• Tanguy et le Radeau ne créent pas un théâtre des images, ni un théâtre de la pensée, ni une réflexion sur le théâtre, même s'il est vrai que ce théâtre est pensé et réfléchi. Cette pensée et cette réflexion sont devenues si consubstantielles à l'acte de création de Tanguy qu'elles s'effacent dans la mise en place de leur puissance. C'est un théâtre qui réfléchit autour des formes - lesquelles incluent l'image, et peuvent exprimer une image du théâtre, une image autour du théâtre ; elles peuvent aussi dire dans leur présentation la totalité d'une élaboration qui s'est occultée, et elles peuvent enfin dire l'image la plus nécessaire de la constitution de l'acte théâtral. Ce théâtre invente les formes qui habitent temporairement l'espace d'un théâtre, et dans cette temporanéité immédiate et éphémère il y a l'effacement des temps et des espaces qui nous cernent en tant que spectateurs.

  • Jean-Paul Manganaro, dans cette exploration si intime de l'oeuvre de Fellini, a voulu laisser la place, toute la place, aux films qui se sont succédé au cours des années et qui chacun tour à tour, le plus simplement du monde, c'est-à-dire chronologiquement, forment les chapitres de ce livre. Un à un il les décrit, les écrit, un à un il les analyse, les replace dans leur contexte historique, esthétique. Et à mesure qu'il avance, des récurrences, des associations se dessinent, à mesure qu'il avance c'est aussi une histoire de l'Italie contemporaine qui se déploie sous nos yeux en même temps que celle d'une des oeuvres artistiques les plus fortes du XXe siècle.

  • Liz T.

    Jean-Paul Manganaro

    Elle portait désormais en elle la totalité de ces histoires, elle n'était faite que de cela, de la multiplicité de ces femmes qu'elle avait été, dans le tissage laborieux d'une trame qui se brodait en elle et d'où elle pourrait désormais dégager les attentes et les désespoirs, les tristesses et les douleurs, les affections et les lueurs. Elle était toute dans cette profondeur lisse et inaltérable de la pellicule, elle y était, entière et pleine, et désormais, tout ce qui lui arrivait dans la vie ne pouvait qu'être rapporté à cette constitution primitive qui seule était sienne et lui dictait sa loi.

  • Cul in air

    Jean-Paul Manganaro

    Jeanne Bécu, alias Madame du Barry, disait ceci : "Le croupion, oui, le croupion, toujours bien en l'air, et avec les plumes de la queue éployées en éventail, horizontalement!" Suivant à la lettre cette consigne qui aurait pu devenir un proverbe , je me

  • Jean-Paul Manganaro n'est pas seulement un grand traducteur de l'italien, c'est aussi un essayiste aux multiples centres d'intérêt. Ce volume permet, du théâtre à la littérature, de la danse au cinéma, de prendre la mesure de son talent et de son érudition.

empty