• Thecel

    Léo Henry

    À Thecel, Moïra et son frère, Aslander, coulent des jours heureux au Palais, dont ils connaissent tous les recoins par coeur. Leur père est à la tête de l'Empire des Sicles et, même si l'on évoque des combats sporadiques aux frontières, la paix et la concorde règnent. Pourtant d'inquiétantes rumeurs courent : l'Empereur serait au plus mal et, s'il venait à mourir, Aslander, son seul héritier mâle, pourrait ne pas être en mesure de prendre sa succession. Serait-ce la fin de la dynastie et, pire, la chute de l'Empire? Et que deviendrait alors Moïra?

    Après la science-fiction du Casse du continuum et le fantastique de La Panse, Léo Henry clôt sa 'trilogie des mauvais genres' avec Thecel, un roman de fantasy qui renouvelle avec originalité et talent les récits de quête initiatique.

  • Hildegarde

    Léo Henry

    Religieuse, visionnaire, scientifique, poétesse et compositrice, l'abbesse Hildegarde de Bingen n'a cessé, depuis sa mort, d'inspirer femmes et hommes. Figure totale du Moyen-âge européen, elle déborde des limites du XIIe siècle et de la vallée Rhin où elle vécut : depuis sa berge de fleuve, entre Mayence et Cologne, Hildegarde rayonne sur l'univers entier. Née au moment où la première Croisade arrive à Jérusalem, elle meurt tandis que naissent les premiers chevaliers de romans. A son expérience de femme de pouvoir, son oeuvre mêle observations et visions, unissant sous une même énergie vitale les mondes réels, imaginaires et divins. Léo Henry crée, autour de Hildegarde, un livre-monde qui emprunte ses formes autant au récit épique, qu'à l'hagiographie ou au roman picaresque. Une fresque, qui court de la création du monde à l'Apocalypse, et explore l'intrication du temps qui passe et des histoires que nous nous racontons. Inclassable et foisonnant, Hildegarde est un roman merveilleux, un roman de l'émerveillement.

  • La panse

    Léo Henry

    Bastien Regnault part à la recherche de Diane, sa soeur jumelle, dont la famille n'a plus de nouvelles depuis plusieurs mois. Des indices convergents le mènent très vite à la Défense. Le quartier d'affaires, chargé d'histoire, va, petit à petit, se dévoiler à lui, lui révélant un monde inconnu et souterrain, où, semble-t-il, officie une mystérieuse et très ancienne société secrète : la Panse.
    Après Le casse du continuum, Léo Henry poursuit, avec La Panse, son exploration des genres dits "populaires". Il propose cette fois un thriller d'infiltration lovecraftien ancré dans l'ici et maintenant, un roman remarquable, qu'on ne lâche plus une fois entamé, preuve, s'il en était encore besoin, de son immense talent.

  • Ils sont sept. Les meilleurs dans leur domaine respectif : maniement d'explosifs, charisme, assassinat, braquage, séduction... Ils n'ont, a priori, rien en commun mais vont devoir mettre de côté leurs rivalités et s'associer pour une mission secrète insolite. En cas de succès, ils pourraient devenir les sauveurs de l'humanité tout entière. En cas d'échec : la mort ou pire encore. L'enjeu? Réussir le casse du continuum.

    Thriller de science-fiction convoquant tour à tour les souvenirs d'Ocean's Eleven, de Ratinox, d'Inception, de James Bond et de bien d'autres, Le casse du continuum est l'occasion pour Léo Henry de laisser miroiter toutes les facettes de son talent : intelligence scénaristique, style affûté, imagination débordante, humour ravageur...

  • Un roman sur l'exil et le déracinement à travers le récit poignant d'une famille qui fuit une babylone cauchemardesque. L'amour infini d'un père pour sa fille, prêt à braver tous les obstacles. Une mystérieuse épidémie condamne la ville-état de Kok Tepa à l'isolement et à l'autarcie. Si ses dirigeants, les Moines, reçoivent quotidiennement une livraison de sérum qui les protège de la maladie, les autres castes, elles, sont touchées de plein fouet. Rostam s'accommode de cette organisation. Il ménage sa conscience en exerçant son métier de passeur : il organise la fuite des familles infectées vers l'autre continent, où elles espèrent être soignées. Mais un jour, la fille de Rostam, Türabeg, contracte la terrible infection...

  • Tucson, Arizona.
    Été 1965.

    Fredric Brown, cinquante-huit ans. Écrivain. Myope, asthmatique, cacochyme. Aime les privés en imper, la gaudriole et les aliens narquois. N'a pas tapé une ligne depuis des mois. Alcoolique.

    Roger Vadim, trente-sept ans. Réalisateur. Trois mariages, deux divorces, quatre compagnes. Aime la vitesse, les liqueurs fortes, les filles toutes nues. Vit avec Barbarella.

    De la rencontre des deux hommes germe le plan d'un crime parfait. Mais le destin est contrariant, et c'est une course-poursuite déglinguée qui s'engage, des hauts du Nouveau-Mexique aux déserts de Basse Californie.

    Tueuses sexys, carrosseries froissées, drogues récréatives et musique pop

  • 1844 : le sorcier Aleister Crowley, revenu dans le temps, offre à Edgar Poe son plus fameux poème. 1927 : Blaise Cendrars et Corto Maltese passent les fêtes à Rio sur la piste d'un serial killer. 1936 : George Orwell et Indiana Jones s'allient contre le fascisme espagnol. En des temps plus incertains, on exhume des textes inédits du cerveau d'écrivains comateux, on se rend à Prague pour surmonter ses phobies littéraires ou on échange, avec le Diable, son talent contre une âme (et non l'inverse). On trouvera aussi, dans ce recueil de nouvelles fantastiques, fantasques, borderlines ou pleinement réalistes (souvent les plus étranges) : une machine à piéger les paroles, un pionnier de l'aviation, des pirates surinamiens, des dieux égyptiens et hindous, des filles peu vêtues (dont une est un robot), des explorateurs de terres lointaines, des fous de toutes sortes et quelques vrais fantômes.

    Nouvelles réunies par Richard Comballot, préface de Mélanie Fazi.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty