• « Je vous demande de réfléchir à qui je suis et à ce qu'a été ma carrière  », lâchait Nicolas Sarkozy à ses interrogateurs dans les locaux de la police judiciaire en 2014. Une menace à peine masquée qui n'a pas empêché l'ancien président de la République de se retrouver en garde à vue quatre ans plus tard pour une autre affaire.L'audition et la garde à vue des hommes politiques sont souvent dignes des meilleures fictions. Parce que pendant ces vingt-quatre ou quarante-huit heures en vase clos, ils jouent leur peau. Depuis quelques années, le nombre d'élus placés en garde à vue augmente de façon spectaculaire. Pourtant, ils avouent rarement. Ils esquivent, s'emportent... et quand ils cèdent, comme le député européen Robert Rochefort, pris en flagrant délit d'exhibition sexuelle dans un magasin de bricolage, c'est pour se rétracter le lendemain.De Georges Tron à François Fillon en passant par Denis Baupin, Jean-Vincent Placé et Claude Guéant, pour la première fois, ce livre analyse ces moments à part que sont les confrontations entre politiques et policiers. L'auteur a eu accès à nombre de procès-verbaux et a pu s'entretenir avec des protagonistes des deux camps. Au-delà des scènes d'anthologie qu'il dévoile dans cet ouvrage, il met en question la validité d'une procédure le plus souvent à usage médiatique. 

  • Poulet à la dioxine, vache folle, listeria, salmonelle, hormones... faut-il avoir peur de ce qui se trouve dans nos assiettes ? « Non, la bouffe n'est pas totalement pourrie », répond Jean-Claude Jaillette, journaliste à Marianne après avoir dirigé la revue Que choisir ? et travaillé à Libération, mais l'agro-alimentaire est malade. Malade de son arrogance à vouloir imposer ses produits sur des territoires chaque jour plus vastes et à des populations culturellement différentes. Malade d'avoir confisqué aux paysans leur responsabilité ancestrale de nourrir l'humanité. Malade de sa puissance, car partout - élevages industriels, abattoirs, usines de transformation, grandes surfaces, laboratoires - les lois du capitalisme sont entrées en force, impliquant des coûts toujours plus serrés de produits normalisés qui n'ont plus rien à voir avec les cycles de la nature. À travers une série d'exemples qui font froid dans le dos, Jean-Claude Jaillette démonte les réseaux et traque les compromissions qui permettent, dans une Europe sans frontières et dépourvue d'organismes de contrôle communautaires, la multiplication de regrettables dérapages.

empty