Langue française

  • Jean Vautrin déploie des prodiges d?écriture et poursuit sa fresque sur la Grande Guerre. Un magistral morceau de littérature, un livre destiné à rester.0300Ils sont quatre soldats, quatre amis jetés dans la tourmente de la guerre de 14-18. Arnaud de Tincry, séduisant aristocrate cambrioleur, a quitté le front. Associé à un as de l´aviation, il est aux trousses de Rosa Lumière, agent double à la solde du Kaiser et de l´Empire ottoman.... Les deux hommes, l´un au volant d´une Bugatti, l´autre aux commandes de son biplan, vont tâcher d´arrêter la redoutable, l´irrésistible espionne, au terme d´une course-poursuite qui les mènera jusqu´aux chambres lambrissées d´un château moyenâgeux situé au coeur des Alpes suisses... À l´arrière du front lui aussi, Guy Maupetit, dit Ramier, ajusteur de son état, se remet de ses blessures dans les bras d´une veuve revenue éplorée des colonies, mais dont l´appétit sexuel est resté intact. Ce grand amoureux de la pêche au brochet a juste le temps de se livrer à son passe-temps favori avant de retourner à la sanglante boucherie. Il y retrouvera ses amis, le distingué Raoul Montech, éleveur de vins en pays sauternais, et le sensible Boris Malinowitch-Korodine, peintre russe domicilié sur la butte Montmartre. Tous deux viennent de sortir de la geôle où ils croupissaient pour s´être révoltés contre la tuerie causée par l´infâme Rémuzat de Vaubrémont, commandant incompétent qui incarne à lui seul toute l´horreur de la guerre. Bientôt Tincry rejoint ses camarades et les quatre se retrouvent en première ligne, face à Vaubrémont... Combien de temps tiendront-ils avant de lui faire payer son ignominie ?0300Ils sont quatre soldats, quatre amis jetés dans la tourmente de la guerre de 14-18. Arnaud de Tincry, séduisant aristocrate cambrioleur, Guy Maupetit, ajusteur de son état, Raoul Montech, éleveur de vins en pays sauternais, et Boris Malinowitch- Korodine, peintre russe domicilié sur la butte Montmartre. À peine revenus de l´arrière du front ou sortis de la geôle où ils croupissaient pour s´être révoltés contre l´infâme tuerie, les quatre amis se trouvent précipités en première ligne... Combien de temps tiendront-ils encore ? Jean Vautrin déploie des prodiges d´écriture et poursuit sa fresque sur la Grande Guerre. Au-delà de la verve feuilletonesque qui nous emporte d´une scène à l´autre dans un seul mouvement, Vautrin nous plonge avec une force peu commune dans l´horreur et la stupidité du massacre.

  • Louise Anarchange, trente et un ans, est professeur. Elle n´a jamais quitté la maison familiale, où elle vit sous la coupe d´un père jaloux. Sauf une fois. Ce jour-là elle subira la violence la plus terrible. Louise Anarchange, Louise A., devient schizophrène. Elle s´invente un double, Louise B., qui exercera sa vengeance. Face à Louise il y a ce flic, Kowalski, géant blessé, hanté par son passé. Témoin, après le premier meurtre, de la fuite de Louise, il va tricher avec son métier et se laisser fasciner par la criminelle... D´un côté une femme victime, mais aussi meurtrière, de l´autre un flic alcoolique qui a perdu toute illusion...Partagés entre leurs rêves de pureté et une existence difficile, les héros de ce roman montrent que la frontière entre le Bien et le Mal demeure plus floue que jamais. Une seule chose reste sûre: dans notre société, la violence se trouve à tous les carrefours de la présence humaine. Et le chaos est dans les coeurs et les esprits. Cela, Jean Vautrin le dit dans une langue étonnante de souplesse, capable selon ce qu´il veut exprimer de la verve la plus alerte, de la cruauté la plus franche, de la poésie la plus poignante.

  • Des tranchées de la guerre de 1914 au Paris des années folles, un grand roman en trois volumes dans l?esprit des «Aventures de Boro»!030016 avril 1917: l´offensive Nivelle est lancée contre la ligne Hindenburg. Une compagnie de chasseurs tente de gagner la crête du Chemin des Dames. Au petit matin, Ramier, projeté dans un trou boueux par une explosion et abandonné sur le champ de bataille, appelle ses trois copains à l´aide. Le soir même, les quatre hommes seront réunis pour un assaut absurde et suicidaire. Parmi les rares hommes de la compagnie qui auront survécu à la boucherie ordonnée par un commandant incompétent, quelques-uns devront encore faire face au peloton d´exécution. Comment vont réagir nos quatre amis? Il y a Guy Maupetit, dit Ramier, l´ouvrier; Raoul Montech, le viticulteur; Arnaud de Tincry, l´aristocrate cambrioleur ; et Boris Malinowitch-Korodine, dit Malno, le peintre russe de Montmartre. Jean Vautrin raconte le destin de ces quatre soldats français que rien, ni la géographie, ni l´origine sociale, ni l´ambition, ni les projets n´auraient dû réunir et qui vont conjuguer bravoure et amitié pour se sortir du bourbier où les a jetés le grand massacre. Ce n´est pas seulement sur le front, où, dans l´horreur et la folie, les mutineries se préparent, que Vautrin nous emmène. Avec la verve, le souffle et l´humanité qui sont sa marque, il dresse aussi le portrait romanesque et flamboyant de toute une époque.0400Retour de culbute, les deux patrouilleurs relevaient la tête. Hébétés, ils regardaient leurs mains terreuses et engourdies par le froid.Une mouillure infecte dégoulinait en un noir chagrin de boue sur la face de Korodine.À son côté, étalé sur un caillebotis, Arnaud de Tincry avait la peau si mouillée qu'elle fumait.? Est-ce qu'au moins Montech est rentré? grommela-t-il avant de manifester la moindre joie d'avoir sauvé sa peau.? Si tu veux savoir, demande à mes puces, lui répondit une voix qui provenait de dessous une couverture. L'étoffe s'agita. Un visage apparut. Montech claquait des dents. Ses yeux luisaient sauvages derrière la croûte de son déguisement de terre séchée.Korodine le jaugea avec une expression singulière. Il inclina la tête pour se mieux forger un avis. Il sentait passer dans le regard du Girondin un intraduisible désarroi.? Je jure que j'ai fait tout ce que j'ai pu... bredouilla ce dernier. Ses yeux hallucinés lui mangeaient le visage. ? C'est donc ça? devina Arnaud de Tincry. T'étais allé chercher Ramier dans la merde?Raoul Montech émit un signe affirmatif. Il semblait soudé à la terre.? Plus fort que moi, hoqueta-t-il d'une voix sourde et énervée, il a fallu que je me rende dans le secteur où je l'ai vu rendre son fusil ! J'arrivais pas à me faire à l'idée qu'il pouvait être mort.? Et alors?? Tringle! Je ne l'ai pas trouvé.Cédant au découragement, le vigneron s'était retourné sur le dos. Sa capote alourdie par l'eau croupie chargeait ses épaules d'un poids de plomb. Il avait plongé sa main dans sa poche. Et exhibant sous le blair de Korodine, qui était son plus proche voisin, une poignée de plaques d'identité :? C'est le nom, tu comprends, c'est le nom qu'il faut sortir de la bouse! À cause de l'oubli! À cause du trou noir! C'est qu'il y en a du monde qu'on r'connaît pas! Si tu voyais le carnage! Tous ces braves avec leurs boyaux autour de la taille! Dressés, vidés, hachés. Pâles, le ventre ouvert, recouverts par des grappes humaines. Une couche de tourbe, une couche de recroquevillés. Partout, j'ai retourné la terre! Au couteau, à la griffe, j'ai fouillé l'écume du champ de bataille! Pas trace de l'Auxerrois! Il n'est nulle part! Ni étendu, ni rapiécé! Pendant l'assaut, je l'ai vu monter en chandelle derrière moi! Il a roulé dans les nuages! Lancé en l'air par une force incroyable! La boue fusait tout autour de lui! Elle imitait la pluie en grands rubans noirs! Les corps cascadaient sous l'effet des marmites! Soulevé dans la gerbe, le petit griveton! Rayé du nombre des hommes! Escamoté! Un vivant comme lui... j'arrive pas à y croire!Montech était submergé par un sanglot qui le renv

  • De nouveaux personnages, de nouvelles intrigues: entre roman d?amour et roman d?espionnage, la veine feuilletonesque s?affirme pleinement0300Dans «Adieu la vie, adieu l´amour», le nez dans la boue des tranchées, on ne faisait qu´apercevoir l´arrière du front. Dans ce second volet de la trilogie, la perspective s´inverse... Nous échappons à l´abominable tuerie et retrouvons nos quatre héros (le viticulteur, le peintre, l'ouvrier et l'aristocrate) lors d'une permission. C´est le volume des femmes. On rencontrera Rosa Lumière, danseuse et espionne, la «femme au gant rouge» du titre; la maternelle et possessive princesse Maria Ivanovna; la blonde Alsacienne Cora Sexschneider qui sait si bien adoucir la peine des blessés de guerre; la jolie et malheureuse Pauline Montech qui n´a pas pu résister, en l´absence de son mari, aux appas d´un beau contremaître (et ses deux affreuses cousines Vertamont qui la font chanter); Génia Bistoufle et Fariba Faribole, femmes dites de mauvaise vie, et beaucoup d´autres personnages, parfois célèbres ? entre autres: Pétain, Clemenceau, Mandel, Picasso, Braque, Suzanne Lenglen...À chaque page, la mort et l´amour se regardent dans un terrible face-à-face. Un récit poignant, tendu, drôle aussi, empreint de force et de vie: de la grande littérature!0600«Jean Vautrin, magicien du verbe, a des envolées hugoliennes pour mettre en scène l´horreur et la folie des hommes.» Jean Contrucci, La Provence«C´est du roman dur et dru, violent, chahuté, célinien!» Michel Grisolia, L´Express«Vautrin est un grand peintre de la folie des hommes! Chagall pour les couleurs, Rabelais pour la musique!» Pierre Miquel«Dumas, Céline et Rabelais sont des copains d´écriture, histoire de fouiller les mots, de les secouer pour voir ce qu´ils ont dans les boyaux.» Christine Ferniot, Lire«Un livre de Vautrin se reconnaît à l´oreille. C´est sonore, cuivré, épique!» Pierre Vavasseur, Le Parisien« Comme jamais les mots de Vautrin fusent, tordent la langue pour lui arracher son jus de douleur, d´indignation, pour décrire l´apocalypse annoncée. Un hallucinant récit de fraternité et de déglingue...» Francis Kochert, Le Républicain Lorrain«Jean Vautrin est un forçat des mots... Une fresque idéale pour le pacifiste convaincu qu´est Jean Vautrin » Patrick Poivre d´Arvor, Nice-Matin

  • C´est l´armistice ! Ils sont quatre soldats français tout juste sortis du bourbier de la Grande Guerre, quatre amis soudés à la vie à la mort par l´expérience des tranchées. Et liés par un lourd secret : ensemble, aux derniers jours de la boucherie, ils ont assassiné un bourreau, un homme sadique et incompétent, un colonel de l´armée française. Dans une France qui verse peu à peu dans la fièvre des années folles, chacun retourne à sa vie d´antan. Guy Maupetit, dit Ramier, ajusteur de son état et grand amoureux de la pêche au brochet, a du mal à se remettre à l´ouvrage et préfère chercher le réconfort dans le sein des femmes. Le distingué Raoul Montech, éleveur de vins en pays sauternais, retrouve son domaine, ses ambitions politiques, son épouse adultère et sa charmante belle-soeur. Le géant russe Boris Malinowitch-Korodine glisse de la butte Montmartre à Montparnasse et se prépare à devenir un peintre à succès. Quant à Arnaud de Tincry, le séduisant aristocrate cambrioleur, il reprend ses activités illicites et, sous le masque de Spector, défraye bientôt la chronique policière... Les quatre amis ne sont pas seulement poursuivis par le remords, mais aussi par un ancien voisin de tranchée, devenu policier, l´ex-caporal Charpaillez. Témoin de leur crime, cet homme à la mentalité déplorable n´hésite pas à se livrer au chantage. D´autres fantômes sortis des tranchées viendront-ils obscurcir le destin des quatre soldats français ?

empty