• Ossip Ossipovitch

    Marie Baudry

    Dans une Odessa fictive, la jeunesse se soulève entrainant la population à braver le pouvoir. Mais la quête de démocratie directe n'est pas si facile. Premier roman impressionnant de maîtrise, cette fable politique où la fantaisie, le burlesque et la poésie se jouent de la fin du monde laisse toute sa place à l'imaginaire.
    Odessa. On ne sait pas trop quand, mais cela pourrait être aujourd'hui. Odessa, certes, mais qui n'est pas tout à fait l'Odessa réelle : cette ville pourrait être n'importe quelle grande ville, enflée de l'orgueil d'être le seul lieu au monde où se passe quelque chose, déniant l'ennui qui la ronge.
    L'un des orgueils de cette ville, c'est Ossip Ossipovitch, le grand écrivain. Au début du roman, il revient, faisant circuler de mystérieuse façon (une sorte de télépathie ?) ses textes que les Odessites commentent fiévreusement. Ce ne sont plus les récits drolatiques d'autrefois, mais d'étranges textes de fin du monde, qui sont discutés par tous, et donnent notamment naissance à un mystérieux groupe, " les Purs ", dont le but est de renverser l'ordre ancien pour mettre fin à une vie qu'ils jugent vide de sens.
    Pourtant les Purs se perdent en vaines discussions, et quand bien même ils parviennent à organiser un prodigieux et apparemment salvateur Carnaval qui embrase toute la ville, ils n'en excluent pas moins deux de leurs membres Reinhardt et Macha. Cette exclusion provoque la dissolution du groupe, et l'on pourrait se croire revenus à la torpeur initiale.
    Ce serait sans compter sur l'irruption d'une jeunesse - garçons et filles - qui, sans discours, passe à l'action, occupe les places de la ville, provoquant une répression sans précédent. Le soulèvement odessite prend alors des couleurs burlesques, tandis que survient une nouvelle catastrophe menaçant bien davantage que l'armée, la survie de la ville.
    Fable d'aujourd'hui et pour aujourd'hui, Ossip Ossipovitch évoque - sous couvert d'Odessa - un monde où l'on peut reconnaître, par anamorphose, certains événements plus familiers : la peur des attentats, la quête de démocratie directe (Nuit Debout, Gilets jaunes), l'impossible insurrection qui redonnerait sens et beauté à la vie... Cette fable politique veut braver la violence et le cynisme des pouvoirs en rendant désirable et possible la révolte.

  • Du primaire à l'université, l'exploitation des ressources patrimoniales à des fins péda­gogiques suscite un intérêt grandissant chez les enseignants et les formateurs. Grâce à la richesse et à la diversité du patrimoine culturel, ces derniers peuvent envisager des formules pédagogiques originales, dans différents contextes d'enseignement, pour répondre à des objectifs très divers. Les traces du passé permettent aussi d'appuyer l'enseignement sur l'expérience d'une communauté ; elles permettent aux élèves et aux étudiants de s'éveiller à cette expérience, d'y ancrer des apprentissages et de s'ins­crire dans sa continuité. Dans cet ouvrage, des enseignants et des chercheurs partagent leurs pratiques, leurs expériences et leurs réflexions sur l'exploitation des ressources patrimoniales dans l'enseignement. Quel est ce patrimoine auquel s'intéressent les enseignants ? Comment devient-il une ressource pédagogique ? Dans quels contextes disciplinaires et à quelles fins est-il mobilisé ? Quelles stratégies originales, quelles pratiques novatrices sont mises en oeuvre ? Dans quelle mesure favorisent-elles un éveil au patrimoine et à son appréhension critique ? Enseignants, formateurs, chercheurs et étudiants trouve­ront dans cet ouvrage une esquisse d'un nouveau champ de recherche et d'intervention multidisciplinaire.

  • Les quatre filles de Marcel Baudry, historien et amoureux du Pouliguen, ont sélectionné ici plus de 120 cartes postales, dont certaines inédites, de sa collection. Elles vous invitent à découvrir le charme de cette petite cité portuaire de la presqu´île guérandaise à l´époque où se développait le tourisme balnéaire, au début du XXe siècle.
    Suivez-les dans des scènes de vie variées sur le port, la promenade, la plage et la côte bordées de belles demeures, le petit bois, les rues commerçantes...

  • This volume is based on a session at a 2005 Society for Historical Archaeology meeting. The organizers assembled historical archaeologists from the UK and the US, whose work arises out of differing intellectual traditions. The authors exchange ideas about what their colleagues have written, and construct dialogues about theories and practices that inform interpretive archaeology on either side of the Atlantic, ending with commentary by two well-known names in interpretive archaeology.

  • ?This collection of essays in Archaeologies of Mobility and Movement draws inspiration from current archaeological interest in the movement of individuals, things, and ideas in the recent past. Movement is fundamentally concerned with the relationship(s) among time, object, person, and space. The volume argues that understanding movement in the past requires a shift away from traditional, fieldwork-based archaeological ontologies towards fluid, trajectory-based studies. Archaeology, by its very nature, locates objects frozen in space (literally in their three-dimensional matrices) at sites that are often stripped of people. An archaeology of movement must break away from this stasis and cut new pathways that trace the boundary-crossing contextuality inherent in object/person mobility.                 Essays in this volume build on these new approaches, confronting issues of movement from a variety of perspectives. They are divided into four sections, based on how the act of moving is framed. The groups into which these chapters are placed are not meant to be unyielding or definitive. The first section, "Objects in Motion," includes case studies that follow the paths of material culture and its interactions with groups of people. The second section of this volume, "People in Motion," features chapters that explore the shifting material traces of human mobility. Chapters in the third section of this book, "Movement through Spaces," illustrate the effects that particular spaces have on the people and objects who pass through them. Finally, there is an afterward that cohesively addresses the issue of studying movement in the recent past. At the heart of Archaeologies of Mobility and Movement is a concern with the hybridity of people and things, affordances of objects and spaces, contemporary heritage issues, and the effects of movement on archaeological subjects in the recent and contemporary past.

empty