ouvrages, amoureux des terres du Sud,  célèbre le bonheur de vivre, la puissance de la générosité  et la liberté.
     

  • Gaston des vignes

    Jean Siccardi

    Au lendemain de la Grande Guerre, Noël Bertrand exploite avec sa mère, Madeleine, la ferme du Saut du Loup, au milieu de la nature âpre et sauvage de la Haute Provence. En son absence, Madeleine reçoit une étrange visite : celle de Cécile, une fille du pays, accompagnée d'un étranger qui propose de racheter à un bon prix la propriété.
    Comme le projet de construction d'une ligne ferroviaire est dans l'air,cette offre inattendue ravive la crainte d'une expropriation.
    Noël n'a plus revu depuis longtemps Cécile, son amour de jeunesse. Mariée par son père à un vieux paysan, Gaston, elle a abandonné son époux pour aller mener une vie de plaisirs à Digne. Qui est l'inconnu avec lequel elle s'affiche ? Quelles sont ses intentions ? En quête de réponses, Noël sera peu à peu entraîné dans les méandres de la folie et du crime...
    « UN ÉCRIVAIN QUI SAIT CONCILIER
    DANS SON STYLE FOISONNANT, L'AUTHENTICITÉ,
    LA LUCIDITÉ ET LA BIENVEILLANCE. »
    Didier van Cauwelaert

  • En Provence, au début du XXe siècle, le destin tragique des jumelles Rabuis, cruelles et ambitieuses, dans l'univers des producteurs de la rose de mai. Hélène et Elvire, jumelles rousses comme le feu et l'orge, sont filles de forgeron. Marquées par les brimades subies dans leur enfance - à l'école on ne leur pardonnait pas d'être nées pauvres -, elles décident d'user de leur beauté et de leur intelligence pour réussir. Elvire se fait embaucher chez Albert Maillan, le principal producteur de roses du pays. Dans son laboratoire, il cherche à percer les mystères de cette fleur fascinante. Ambitieuses, Elvire et Hélène imaginent une machination diabolique... Un enivrant Parfum de rose.

  • " La Moura est morte. " Cette phrase retentit de bouche en bouche. La peur succéda à la stupéfaction. Les bigotes multiplièrent les prières. Les plus froussards jetèrent du gros sel par la fenêtre de chez eux. Une sueur glacée envahit la nuque de Grandi. Il resta prostré. Quel sort allait donc frapper Saint-Cabraire ? Le maire s'en voulait amèrement de n'avoir pas su aider la Moura lorsqu'il était encore temps. Il avait laissé faire et se le reprocherait sa vie durant.
    La famille Passeron, dynastie de Saint-Cabraire, jouit d'une grande respectabilité pour sa droiture et son influence sur la vie de la cité. Le père est propriétaire d'immenses oliveraies d'une qualité unique, et son fils, maître moulinier, produit une huile des plus prisées. Tout serait presque pour le mieux s'il n'y avait la vieille Moura, la sorcière. Autour de sa propriété, elle a érigé un mur afin de barrer les passages menant à la rivière et aux domaines des uns et des autres.
    Lorsque la Moura meurt, on pense que le mur va être enfin détruit mais la défunte avait désigné son héritière, Ariane, belle et maligne, dont la venue va mettre le village sens dessus dessous, révélant le secret de ses origines, un secret qui a détruit la vie de la Moura.

  • Au coeur du Mercantour, deux frères rebelles aux valeurs familiales du travail et de l'effort et animés d'un désir de revanche, succombent à toutes les tentations, même les plus viles, pour fuir leurs montagnes et faire fortune ailleurs?
    Les Vitali sont propriétaires des Granges neuves, auberge de bonne réputation. Eduquant rudement leurs garçons, Boniface et Adrien, ils les envoient garder les vaches et les chèvres du cousin Casimir, pour un salaire de misère. A bout, les adolescents quittent un jour la maison familiale avec un désir de revanche. Recueillis par Eugène Baille, paysan, celui-ci les pousse à profiter de la vie quelles qu'en soient les manières plutôt que de travailler. Du braconnage de marmottes aux petits larcins, Boniface et Adrien cèdent bientôt à des délits plus graves mais plus lucratifs : la contrebande, le vol dans les riches demeures de nobles du coin. Après s'être vengé de Casimir, le dépouillant d'une petite fortune malhonnêtement acquise, ils concrétisent enfin leur rêve : retrouver leur cousin Arnaud parti chercher fortune au Mexique. Ils ne reverront jamais leurs parents, restés seuls aux Granges neuves.

  • Hôtel du Pont. Chambre 6. Des clients solitaires de passage en Provence que l'on ne reverra jamais plus. Presque dix ans plus tard, des lettres retrouvées signées d'un énigmatique employé dénoncent les crimes perpétrés par un couple d'aubergistes crapuleux. D'après une histoire vraie. Une déclinaison de L'Auberge rouge sous le ciel de Provence. En 1951, tombé sous le charme de la région, un jeune couple anglais achète pour une bouchée de pain une auberge abandonnée sise sur une rive de la Siagne. Durant l'Occupation, l'ancien hôtel du Pont fut le théâtre de transactions et d'activités peu recommandables sous l'impulsion de ses propriétaires, les Boutarel. Or, peu à peu, les murs de l'endroit délivrent leurs noirs secrets... Un artisan, Louis Reboux, découvre un paquet de lettres dénonçant des faits abominables. Ces lettres sont signées d'un énigmatique employé, dont les Boutarel, décidément sans scrupules, ne se méfiaient pas... Une déclinaison de L'Auberge rouge sous le ciel de Provence.

  • En Provence méditerranéenne, Giani, exilé piémontais découvre avec passion l'univers de la chênaie mais se retrouve impliqué malgré lui, dans une sombre affaire de vengeance.0500 0300esiècle, dans les hauteurs de Saint-Tropez, au domaine de Seignerolle, les saisonniers travaillent à l´écorçage des chênes-lièges et à la fabrication de bouchons, production première des forêts des Maures.
    Marius Pellegrin et son épouse Marie dirigent la chênaie. De son Piémont natal, Giani Vieri a gardé le souvenir de sa mère, disparue mystérieusement, la nostalgie des siens et le goût du travail bien fait. A la suite de longues pérégrinations qui l´ont entraîné en Provence, Giani a trouvé du travail chez les Pellegrin. La vie rude en forêt lui convient, il se sent heureux avec ses compagnons bûcherons, écorceurs... Mais cette sérénité va être mise à mal par la révélation de drames et de sordides règlements de comptes auxquels sont liés ses patrons. Ainsi, Clémentine Pellegrin, leur fille, est convoitée par le vieux comte de Lamalgue, propriétaire d´un immense vignoble. Celui-ci l´attire dans son château de Mins de Paillas. Bien malgré lui, Giani, l´étranger, devient le témoin d´une ténébreuse histoire de vengeance, et de secrets de famille...

  • AuXVIesiècle, des religieuses trop puissantes aux yeux du clergé marseillais sont accusées de débauche. Vrai, faux ? Une histoire qui met en lumière le combat de femmes pour vivre leur religion selon leur voeu.

    «- Des usurières, des femmes habiles en droit, des dévoreuses insatiables ! Depuis des siècles, elles nous mènent la vie dure, nous spolient, nous ridiculisent, apitoient évêques et papes en invoquant le seul prétexte qu´elles sont de pauvres moniales, et qu´elles subissent toutes les injustices que le seigneur a fait naître sur cette sainte terre. Elles savent faire parler d´elle. Elles prêchent, osent distribuer les sacrements et montrer à leur façon la voie du salut. Mon pauvre Cornélius, s´il n´ y avait pas les femmes, nous aurions tout pour rien, l´existence serait sereine, mais en réalité c´est pisser chaud pour boire froid. » Au XVIe siècle, en Provence, le moine Cornélius est mandaté par l´abbaye de Saint-Victor à Marseille pour enquêter sur les religieuses du couvent de la Celle, près de Brignoles. Les plus hautes sphères du royaume et du clergé veulent fermer ce lieu réputé malsain et si peu catholique, réputé pour ses débauches...

    Enviées et jalousées car indépendantes et puissantes, les bénédictines de la Celle, toutes issues de l´aristocratie, sont accusées des plaisirs de la chair et autres vices...

    Cette mauvaise réputation remonte à Garsende de Sabran, la première abbesse, qui, au XIIIe siècle, fit du couvent une abbaye royale prestigieuse jouissant, fait exceptionnel, de la protection des papes. Un statut et une puissance intolérables pour les hommes du clergé de Saint-Victor autant que pour le pouvoir royal, Mazarin en tête, et qu´ils entendront remettre en question, par tous les moyens. Y compris la calomnie.





    .

  • Dans le Mercantour, entre vallées et montagnes, la cohabitation entre les bergers, leur travail pénible, risqué, leur vie de solitaires et le loup, sans cesse à la recherche d´un territoire pour vivre en harmonie avec la nature et les siens ?
    « Une plainte descendit des bois. Anna reconnut le hurlement du loup, repris aux quatre points cardinaux. Un hymne psalmodié telle une cérémonie d´accueil accompagnait la naissance du fils d´un berger.
    - Ils chantent pour toi, Guillaume, souffla-t-elle en portant les mains au ventre. » Enzo le berger dont l´épouse Anna attend un fils, Ragan le loup et sa compagne Cannelle qui va bientôt mettre bas, les brebis accompagnées de leurs agneaux en partance pour une longue transhumance, tous suivent le fil tout simple de la vie quotidienne. Jusqu´au drame, à l´accident impliquant le cousin d´Enzo et le troupeau. Le premier accusé est le loup, le prédateur, la bête àéliminer coûte que coûte. La colère des villageois est terrible. Une longue traque commence alors, une chasse impitoyable qui amènera Ragan le loup et Enzo le berger à un terrible face-à-face.

    Mais lorsque la vieille rebouteuse du village affirme qu´Enzo et son fils possèdent « le don », la possibilité d´apaiser les esprits paraît possible. Et si ce don était simplement celui de vivre en bonne entente avec les loups, de les comprendre et de les aimer ?

  • 1939, Castelroche est un village niché entre montagne et plaine, dominant la Méditerranée. où la population vit repliée sur elle-même. A la rentrée d'octobre, Louis Rosenberg, nouvellement nommé instituteur, dépense une belle énergie pour sa mission éducative. De jour en jour, il devient un enseignant respecté et un modèle pour ses élèves, notamment pour Adrien, enfant de l'Assistance publique, adopté par un couple de fermiers. Mais le maître constate un malaise dans le village, un secret tu depuis des années. Avec l'aide d'Adrien et de ses amis, Louis parvient mettre à jour une sordide histoire dans laquelle tous les villageois sont plus ou moins impliqués. Mais déjà, accompagnée par les troubles politiques et les premiers échos de la guerre, une vengeance terrible se trame contre Louis Rosenberg...

  • L'oeuvre majeure d'un grand poète contemporain, pour qui les mots vivre et aimer ne sont point des abstractions. Et lorsque l'émotion rejoint, en complémentaire, la perfection du langage, le fait poétique retrouve sa raison d'être et le grand public.

  • L'oeuvre majeure d'un grand poète contemporain, pour qui les mots vivre et aimer ne sont point des abstractions. Et lorsque l'émotion rejoint, en complémentaire, la perfection du langage, le fait poétique retrouve sa raison d'être et le grand public.

  • Le Furet se lance dans la défense de la nature et la dénonciation du travail forcé en Provence.

  • L'ivresse des anges

    Jean Siccardi

    Quand montent à la tête l´eau ardente des alambics et le sang de la passion. Fernand exploite une petite ferme sur les bords de la Siagne en Provence. Il est également bouilleur de cru ambulant, comme son père, mort en tournée dans de

  • Le secret dun sourcier provenal. Au dbut du XXe sicle, dans le haut pays
    niois, Jsus lve ses brebis sur les terres dsertiques de ses aeux. Il lui
    faut descendre quotidiennement avec son ne Marcel pour la corve deau jusqu
    une cascade situe au pied des ruines du chteau de Fougassire.

    Quand Franois, un vagabond, lui demande lhospitalit et lui annonce
    lexistence dune source cache sur son domaine, Jsus croit que la maldiction
    ancestrale va prendre fin. Mais un soupon lobsde : pour quelle raison cet
    inconnu sintresse-t-il tant cette source ? Sil possde vraiment le don et
    le pouvoir des sourciers, quexigera-t-il de lui en change de sa dcouverte ?
    Et pourquoi sacharne-t-il sortir de loubli la lgende de saint Germain, ce
    moine prcheur du Moyen ge dont on a tout fait, de sicle en sicle, pour
    effacer la trace ?


  • Au coeur du secret le mieux gardé de nos terroirsEn Provence, Albert, un vieux paysan né de la garrigue initie Casimir, fils de berger, à tous les secrets de la truffe noire. Le diamant noir aux arômes enivrants est source de toutes les passions, de toutes les jalousies, de toutes les folies au point de susciter des actes de sang.  De la symbiose de la truffe avec l´arbre à sa maturation, de sa cueillette à sa vente sur les marchés, le savoir que lui transmet le vieil homme est inestimable au point que Casimir s´interroge : quelle faute cherche-t-il à racheter au soir de sa vie ? Que sait-il sur la mort tragique et mystérieuse de son père, lui-même chasseur de truffes ? Pourquoi le met-il en garde contre la vengeance de Gambino, un redoutable propriétaire terrien dont la fille s´est éprise de lui ? .

  • La chapelle des templiers Nouv.

    Après une jeunesse tourmentée, Eugène Bellême vit chichement sur la petite ferme héritée de son père, autrefois puissante commanderie templière au coeur de la vallée des Chênes en Haute-Provence, lorsqu'il reçoit la visite d'un inconnu.
    Bertrand Béranger prétend être le descendant d'un membre de l'ordre du Temple auquel appartenait aussi un ancêtre d'Eugène, Robert II de Bellême. Bertrand est venu demander l'aide d'Eugène pour exhumer le trésor des Templiers, enseveli,
    prétend-il, dans une chapelle toute proche.
    La rumeur de ce trésor n'est pas nouvelle. Tous ceux qui l'ont cherché ont échoué, certains même y ont perdu la vie comme si, dans l'ombre, quelqu'un voulait garder le lieu inviolé...
    Eugène peine à croire en l'entreprise puis comprend qu'elle va faire tomber les masques et lui permettre d'assouvir une vengeance longtemps méditée...

  • Bon sang ne saurait mentir ! On lui a dit qu'il ressemblait au duc de Windsor, le fugace Édouard VIII. Il décide alors d'enquêter. À mesure de ses découvertes, il apprend qu'il n'est autre que le petit-fils du roi d'Angleterre. En 1912, sa grand-mère, Marie-Léonie Graftieaux, fut la maîtresse du prince de Galles, dont elle eut un enfant en 1916. Pour prix de son silence, la monarchie britannique lui offre de l'argent. La petite couturière parisienne devient ainsi une styliste célèbre dans l'entre-deux-guerres sous le pseudonyme de Marcelle Dormoy. François Graftieaux, qui vit aujourd'hui en France et en Suisse, demande à la cour d'Angleterre que l'on procède à un test ADN pour faire reconnaître sa légitimité. Une réalité à faire pâlir toutes les fictions historiques dignes de... ce nom ? Bon sang ne saurait mentir !

empty