• Cet ouvrage reprend le texte intégral d'une thèse d'État soutenue en Sorbonne en décembre 1991. Elle avait pour but d'analyser l'éclat prestigieux de la Champagne au XIIIe siècle sous la lignée des comtes Thibaut, en associant l'interprétation des textes à un milieu culturel, social et naturel. Ce milieu, nous le discernons tout d'abord à travers le réseau très dense des relations humaines. Du goût des publics, des oeuvres qui leur sont offertes se dégagent alors les traits de ce que l'on peut appeler une esthétique champenoise, qualités sensibles et intellectuelles qui s'épanouissent dans un style très caractérisé. L'image de la Champagne telle qu'elle se découvre à travers ses historiens (de Villehardouin à Joinville), dans la poésie lyrique de ses trouvères, illustrée surtout par le chevalier briard Gace Brulé et le Prince-Poète Thibaut IV, et dans la fascination qu'exerça cette lyrique sur le roman (Jean Renart, Renaut...) ou sur la littérature pieuse et didactique (Guiot de Provins, Gautier de Coinci...), voilà quelques-unes des pistes que cette recherche s'est donné pour tâche d'explorer, avec l'espoir de susciter bien d'autres travaux encore en ce domaine d'une richesse exceptionnelle.

  • Cet ouvrage reprend le texte intégral d'une thèse d'État soutenue en Sorbonne en décembre 1991. Elle avait pour but d'analyser l'éclat prestigieux de la Champagne au XIIIe siècle sous la lignée des comtes Thibaut, en associant l'interprétation des textes à un milieu culturel, social et naturel. Ce milieu, nous le discernons tout d'abord à travers le réseau très dense des relations humaines. Du goût des publics, des oeuvres qui leur sont offertes se dégagent alors les traits de ce que l'on peut appeler une esthétique champenoise, qualités sensibles et intellectuelles qui s'épanouissent dans un style très caractérisé. L'image de la Champagne telle qu'elle se découvre à travers ses historiens (de Villehardouin à Joinville), dans la poésie lyrique de ses trouvères, illustrée surtout par le chevalier briard Gace Brulé et le Prince-Poète Thibaut IV, et dans la fascination qu'exerça cette lyrique sur le roman (Jean Renart, Renaut...) ou sur la littérature pieuse et didactique (Guiot de Provins, Gautier de Coinci...), voilà quelques-unes des pistes que cette recherche s'est donné pour tâche d'explorer, avec l'espoir de susciter bien d'autres travaux encore en ce domaine d'une richesse exceptionnelle.

  • Extrait

    I- MARIE, INSPIRATRICE DE LA VIE CONTEMPLATIVE
    Sylvie BARNAY, Les multiples visages de Marie dans la tradition monastique
    Nathalie NABERT, Marie protectrice des chartreux et miroir de vie
    Robert BINDEL, Et son nom était Marie, la référence à Marie dans la fondation des chartreuses
    Eloi DELBECQUE, Quelques exemples de l'héraldique mariale dans les chartreuses françaises
    II- MARIE, INSPIRATRICE DES ARTS ET DE LA PRIERE
    Audrey SULPICE, Quelques aspects de la prière mariale des chartreux
    Alain GIRARD, La robe de la vierge, images de Marie en chartreuse
    Pascal PRADIE, L'hymnographie mariale, quelques exemples chez Denys le chartreux
    Olivier DIARD, Les Traditions musicales dans l'office cartusien. L'exemple de la liturgie mariale.
    Simon MIMOUNI, Les plus anciennes dormitions de Marie en latin
    Marie-Geneviève GROSSEL, Une dormition de la vierge, le manuscrit D 975 de la bibliothèque de la Grande Chartreuse, hasard des dons et énigme des livres protecteurs
    Edition et traduction du manuscrit DI 975



empty