Littérature argumentative

  • « Aujourd'hui, maman est morte. » « DOUKIPUDDONKTAN, se demanda Gabriel, excédé. » Voilà deux célèbres premières phrases de livres ô combien célèbres. Elles ouvrent L'Étranger et Zazie dans le métro. Ce livre en contient quinze autres (plus deux interludes) que Laurent Nunez examine mot après mot. Tout ce que l'on peut deviner d'une oeuvre, et de son auteur, n'est-il pas contenu dans « sa » première phrase ? Aussi instructif qu'ironique, aussi passionnant que savant, ce livre nous parle plus que des livres, il nous parle de l'amour, de la séparation, de la perte, de la vie même. Italo Calvino avait écrit Pourquoi lire les classiques ?, voici le « comment (re)lire les classiques ? » des temps nouveaux.

  • Bonheur, malheur, amour, espoir, succès, échec, " tout est prédit par le dictionnaire ", disait Paul Valéry. Si c'est vrai, autant que notre dictionnaire soit le plus gros possible. Pourtant, il existe, ailleurs, des mots - et donc des idées, des pensées,

  • Voici le monde moderne : narcissisme des réseaux sociaux ; interdiction d´être en vacances de soi ; injonction ridicule : « Sois toi-même ! » Si je m´écorchais vif : trois écrivains qui ont pris congé d´eux-mêmes. Arthur Rimbaud a fui l´Europe. Victor Hugo a choisi l´exil. Jules Laforgue s´est absenté de son oeuvre.
    S´éclipsant lui-même de son livre, Laurent Nunez cède la parole à trois philosophes de l´effacement, Roland Barthes, Jacques Derrida, Maurice Blanchot, pour parler à sa place de chacun de ces auteurs. Ce brillant jeu littéraire sur le je littéraire nous parle du courage de ne plus considérer son moi comme essentiel et, bien au-delà, de la place de l´écrivain dans la société.

empty