• Le 27 avril 1938, Géraldine Apponyi, issue de la noblesse hongroise, surnommée « la rose blanche de Budapest » en hommage à sa beauté, épouse Zog Ier, roi des Albanais. De la gloire à l´exil, le destin hors normes d´une reine d´un an, dont la trajectoire lumineuse traverse près d´un siècle d´histoire européenne, du démantèlement des Balkans à la montée des fascismes, de la guerre froide à l´ère postcommuniste.


    Avec l´arrivée de Géraldine Apponyi à la cour de Tirana en 1938, le glamour et la modernité entrent en Albanie. De mère américaine et de père hongrois, de confession catholique et apparentée à toutes les familles royales de la vieille Europe, la « Rose blanche de Hongrie » tombe sous le charme du petit État des Balkans et de Zog Ier, son souverain musulman. Si la rencontre a été arrangée, le coup de foudre surprend la jeune comtesse et le roi dès le premier regard, dès le premier bal.


    Mais, un an plus tard, c´est le drame : l´Italie fasciste envahit l´Albanie et, tandis qu´elle vient de mettre au monde le prince héritier Leka, la reine doit fuir. Commence alors pour elle une vie d´errance, plus de soixante années d´exil qui ne prendront fin qu´en 2002, lorsque Géraldine rentrera triomphalement dans une Albanie délivrée du communisme.


    De l´Empire austro-hongrois à la montée du nazisme, de la guerre froide à la chute du mur de Berlin, Géraldine, reine des Albanais est une superbe fresque historique où l´épopée lumineuse et tragique de l´héroïne se confond avec celle d´une Europe à jamais disparue.
    « Une formidable biographie. Une des plus belles histoires de notre siècle. » Frédéric Mitterrand, « Les légendes du siècle », Europe 1 « Une éclatante leçon de courage. » Stéphane Bern,Madame Figaro

  •  0500Assis devant ma glace, je me couvre le visage de poudre, comme pour le faire disparaître. Je m´efface derrière mon personnage. C´est lui qui, tous les jours, a le dessus. Je souris de me voir ainsi fardé. J´ai toujours prétendu que je ne me maquillais jamais. Or tout le monde me voit faire le contraire sans songer à m´objecter cet argument. J´affirme, et nul ne contredit. Ma logique l´emporte sur le bon sens, mon mensonge sur la vérité des autres. Je les fais douter d´eux-mêmes et de leur raison. Je suis un génie de l´apparence. Je ne me serai pas contenté de créer mes scénarios, j´aurai inventé ma propre vie, tel l´oiseau moqueur des contes pour enfants.Hollywood, 1928. Le tournage du Bourbier réunit Von, Gloria et Jo. Alors que Von, le réalisateur, s´englue dans son scénario et prend un plaisir pervers à épier Gloria, un étrange corbeau amène le cinéaste à dévoiler les mensonges que depuis vingt ans il a tissés sur ses origines modestes et sa judéité. Le beau portrait de Von en aristocrate du défunt empire austro-hongrois pourrait bien se fissurer. Mais l´homme maîtrise son verbe avec autant de virtuosité que son image, et il n´est pas certain qu´en fin de compte se dévoile qui l´on croyait...Librement inspiré de la rencontre entre Erich von Stroheim, Gloria Swanson et Joseph Kennedy, L´homme que vous aimerez haïr est une fantaisie cinglante portée par une écriture tirée au cordeau. Entre fiction et réalité, mystification et voyeurisme, l´invention d´un cinéaste de génie...0300De Vienne la somptueuse, avant que ne sombre l´empire austro-hongrois, au clinquant Hollywood des années 1930, alors que s´amorce le passage du cinéma muet au cinéma parlant et que l´Amérique vit les premières heures de la Grande Dépression, grandeur et décadence d´un usurpateur de légende : le cinéaste Erich von Stroheim. Suspens, rebondissements et burlesque pour un roman sulfureux...Hollywood dans les années 1928-1930. Gloria, « la star a un million de dollar » qui a épousé en quatrièmes noces un marquis français, veut en finir avec la loi des studios et décide de créer sa propre société de production en s´alliant à Jo, un redoutable homme d´affaires devenu son amant. Tous deux font appel à Von, un cinéaste génial et capricieux qui se noie dans les détails d´un film dont le tournage n´avance guère et finit par ruiner les studios.Mais, alors que Von passe son temps à espionner Gloria par un trou percé dans le mur mitoyen de leur chambre d´hôtel, il est la proie d´un mystérieux corbeau... qui le replonge dans un passé soigneusement enfoui depuis qu´il a quitté Vienne pour l´Amérique. Est-il vraiment ce noble autrichien qu´il prétend être ? Sa mère a-t-elle été dame d´honneur à la cour de l´empereur François-Joseph ? L´étau se resserre autour du cinéaste, jusqu´à la confrontation finale...

  • Elle était sa captive. Alexandre la choisit pour femme.

    "Ils sont entrés, se sont arrêtés au milieu de la chambre, surpris d'y trouver âme qui vive. Deux hommes au menton glabre : deux étrangers. Ils n'osent avancer. Chacun de leurs pas laisse une empreinte sanglante sur le sol. Le premier me dévisage. Le second, plus petit pourtant, retient davantage mon attention. Son casque doré est orné d'une aigrette de plumes mais, surtout, il m'observe différemment. De côté. Comme s'il cherchait à entendre le son de ma voix alors que je me tais.
    Peut-être cet homme est-il le meurtrier de mon père ou de mon frère... Je devrais le haïr, or je ne songe même pas à le mépriser tant la curiosité et l'attirance m'habitent. Le stylet glisse le long de mes mains glacées par la peur. Personne n'a osé venir le prendre. Ni m'approcher, d'ailleurs. Lorsque je lève les yeux, les paupières de cet homme en armes s'abaissent, me donnant l'illusion que je le tiens en respect." Maître de l'Asie Mineure, de la Syrie et de l'Egypte. Alexandre le Grand s'apprête à attaquer le dernier bastion perse quand il est subjugué par l'extrême beauté de la fille du satrape de Bactriane : Roxane, l'Eblouissante. A dix-sept ans, elle devient la reine d'un empire. Moins connue que Statyra, la seconde épouse. Roxane fut néanmoins la femme qu'Alexandre aura aimée. Elle devra ravir la première place à Héphestion, l'ami, l'amant, le double d'Alexandre. Elle tiendra son rang dans ce monde de guerriers et suivra le Conquérant dans toutes ses campagnes, de l'épopée indienne au désert de Gédrosie. A travers son regard de femme amoureuse, nous vivons les dernières années du règne d'Alexandre. Jusqu'à ce que, douze ans après la disparition de l'empereur, elle soit assassinée avec son fils...

empty