• Montérégie, 1943. Le spectre de la conscription plane encore et toujours au-dessus de la tête des jeunes Canadiens français. Leurs seules chances d'y échapper : la prêtrise, le mariage « de raison » ou l'amputation d'un doigt...

    Fernand Dupré, 30 ans, fait partie de ces célibataires qui ne peuvent avoir leur dispense. Le mariage devient la seule avenue possible pour ce fils de cultivateur qui rêve de reprendre la terre paternelle, mais dont les projets seront contrecarrés par son père, peu enclin à céder ce qu'il considère comme son bien, et l'arrivée inopinée d'un frère détesté qui revient le hanter.

    La vie de Fernand bascule soudain grâce à la rencontre fortuite d'Henriette Camirand, une bien jolie orpheline... Les deux jeunes gens sont devant le néant : Henriette n'a plus d'autre ressource que de prendre mari pour sortir de sa misère et Fernand, lui, doit à tout prix éviter l'armée.

    Par la faute des autres, mais surtout victimes d'un destin capricieux, Fernand et Henriette se retrouveront unis, pour le meilleur et pour le pire, tout en donnant une chance à l'amour qui pointera bientôt le bout de son nez...

    À travers l'existence de ses héros et des personnages qui gravitent autour d'eux, Josée Ouimet fait revivre le quotidien de ces temps troublés où le nécessaire remplaçait le meilleur, où l'accommodement remplaçait le bonheur, mais, surtout, où le désir d'aimer et d'être aimé animait les rêves et les passions oubliées.

  • Saint-Pie-de-Bagot, 1946. La guerre est finie, laissant dans son sillage des horreurs qu'aucun homme, aucune femme n'avait connues auparavant. Fernand et Henriette vivent un petit bonheur tranquille avec leur fils Maurice, espérant pouvoir donner des frères et des soeurs à ce premier-né.

    Mais les mauvaises conditions de travail affligent Fernand, comme la plupart des travailleurs des manufactures qui produisent encore à un train d'enfer. La colère gronde. La mise en place des syndicats catholiques entraîne des grèves spontanées et des actes de sabotage violemment réprimés.

    Fernand se laisse convaincre par le nouveau curé de devenir membre de l'Ordre de Jacques-Cartier, et ses absences répétées font d'Henriette une épouse plus délaissée que jamais. Elle trouvera une consolation dans son rôle de mère de famille, mais l'amour véritable est-il au rendez-vous? La rencontre inopinée du peintre américain Ross Miles, venu séjourner quelques mois au Moulin des Arts d'Émileville, va chambouler la vie d'Henriette et lui faire perdre ses repères. Elle devra livrer bataille contre ce désir nouveau qui l'habite et faire des choix déchirants.

    À travers les luttes, les doutes et les interrogations, ce nouveau tome de La Faute des autres poursuit le récit de la quête de bonheur de ces gens simples se débattant en une époque troublée.

  • Lucy Maud Montgomery est la première femme écrivaine reconnue du Canada dont le livre le plus célèbre est Anne... la maison aux pignons verts. Elle est née en 1874 sur l'Île-du-Prince-Édouard. Orpheline de mère dès son plus jeune âge, et à cause de l'absence prolongée de son père parti travailler en Saskatchewan, c'est à Cavendish qu'elle demeura le plus longtemps, dans la maison de ses grands-parents maternels.
    À une époque où « les femmes ne pouvaient être écrivains », cette féministe avant l'heure a su faire mentir l'adage et a publié vingt romans, des nouvelles, de la poésie et de nombreux articles. Encore aujourd'hui, ses oeuvres sont lues dans le monde entier.

empty