• Lucy Maud Montgomery est la première femme
    écrivaine reconnue du Canada dont le livre le plus célèbre est Anne... la maison aux pignons verts. Elle est née en 1874 sur l'Île-du-Prince-Édouard. Orpheline de mère dès son plus jeune âge, et à cause de l'absence prolongée de son père parti travailler en Saskatchewan, c'est à Cavendish qu'elle demeura le plus longtemps,
    dans la maison de ses grands-parents maternels. À une époque où « les femmes ne pouvaient être écrivains », cette féministe avant l'heure a su faire mentir l'adage et
    a publié vingt romans, des nouvelles, de la poésie et de nombreux articles. Encore aujourd'hui, ses oeuvres sont lues dans le monde entier.

  • Montérégie, 1943. Le spectre de la conscription plane encore et toujours au-dessus de la tête des jeunes Canadiens français. Leurs seules chances d'y échapper : la prêtrise, le mariage « de raison » ou l'amputation d'un doigt...

    Fernand Dupré, 30 ans, fait partie de ces célibataires qui ne peuvent avoir leur dispense. Le mariage devient la seule avenue possible pour ce fils de cultivateur qui rêve de reprendre la terre paternelle, mais dont les projets seront contrecarrés par son père, peu enclin à céder ce qu'il considère comme son bien, et l'arrivée inopinée d'un frère détesté qui revient le hanter.

    La vie de Fernand bascule soudain grâce à la rencontre fortuite d'Henriette Camirand, une bien jolie orpheline... Les deux jeunes gens sont devant le néant : Henriette n'a plus d'autre ressource que de prendre mari pour sortir de sa misère et Fernand, lui, doit à tout prix éviter l'armée.

    Par la faute des autres, mais surtout victimes d'un destin capricieux, Fernand et Henriette se retrouveront unis, pour le meilleur et pour le pire, tout en donnant une chance à l'amour qui pointera bientôt le bout de son nez...

    À travers l'existence de ses héros et des personnages qui gravitent autour d'eux, Josée Ouimet fait revivre le quotidien de ces temps troublés où le nécessaire remplaçait le meilleur, où l'accommodement remplaçait le bonheur, mais, surtout, où le désir d'aimer et d'être aimé animait les rêves et les passions oubliées.

  • 1945. La Seconde Guerre mondiale, qui a fauché tant de jeunes vies et bouleversé tant de familles, est terminée! L'armistice a été signé et tout le monde peut enfin reprendre le cours normal de son existence.

    À Québec, la famille Lefebvre a subi les contrecoups du conflit. Valentine, la mère, se morfond en attendant le retour de son fils, Narcisse, parti en Europe combattre les nazis. Solange, l'aînée, rêve de devenir infirmière et, pourquoi pas, médecin. Elle est entrée chez les soeurs augustines, là où, croit-elle, son destin de soignante pourra s'accomplir. La jeune novice est tiraillée entre une vocation fragile et l'appel de la vie. Lorsqu'elle fait la rencontre de Jrg, un prisonnier allemand transféré à l'Hôtel-Dieu, Solange est profondément troublée. L'amour qu'elle éprouve pour cet homme viendra-t-il ébranler sa foi?

    Un matin de mai, un cortège de diplomates et de militaires polonais chargés de lourdes caisses arrive dans le plus grand secret chez les Augustines. Que renferment donc ces coffres qu'on s'affaire à dissimuler sous les voûtes du monastère? Dans le secret des voûtes, un habile mélange de romantisme, d'action et de mystère où s'affirme la lutte des femmes dans leur tentative de surmonter l'autoritarisme des hommes, de la société et de l'Église, à une époque charnière de notre histoire.

  • Saint-Pie-de-Bagot, 1946. La guerre est finie, laissant dans son sillage des horreurs qu'aucun homme, aucune femme n'avait connues auparavant. Fernand et Henriette vivent un petit bonheur tranquille avec leur fils Maurice, espérant pouvoir donner des frères et des soeurs à ce premier-né.

    Mais les mauvaises conditions de travail affligent Fernand, comme la plupart des travailleurs des manufactures qui produisent encore à un train d'enfer. La colère gronde. La mise en place des syndicats catholiques entraîne des grèves spontanées et des actes de sabotage violemment réprimés.

    Fernand se laisse convaincre par le nouveau curé de devenir membre de l'Ordre de Jacques-Cartier, et ses absences répétées font d'Henriette une épouse plus délaissée que jamais. Elle trouvera une consolation dans son rôle de mère de famille, mais l'amour véritable est-il au rendez-vous? La rencontre inopinée du peintre américain Ross Miles, venu séjourner quelques mois au Moulin des Arts d'Émileville, va chambouler la vie d'Henriette et lui faire perdre ses repères. Elle devra livrer bataille contre ce désir nouveau qui l'habite et faire des choix déchirants.

    À travers les luttes, les doutes et les interrogations, ce nouveau tome de La Faute des autres poursuit le récit de la quête de bonheur de ces gens simples se débattant en une époque troublée.

  • 1952. Si bien des années ont passé depuis la guerre, le spectre du communisme hante de plus en plus les esprits et terrorise les catholiques du Québec. Maurice Duplessis se fait le champion de la défense de la religion et de la langue française, main dans la main avec le clergé tout-puissant, et il essaie par tous les moyens possibles de réprimer les ouvriers et les syndicats qui tentent d'obtenir de meilleures conditions de travail. Le Chef est sans pitié et la Grande Noirceur s'amorce...

    À Saint-Pie-de-Bagot, vaille que vaille, Fernand et Henriette Dupré tentent de trouver le bonheur auprès de leurs trois enfants. Fernand, homme de coeur et de principes, continue ses activités au sein de l'Ordre de Jacques-Cartier ; ses absences répétées et prolongées laissent Henriette seule à la maison à se morfondre d'ennui. Après huit ans d'un mariage de raison, le couple vit des heures creuses.

    Par bonheur, Henriette trouve un nouveau sens à sa vie en renouant avec son frère Gaston. Ensemble, ils se donnent pour mission de retrouver l'enfant de leur soeur Estelle et de les réunir. Mais le destin n'en a pas fini pour autant avec Henriette... Un revenant surgi du passé viendra torturer son âme et mettre en péril l'équilibre fragile de son couple. À l'heure de vérité, succombera-t-elle à la passion ou se soumettra-t-elle à la raison?

  • Partir en voyage, quelle merveilleuse aventure ! C'est ce que pense Jonathan Hannagan lorsqu'il s'embarque à bord de l'Empress of Ireland, à destination de Liverpool. Mais l'entêtement de sa petite soeur Gracie et surtout la rencontre de Michael McIntyre rendront le voyage moins agréable qu'il ne pensait. Mais ces petites contrariétés ne sont rien comparées aux terribles événements qui attendent les trois jeunes. Réussiront-ils à survivre au coeur de la tourmente, lorsqu'ils seront confrontés à la limite de leurs forces ? Un périple dramatique à travers les méandres incontournables du destin...

  • Lucy Maud Montgomery est la première femme écrivaine reconnue du Canada dont le livre le plus célèbre est Anne... la maison aux pignons verts. Elle est née en 1874 sur l'Île-du-Prince-Édouard. Orpheline de mère dès son plus jeune âge, et à cause de l'absence prolongée de son père parti travailler en Saskatchewan, c'est à Cavendish qu'elle demeura le plus longtemps, dans la maison de ses grands-parents maternels.
    À une époque où « les femmes ne pouvaient être écrivains », cette féministe avant l'heure a su faire mentir l'adage et a publié vingt romans, des nouvelles, de la poésie et de nombreux articles. Encore aujourd'hui, ses oeuvres sont lues dans le monde entier.

  • Helene est jeune et amoureuse. Mais Helene est aussi allemande, et l'Allemagne est en guerre. L'adolescente ne comprend rien à ce conflit horrible, absurde. Aussi indignés qu'elle, son père et son amoureux paieront chèrement leur révolte... Arrêtée par la Gestapo, Helene souffrira les privations et les humiliations des camps de détention. Gardera-t-elle l'espoir de fuir cette folie ? Retrouvera-t-elle ceux qu'elle a aimés ?

  • Jean Talon était un homme à la volonté de fer et aux multiples talents. Lorsque le Roi Soleil lui offre l'occasion de devenir l'intendant de la Nouvelle-France, il accepte ce défi avec enthousiasme.
    Une grande aventure commence alors pour la jeune colonie. Sur son chemin, l'intendant Talon rencontrera des alliés de choix, mais également quelques ennemis qui s'opposeront à son style de gestion. Malgré les obstacles et les difficultés multiples, rien ni personne ne viendra mettre un frein à sa volonté de faire de la Nouvelle-France un endroit digne des ambitions de son roi.

  • Septembre 1918. La Grande Guerre s'éternise en Europe, obligeant les Canadiens à s'impliquer outremer. Comme tant d'autres, le jeune Damase Huot est appelé à s'engager dans le 22e Régiment, qui regroupe la majorité des conscrits francophones. Cependant, il refuse de se soumettre à l'enrôlement obligatoire. Avec l'aide de son oncle Cléomène et de sa tante Léontine, il réussit à se sauver et à se cacher. Désormais, Damase portera l'uniforme du traître.

    Dans une cabane à sucre isolée au fond des bois de Sainte-Hélène-de-Bagot, le déserteur se sent pris au piège et rêve de liberté tout en s'exerçant à la patience. Alors qu'il se croit à l'abri, sa retraite est dérangée par Edwina Soucy, une jeune fille qui cherche un refuge pour fuir la folie de son père. Commence alors une longue attente pendant laquelle des liens se tissent entre ces deux êtres que rapprochent la solitude et la peur, mais aussi l'espoir d'une vie meilleure.

    À l'aube de cette idylle, des nuages assombrissent la possibilité d'un avenir heureux. Poussés par des vents contraires, Damase et Edwina voient le destin séparer leurs chemins.

  • 1919. Après avoir laissé Flore en pleurs aux États-Unis avec la promesse de lui revenir au plus tôt, Damase prend le train pour rentrer chez lui. À son arrivée, il découvre des bâtiments en ruines, des champs en friche et des étables négligées. Le laisser-aller a pris ses aises dans cette maison où la mort rôde toujours.

    Cléomène est heureux de revoir son fils d'adoption. Il lui fait jurer de ne pas vendre la ferme, mais plutôt de l'exploiter. À regret, Damase promet. Quand il hérite aussi de la terre du vieux Soucy, le père d'Edwina, il devient l'un des fermiers les mieux nantis de Sainte-Hélène.

    Edwina continue de travailler à la buanderie d'une congrégation à Montréal et fréquente un médecin. Mais des événements troublants forcent la jeune femme à retourner dans son village natal, portée par l'espoir d'y entamer une vie nouvelle. Trouvera-t-elle enfin le bonheur?

  • Mary Travers, Madame Bolduc, est née le 4 juin 1894 dans le petit village de pêcheurs de Newport, en Gaspésie. Elle démontre très vite un goût prononcé pour la musique. À treize ans, elle part pour Montréal, engagée comme domestique. Grâce à ses talents de musicienne, elle rencontrera Édouard Bolduc qui deviendra son mari et le père de ses quatre enfants.
    La récession causée par la Grande Dépression de 1929, mais surtout l'accident de son époux, obligent Mary à endosser le rôle de soutien de famille. La musique devient ainsi son gagne-pain. Excellant dans l'art de la turlute et de la chanson, Mary compose et enregistre des disques à un rythme effréné en s'inspirant
    des actualités.
    Première auteure-compositrice-interprète québécoise du début du XXe siècle, Madame Bolduc demeure une figure féminine emblématique de son époque. Encore aujourd'hui, pas moins de cent de ses chansons survivent et font la joie des amateurs de musique folklorique.

  • 1933. Désormais aveugle, Damase n'est plus que l'ombre de lui-même. Flore gère tant bien que mal la ferme familiale tandis qu'elle rêve d'un avenir meilleur pour sa fille unique Élizabeth. Les soucis financiers, l'infirmité de son mari et surtout le manque de communication entre eux laissent la jeune femme captive d'une vie morne et l'objet d'un mal de vivre grandissant. Suffragette dans l'âme, Flore désirerait plus d'autonomie afin de mieux contrôler son existence.

    De leur côté, Edwina et Gérald, parents de trois enfants, mènent une vie tranquille et prospère. À la tête de son entreprise de transport et de déménagement, Gérald est très souvent absent de la ferme, qu'il confie à son fils Antoine. Edwina se réalise dans son quotidien familial et trouve réconfort dans son rôle traditionnel de mère et d'épouse.

    Encore une fois, le destin capricieux fera se croiser les chemins de ces êtres dont les aspirations deviennent plus pressantes. Un fantôme ressurgi d'un passé que Flore aurait voulu mort et enterré viendra la hanter. Un drame malheureux bouleversera la vie de son couple et, par ricochet, celle de Gérald et d'Edwina.

  • Joseph-Armand Bombardier est né le 16 avril 1907 en Estrie. Dès treize ans, il démontre un réel talent d'inventeur.
    À 17 ans, le jeune homme quitte son village natal de Valcourt pour Montréal, où il espère parfaire ses connaissances en suivant des cours du soir en mécanique et en électricité automobile. C'est lui qui mettra au point
    la célèbre autoneige B7 en 1937. D'autres inventions le feront connaître à travers le Canada et poseront les assises de la compagnie multinationale qui porte encore
    aujourd'hui son nom.
    Joseph-Armand Bombardier est un grand inventeur et créateur de notre époque. Il demeure une figure emblématique du XXe siècle.

empty