• Ce livre ouvre une réflexion sur le statut de l'exilé. Celui qui est banni de sa ville natale, Ovide (Rome), Dante (Florence). On l'imagine mendiant dans une autre ville, confiant dans ses carnets sa complainte. C'est un manuscrit inachevé, trouvé dans les buissons du centre-ville de Montréal. L'auteure a rêvé, imaginé ce conte poétique en faisant dialoguer la voix du narrateur avec les écrits trouvés du mendiant.

  • La poète voyage, retourne dans le quartier de son enfance, Beyrouth-Hamra, en compagnie d'amies venues l'assister dans ses réminiscence du passé. De l'alphabet phénicien à la traversée des continents, le poème puise son inspiration dans des sources méditerranéennes ou dans les bleus de l'hiver québécois ou dans le cris des martyres syriens, en vers ou en proses, comme la traduction d'une musique ou d'un silence.

empty