• Non-assistance a femmes en danger Nouv.

    149 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint en 2019. Une situation qui aurait pu être évitée sans la léthargie des institutions étatiques, assène Luc Frémiot, ancien juge d'instruction et procureur de la République spécialiste de la lutte contre les violences intrafamiliales.  Victimes silencieuses de leur conjoint violent, les femmes sont trop souvent contraintes de fuir le domicile familial pour des centres d'hébergement précaires, une solution toujours temporaire. Et ce fléau n'épargne pas non plus les enfants, à la fois victimes, témoins et otages d'une violence reçue en héritage.  Éviction des maris brutaux du domicile suivie d'une prise en charge dans des structures d'encadrement adaptées sous le contrôle de psychiatres et de psychologues, suppression des mains courantes... Luc Frémiot propose des solutions concrètes, qui ont fait leurs preuves, à ce drame qui ne cesse de s'aggraver. Et prévient : tant que politiques et pouvoirs publics ne feront pas appliquer les dispositions législatives existantes permettant de réduire drastiquement la récidive des auteurs de violences, les statistiques ne baisseront pas. Entre incompétence des pouvoirs publics, faiblesse des décisions des magistrats et inertie trop fréquente des forces de l'ordre, les femmes battues restent en effet trop souvent livrées à elles-mêmes.  

  • Adultère

    Luc Frémiot

    Avocat général de la cour d'assises du Nord et du Pas-de-Calais durant plus de vingt ans, Luc Frémiot décrypte les ressorts dramatiques d'une cour d'assises à travers le récit d'affaires criminelles dont il fut en charge.

    « Dans le langage commun, un crime passionnel est un crime commis par amour... Depuis que je viens requérir aux assises, je n'en ai pas encore rencontré. Des actes criminels réaliséspar colère, par désir, par jalousie, oui. Mais par amour, certainement pas, à moins que cela ne soit par amour de soi. Je crois tout bonnement qu'en dehors de l'euthanasie, on ne tue pas par amour. Cela n'empêche pas mes contradicteurs en robe noire de voir l'amour partout : tous les maris trompés, c'est bien connu, tuent par amour. Peut-être est-ce moi qui suis trop pessimiste et vois le mal partout... Que serait un monde sans amour ? »

    Voici l'histoire d'une chute - celle d'un homme seul face au miroir cruel de sa propre faillite.

  • Avocat général de la cour d'assises du Nord et du Pas-de-Calais durant plus de vingt ans, Luc Frémiot décrypte les ressorts dramatiques d'une cour d'assises à travers le récit d'affaires criminelles dont il fut en charge.

    " Les affaires criminelles sont des tranches de vie, l'imagination n'y a pas sa place. On se blesse à leurs aspérités, aux angles aigus de la passion, à la dureté de la vie, à ces destins qui n'en sont pas depuis le départ. Aux assises, le ridicule flirte avec le drame. Découvrir l'itinéraire d'un accusé est déterminant pour mieux le connaître, mais les meilleures intentions se noient souvent dans les détails. La cour d'assises vous oblige à puiser au fond de vous-même ce que vous avez oublié. Toutes vos certitudes tombent.
    La cour d'assises vous change. C'est la collision avec le malheur, cette entrée par effraction dans la vie des auteurs et des victimes, ces choses qui n'arrivent qu'aux autres et que l'on peut parfois toucher du doigt. 
    Voici l'histoire de la terrible rencontre entre un adolescent et un vieil homme qui se disputent le droit de vivre dans le silence glaçant d'une nuit de pleine lune. "

  • « Je répète bien souvent que la plupart des affaires des procès d'assises recèlent toutes les composantes de la tragédie. Les actes les plus désespérés reproduisent l'histoire des amours interdites, des haines qui consument, des trahisons, délations, mensonges et lâchetés qui font l'irréparable. Parfois, au plus noir de la nuit, se dessine en clair-obscur le profil du héros, un éclat de soleil qui déguise les ombres en personnages de roman, quand le courage et la dignité pétris de souffrance transforment le passage à l'acte criminel en chemin vers la transcendance.
    Un jour, dans le prétoire, j'ai rencontré une femme. C'est son histoire que je vous conte aujourd'hui. »

    Peut-on tuer son père ?
    Tragédie contemporaine, récit d'un parricide - Luc Frémiot nous fait revivre une affaire hors norme. Un livre fascinant, inspiré d'une histoire tristement réelle, porté par un souffle romanesque qui nous entraîne fatalement jusqu'au dénouement final.

  • " La Justice n'est pas ce que vous croyez. Certes le coupable doit être puni, la victime reconnue, les droits de la défense assurés et l'ordre public garanti. Mais la réalité est un peu plus complexe. " C'est de cette réalité que nous parle Luc Frémiot.

empty