Langue française

  • Prix Jacques Lacroix de l'Académie française.
    Prix François Sommer.
    Un homme - Jean. Et son chien. Une maison des marais. Ou plutôt des barthes, ces prairies humides qui bordent l'Adour. L'ombre tutélaire du grand-père disparu. Le grand initiateur et

  • Fillette, Barrique, Cuisse, Vin de messe, Piquette, Terroir, Pourriture noble, Mastroquet, Phylloxéra, Monocépage, Syrah, Mathusalem, Bouturage, Blondin (Antoine), De Gaulle, Part des anges, Lacryma Christi... : le vocabulaire de la vigne et du vin est à la fois connu de tous et mieux gardé qu'un secret. Lexique sérieux et drôle à la fois, ce Dictionnaire chic du vin a pour ambition de remettre en bouche toutes les évocations littéraires et artistiques, ces souvenirs de partage et d'amitié qui sont indissociables d'un bon verre de vin. À vocation plus intime et personnelle que scientifique, il se veut l'apanage d'un certain hédonisme, qui rappelle à chaque page que boire est d'abord un plaisir et par conséquent une joie. De « Ballon » (le verre), à « Pinard », « Pétrus » ou « Tanin », de « Chasse-Spleen » à « Queue de pelle », Léon Mazzella partage son plaisir de la dégustation dans ce « dico chic » et sensible qui fait l'éloge (raisonnable et raisonné) du « sang de la vigne ». Santé !

  • « La vérité, c'est vrai, j'mens pas, ou sinon que je meure ici et main'nant ! Akarbi la vérité, mon frère! » De « crier doucement » à « zbouba » en passant par « claouis », ce petit livre reprend et explique les expressions du parler pied-noir, à la fois simple, gouailleur, et d'une furieuse tendance à l'exagération. S'y dévoilent les origines multiples (française, arabe, espagnole, italienne, maltaise) qui l'ont façonné. Cette nouvelle édition a été complètement revue et augmentée.

  • « Égrener les bonheurs simples du quotidien - le passage d'oiseaux migrateurs, une lecture galvanisante, la dégustation d'un vin, la délicatesse du givre sur l'herbe, le souvenir d'une journée chez le grand écrivain, une musique bouleversante, le regard d'un chevreuil, une tarte aux mirabelles, un match de rugby perdu, une scène de cinéma inoubliable - figure un chapelet d'émotions rassemblées de la tranche de la main comme des miettes sur la nappe afin de les thésauriser au creux de l'autre main. »

    Disciple de Julien Gracq qu'il évoque à plusieurs reprises, Léon Mazzella nous entraîne dans le tourbillon de ses sensations et de ses pensées, et nous sommes bercés par sa magnifique plume, fragmentaire comme toute prose poétique doit l'être en pareille circonstance.

empty