• La République est un trop beau combat pour que l'on consente à la voir confisquée par un étrange parti qui va de Jean-Pierre Chevènement à Charles Pasqua, en passant par Max Gallo, Régis Debray, Pierre Bourdieu ou Philippe Séguin.
    Cat telle est la leçon que ces bons maîtres voudraient nous inculquer : la France, c'est la République jacobine recyclée par l'Empire ; ce modèle serait aujourd'hui le seul rempart contre l'horreur économique du capitalisme mondial : et quiconque - fût-ce par Corse interposée - écornerait l'Etat-Nation un et indivisible nous livrerait à la férocité du marché.
    Et si le véritable risque n'était pas là ? Et s'il était moins dans l'autonomie des régions, ou dans le pouvoir nouveau des juges, que dans l'assoupissement nostalgique d'une France rêvée ? Entre le nihilisme moral et la restauration jacobine, entre les chimères de la pensée identitaire et la résurrection d'un néo-bonapartisme, il y a place pour les héritiers d'une tradition girondine, qui entendraient rénover et refonder une République inachevée.
    En revisitant la question corse comme miroir et lapsus du modèle français, Jean-Marie Colombani remonte au coeur du malaise politique contemporain et propose une certaine idée de la République - démocrate, plurielle et girondine.

  • Lorsque Jean-Marie Colombani quitte Le Monde en juin 2007, après plus de treize ans passés à la tête de ce groupe si particulier, il est finalement soulagé. Les mois précédant son départ ont été sans merci. Une guerre de pouvoir à la hauteur de l´influence de ce Monde qu´il a façonné entouré d´Alain Minc et d´Edwy Plenel. Six ans plus tard, Le Monde, désormais détenu par le trio Bergé-Niel-Pigasse, est rentré dans le rang. Les rêves d´indépendance ne sont plus qu´un lointain souvenir et Jean-Marie Colombani a tourné la page pour se consacrer à l´information sur Internet.

    Parti de l´ancien Monde pour arriver dans le nouveau monde, il raconte dans ce livre d´entretiens avec Catherine Vincent ses combats, ses victoires. Il confesse ses erreurs. Il exprime aussi ses espoirs pour l´avenir et sa confiance dans le journalisme sur Internet. Parce que l´information est vraiment un monde à part.



    Directeur du Mondeentre 1994 et 2007, Jean-Marie Colombani est aujourd´hui le patron de Slate.fr. Il est l´auteur de plusieurs ouvrages dontAu fil du Monde etUn Américain à Paris, tous deux publiés chez Plon.
    Ex-rédactrice en chef deLa Correspondance de la presseet du site d´information économique e24.fr, Catherine Vincent est actuellement directrice de la communication de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD).

  • Jacques Chirac ? Pour certains, un impulsif impénitent, spécialiste des volte-face - voire des tête-à-queue. Une sorte de hussard qui ne se plaît qu'à la furia des assauts, mais à qui cette fougue même interdit de mener à bien tout projet de longue haleine. Pour d'autres, un perpétuel hésitant, un homme à l'identité incertaine et aux convictions floues, et donc soumis aux influences de ses entourages successifs. Analyses différentes mais conclusion identique : une inaptitude radicale aux stratégies longuement méditées, minutieusement réalisées. Puis il y eut ce jour de mai 1995, où stéréotypes et lieux communs durent faire place à l'évidence : Jacques Chirac, élu président de la République, avait bel et bien atteint son but. Deux ans pour se convaincre que les clichés avaient tort. Et deux mois - d'avril à juin 1997, le temps d'une dissolution-catastrophe - pour de nouveau penser qu'ils avaient peut-être raison. Du palais élyséen où désormais il réside plus qu'il ne préside, que nous réserve celui qui est chargé - rien de moins - de nous conduire dans un Nouveau Monde à l'orée d'un nouveau siècle ? S'il pose aujourd'hui un problème au pays, comment ce dernier peut-il le résoudre ? Pour esquisser des réponses à quelques-unes de ces questions, il m'a paru nécessaire de retracer son parcours. Afin, à travers son passé, de tenter d'éclairer notre avenir.

  • Une analyse de la situation en Nouvelle-Calédonie et de ses perspectives par le chef du service politique du Monde.

  • A force de côtoyer quotidiennement nos hommes politiques, d'écouter leurs discours, et pour certains d'entre eux leurs confidences, à mesurer aussi le sérieux de leurs propos, Jean-Marie Colombani a éprouvé le besoin et l'envie de se libérer, de rompre avec la langue de bois, le non-dit, le conformisme. Comme un écrivain qui croit au pouvoir des mots et qui s'en sert avec allégresse pour brosser de nos dirigeants des portraits, ou plus exactement des "croquis" parfois caustiques, toujours divertissants, Jean-Marie Colombani s'adresse aux principaux acteurs de la vie politique comme de la société civile par autant de lettres ouvertes. Vous les approcherez tous dans la "cour de récréation", du moins tous ceux qui comptent. Le plus avisé de nos observateurs vous invite à l'accompagner dans cette promenade récréative. Cela vous permettra, selon votre humeur, de considérer avec légèreté ceux qui vous impatientent ; en tout état de cause, de percer à jour ceux qui décident pour vous.

  • 12 jeunes migrants, filles et garçons, ayant quitté leur terre et les êtres qui leur sont chers pour un Eldorado qui, comme le dit Boris Cyrulnik, n'a plus rien de doré, témoignent ici de ce qui leur manque le plus. Et leur réponse est presque à l'unanimité : "Ma maman" !µµLes bénéfices de l'ouvrage iront à une association qui vient en aide aux mineurs isolés étrangers (MIE).

  • A travers le regard privilégié d'Eva Gabrielsson, la compagne de Stieg Larsson pendant 32 ans, la trilogie Millénium apparaît comme bien plus que la série policière connue dans le monde entier. Cest une allégorie de la lutte permanente et individuelle pour la morale et la justice des valeurs pour lesquelles Stieg et Eva se battaient depuis toujours. Millénium reflète pour elle une vie et un amour partagés, mais incarne aussi des moments terribles.

  • Conformément à la prophétie, Hrodbehrt acquiert un pouvoir de plus en plus fort et doit partir pour accomplir son destin.
    Sur le continent de Tarangat, nul ne se doute que le mal qui couve çà et là va bientôt s'embraser, ravivant une vieille prophétie oubliée. Une prophétie obscure qui mentionne... un « oiselet ».
    Cet Oiselet, c'est Hrodbehrt, un garçon chétif et timide, le descendant d'une lignée de puissants guérisseurs. Alors que violence et malheur envahissent le Tarangat, alors que l'emprise de Tumr, le prince sorcier, s'étend inexorablement, Hrodbehrt acquiert peu à peu certains pouvoirs : il peut désormais dialoguer avec les morts ou les animaux, contrôler les forces de la nature, et même guérir les corps et les esprits. Mais son apprentissage sera encore long.
    Accompagné de son chien et de son âne, il devra partir en quête des Fruits de Lumière, nécessaires à la survie des différents peuples qui composent le Tarangat. Au cours de ce périlleux voyage, parcourant les sentiers des hommes et les chemins de l'au-delà, Hrodbehrt rencontrera de bien étranges guides.
    Jusqu'à l'inévitable duel avec Tumr-le-Mauvais...
    Hrodbehrt l'Oiselet est une fabuleuse saga familiale, dans un univers original et magique, cruel et mystérieux, celui du Tarangat.
    Découvrez sans plus attendre ce roman fantasy dans l'univers magique et mystérieux du continent de Tarangat et accompagnez l'Oiselet à la recherche des Fruits de Lumière !
    EXTRAIT
    Tenant d'une main ferme sa lame la plus fine, elle s'agenouilla près d'Atchéla.
    - N'aie pas peur, Mériel ; tu seras son amie et tu le protégeras ; il est bon qu'il te voie dès qu'il sortira dans la lumière.
    D'un simple geste, elle imposa le calme à tous puis, après que Mériel eut remonté les vêtements d'Atchéla, elle coupa sans trembler la chair diaphane.
    Tout le village vit Chaline tenir à bout de bras, au-dessus de sa tête, l'enfant, tout petit, malingre, qui restait silencieux et immobile ; alors que chacun, le coeur étreint d'angoisse, attendait un signe de vie, il poussa enfin un cri. Et ce ne fut pas un cri mais un chant : quelques sons flûtés, étonnamment sonores, presque une mélodie, douce comme un baume ; puis l'enfant sourit comme Chaline abaissait les bras : un papillon se posait sur les primevères qu'Atchéla tenait encore en main.
    Bérol s'approcha :
    - Quel nom portera le fils d'Atchéla, l'Oiselet, le Chétif, l'Enfant de la Prophétie ? Celui de son grand-père Mouvrin ?
    - Non, répondit Chaline avec douceur. Il portera les noms sacrés notés dans les archives du grand Adhal, les noms appelant sur lui les forces et les épreuves de sa destinée, les noms restés secrets jusqu'à cet instant.
    Alors, Bérol prit délicatement le nouveau-né et, le dressant à son tour au-dessus de sa tête, s'écria :
    - Nous t'accueillons solennellement, Hrodbehrt Corian Okidrat ; honneur à toi ! Que les Puissances Numinales te protègent et t'éclairent afin que tu puisses accomplir ton appel !
    Alors l'enfant, à nouveau, chanta.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Après une enfance passée en Corse, Marie-Dominique Colombani a étudié les lettres classiques puis enseigné la littérature française - en particulier celle du Moyen Âge - d'abord en France, ensuite en Afrique noire, où elle a vécu pendant quatorze ans. Passionnée par le piano et le chant, fascinée par les mythes et les mystères, elle est aussi en profonde sympathie avec tous les êtres vivants de la nature. Hrodbehrt l'Oiselet est son premier roman fantastique, un roman d'initiation et de quête à la manière médiévale, où le lecteur est invité à découvrir par lui-même les sens cachés de l'aventure.

  • Si le mot « féministe » n'a pas toujours eu bonne presse, que dire alors du mot « imam » ! Représentant d'une religion mise aujourd'hui en accusation par une société qu'elle effraie, l'imam est devenu le symbole d'un nouvel obscurantisme. Quant à la féministe, elle voit dans le nombre croisant de musulmanes voilées et l'aberration de leur exigence de non-mixité une menace pour la laïcité et les libertés de l'ensemble des femmes françaises. Un foulard les sépare ! Marie-Françoise Colombani a travaillé pendant vingt-cinq ans dans un journal qui, longtemps et partout, a défendu la cause des femmes. En 2003, le magazine Elle était même à l'origine d'une pétition qui a poussé au vote de la loi contre les signes religieux à l'école. Tareq Oubrou, lui, a encouragé pendant des années les musulmanes à se couvrir la tête. Et pourtant, aujourd'hui, le grand imam de Bordeaux les appelle à une visibilité discrète leur expliquant que le voile ne repose sur aucun fondement religieux incontestable. Interrogé sans concession sur ce revirement, et sur la place de la femme dans sa religion, l'homosexualité, le mariage pour tous, la laïcité, son appartenance à l'UOIF, sa fidélité à Hassan el-Banna, fondateur des Frère Musulmans et grand-père de Tariq Ramadan, les suspicions de double jeu qui pèsent sur lui..., il répond à la féministe avec cette franchise qui fait sa force et lui a valu de nombreuses condamnations à mort émanant d'islamistes extrémistes dont Daech. L'imam a-t-il convaincu la féministe ? Déjà sur une chose : l'extrême complexité de la situation de l'islam en France...

  • Quand ils comprennent qu'ils s'aiment pour toujours, Pierre et Juliette se marient. Deux enfants et quelques années plus tard, leur bonheur est entier. Ils sont si bien dans leur cocon, si heureux dans leurs responsabilités de jeunes parents... qu'ils en deviennent comme frère et soeur. "Entre Pierre et moi, l'extinction du désir était un lien de plus. Un accident de parcours, une halte qui durait parfois un peu trop longtemps, mais qui demeurait tendre et confortable. Le jour où l'on ne s'est plus vus nus, mais seulement déshabillés, une sirène aurait dû se déclencher." Après trois ans de séparation, Pierre et Juliette se retrouvent. Dès les premiers instants ils savent qu'ils n'ont pas cessé de s'aimer. Mais entre eux, le désir sera-t-il "comme avant" ?

  • La Phratrie n'est pas la fratrie... Le dernier terme s'applique aux groupes formés par les frères et les soeurs ; le premier qui, à l'origine, dans la Grèce antique, concernait les divisions de tribus, désigne les clans. A ce titre, il s'est imposé aux auteurs pour définir la Ve République.

    A se pencher sur les dernières décennies, il apparaît en effet que les principales décisions n'ont pas été le fait des partis politiques, mais de petits groupes constitués autour - et par - une personnalité exceptionnelle. A la "République des Ducs" ou "des Notables" que fut la IIIe République, a donc succédé la "République des phratries", puisque ce sont les divisions au sein des familles qui la caractérisent. L'expression fait évidemment écho à l'expression "régime des partis", employée par de Gaulle pour dénoncer la IVe République.

    La volonté des auteurs est d'embrasser d'un seul regard quarante ans qui ont marqué l'Histoire récente, à travers quatorze problèmes clés qui déterminent notre avenir, qu'il s'agisse entre autres de la construction européenne, du chômage, de la politique de santé, de l'enseignement, de la justice...

    Georgette Elgey est l'auteur de l'Histoire de la IVe République et de différents récits (La Fenêtre ouverte, Anonymes). Jean-Marie Colombani a publié de nombreux essais politiques. Il est directeur du Monde.

empty