Romans & Nouvelles

  • "En 1925, quelques années avant la Crise, l'insouciance règne encore. Sainte-Agathe-des-Monts, une station hivernale courue par les Américains fortunés, est aussi le lieu de rencontre d'une certaine élite canadienne-française. Mais tous ces gens n'y convergent pas que pour skier : ils y viennent aussi pour goûter à des plaisirs défendus, car quelques restaurateurs contournent en douce la prohibition locale qui est censée les empêcher de servir de l'alcool.

    Dans la horde des vacanciers qui débarquent à l'Hôtel des Pays d'en haut pour y passer le temps des Fêtes, on retrouve Adèle Duquet. Fille des propriétaires de l'établissement, elle revient d'un séjour à Montréal où les Années folles battent leur plein. Mais la jeune femme n'a guère le temps de regretter la grande ville, car il y a beaucoup à faire; et lorsque la journée de travail est terminée, les sports d'hiver et les bals offrent de nombreuses distractions.

    À travers les festivités de fin d'année, les vieilles rivalités et les intrigues amoureuses se noue toutefois un drame: la disparition d'un policier montréalais. Ce dernier était venu à Sainte-Agathe enquêter sur un mafieux avec qui plusieurs villageois, y compris le patron de l'Hôtel, se sont compromis. Il n'en faut pas plus à Danielle, journaliste montréalaise et amie d'enfance d'Adèle, pour fureter un peu partout dans l'espoir d'éclaircir le mystère."

  • Dans son premier roman, Maryse Rouy revisite pour nous les couloirs du temps et nous fait découvrir la vie de cour au XIIe siècle. Très documenté, son récit nous entraîne à la suite d´Azalaïs, une jeune suivante à la cour de Philippa, épouse du comte de Poitou et duc d´Aquitaine. Voilà donc un roman historique savammant dosé où l´époque médiévale nous est contée avec rigueur et dans un style enlevant et où histoires, aventures et intrigues amoureuses se marient admirablement.





    Autour de deux personnages qui ont profondément marqué leur époque, Guillaume IX d´Aquitaine, le premier troubadour, et Robert d´Arbrissel, le fondateur de Fontevraud, l´auteure a recréé, dans ses moindres détails, et pour notre plus grand plaisir, la vie de cour du XIIe siècle. Sur fond de poésie courtoise, dans un cadre historique savamment reconstitué, elle a campé une héroïne imaginaire qui nous introduit dans un monde de femmes : celui de la noblesse médiévale. À l´histoire d´Azalaïs, s´ajoutent celles de Philippa, de Mahaut, de Bieris... autant de façons de chercher le bonheur et une reconnaissance sociale dans un monde largement dominé par les valeurs masculines.

  • Claire, trentenaire heureuse, s'installe en compagnie de sa chienne dans une maison isolée de Charlevoix. Elle est venue réaliser un documentaire sur un peintre dont les toiles énigmatiques montrent une belle femme triste entourée d'arbres bleus. Dès le début de ce séjour de travail dont elle se faisait une joie, Claire découvre que la solitude lui est insupportable et décide de retourner à Montréal auprès de Jean-Louis. Mais une lettre arrive, incompréhensible, qui bouleverse tous ses plans présents et futurs. Les arbres

    et les rêves virent au noir, l'esprit comme le coeur vacille. Heureusement, le temps viendra où « le noir des arbres s'éclaircira jusqu'à reprendre une teinte d'un bleu léger et lumineux ».

  • Juillet 1966. Dans l´avion qui la ramène à Montréal, Nicole Baumier se remémore avec un peu de nostalgie ses années toulousaines et ses étés passés à Carcassonne. Encore sous le coup d'une rupture qui l'a dévastée, elle appréhende le retour chez ses parents au Faubourg à mélasse. Pourtant, cela ne l'empêche pas d'aborder sa nouvelle vie avec de fortes résolutions : personne ne lui dictera sa conduite et rien ne la fera renoncer à une liberté chèrement acquise.

    Après trois ans d'absence, Nicole reprend contact avec un Québec qui a profondément changé. C´est avec les yeux de celle qui fut une expatriée que le lecteur pourra prendre le pouls d´une société en pleine mutation : émancipation de la femme, réformes politiques, mise à distance de la religion, élan vers la modernité.

    Maryse Rouy nous permet de revisiter une page pas si lointaine de notre histoire avec tout le savoir-faire et la rigueur historique qu´on lui connaît.

  • Pour son cinquième roman à Québec Amérique, Maryse Rouy nous parle d'une époque qu'elle connaît bien et affectionne particulièrement : le Moyen Âge. Grâce à sa plume savante, qui ne tombe pas dans le piège de la leçon d'histoire, l'auteure nous sert une intrigue policière dans un décor inusité : la route du pèlerinage vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Mais attention! Les pèlerins ne sont pas tous animés de la même piété. On pourrait même aller jusqu'à dire de chacun qu'il aurait pu commettre...
    Explorant plus précisément la période qui correspond au déclin du catharisme, Maryse Rouy sait habilement mettre en relief les enjeux historiques du moment dans un cadre romanesque enlevant. Plus que la simple parenté des titres, Au nom de Compostelle n'est pas sans rappeler le chef-d'oeuvre d'Umberto Eco, Au nom de la rose.
    Pour se rendre à Saint-Jacques-de-Compostelle, les pèlerins, que l'on appelle jacquaires, suivent une des multiples routes de pèlerinage jalonnées de monastères aménagés pour les accueillir. Au début de l'été 1240, une caravane de jacquaires part de Montpellier. Parmi eux se sont glissés deux cathares. Émissaires de Trencavel, le vicomte banni de Carcassonne, ils sont chargés d'avertir ses fidèles qu'il va lancer une campagne de reconquête avant les vendanges. Dès la première étape, par une nuit de pleine lune, un jacquaire périt de mort violente. Son cadavre porte des traces de griffes et de dents. Qui l'a tué ? Un compagnon de route ou un de ces loups-garous dont tout le monde parle ? Chez les pèlerins, qui ont presque tous quelque chose à cacher, un climat de peur s'installe : peur de la malédiction qui semble peser sur la caravane, peur aussi de l'Inquisition qui mène l'enquête.

  • Après ses romans inspirés par le Moyen Âge français, Maryse Rouy nous raconte cette fois une histoire québécoise inspirée de faits vécus. Avec cette écriture vivante et directe qu´on lui connaît, l´auteure trace le portrait d´une jeune femme volontaire et généreuse qui prend place parmi les héroïnes les plus fortes et les plus attachantes du roman contemporain.
    Printemps 1833. À la suite de la décision de son père, Mary, à peine âgée de 14 ans, quitte l´Irlande pour les États-Unis. Une épouvantable tempête aggrave les conditions de voyage, déjà très difficiles. À Québec, où le bateau fait escale, son oncle et sa tante, qui s´étaient engagés à veiller sur elle, l´abandonnent.
    Seule dans un pays inconnu, Mary n´est pourtant pas de celles qui pleurent sur leur sort. Elle se bat pour survivre, travaille, s´engage dans la vie, mûrit au fil des épreuves. De l´île d´Orléans à Québec, puis à Berthier, en cette période troublée qui mène à la rébellion de 1837, elle côtoie la maladie et la mort, rencontre l´amitié, trouve l´amour.

  • Léa et Alice, qui sont en 2e secondaire, doivent faire une recherche sur un événement de l'histoire du Québec. Le tirage au sort leur attribue l'Expo 67.

    La grand-mère de Léa, décédée récemment, avait dix-huit ans lors de l'Expo. Après sa mort, la mère de Léa a entassé dans un débarras des boîtes de souvenirs qu'elle n'avait pas le courage de trier. Léa, poussée par l'espoir d'y trouver des objets ou des documents qui pourraient servir à sa recherche, va secrètement fouiller dans les boîtes. Elle tombe d'abord sur une photo, qui l'intrigue au plus haut point, et découvre ensuite le journal intime que sa grand-mère a tenu pendant la durée de l'Expo...

  • Etre du monde

    Maryse Rouy

    Maryse Rouy rêvait depuis longtemps de traverser l'Atlantique en cargo. C'est après avoir accompagné sa mère atteinte de la sclérose latérale amyotrophique (SLA ou maladie de Lou Gehrig) pendant les derniers mois de sa vie que ce voyage s'impose à elle comme une nécessité. Elle l'entreprend et sa cabine devient le lieu d'une retraite d'écriture. Au rythme des vagues, des aubes et des crépuscules, elle raconte la dégradation physique et les souffrances psychologiques d'une femme aux prises avec une maladie incurable, ainsi que l'épreuve vécue par ses deux filles, proches aidantes pendant quatorze mois. Alentour de cette mémoire, la vie continue au fil des relations avec l'équipage et les passagers, des instantanés sur l'existence à bord du bateau et du murmure infini de l'océan.

    Tout en émotion contenue, ce récit mêle la douleur ressentie devant le développement de la maladie aux souvenirs lumineux d'une mère volontaire et courageuse qui, malgré les obstacles, tenta sa vie durant d'élargir son horizon et d'être du monde.

  • La vie de Lucie Bélanger semble tracée d'avance : elle épousera François à la fin de la guerre et deviendra une respectable femme de notaire qui élèvera ses enfants dans le respect des traditions. Mais ce n'est pas son fiancé que Lucie aime, et ce n'est pas non plus le genre de vie qu'elle veut vivre... Cette difficile lutte pour la liberté, Lucie la mène dans un monde bouleversé par la Deuxième Guerre. Avec ce septième roman grand public, Maryse Rouy nous propose une belle reconstitution du Québec des années 1940 à travers le destin d'une héroïne touchante, inventive et courageuse face à l'adversité. Un grand roman historique qui se dévore littéralement : vivement la suite ! Montréal, 1943. En ces années de guerre et de restrictions, Lucie Bélanger, vingt ans, rêve de liberté et d'émancipation. Sous l'emprise d'un père tyrannique qui la confine à demeure, Lucie fourbit « ses armes ». Afin de pouvoir gagner sa vie et être indépendante, elle passe les mois qui la séparent de son vingt et unième anniversaire à apprendre un métier en cachette de son père, aidée dans cette entreprise par sa mère, qui lui paie des cours de secrétariat, de Giuseppe, le vieux photographe italien, et de son amie Jacinthe. Fiancée contre son gré à l'âge de seize ans, cette jeune femme pleine d'idéaux romantiques sera rapidement confrontée aux aléas d'une vie qui ne fait pas de cadeau. Le savant plan concocté par Lucie ne fonctionnera pas tel que prévu... Pour quitter l'enfance, elle devra aussi quitter l'innocence.

  • Maryse Rouy sait comme nul autre montrer de quelle façon, dans un pays en guerre, les désirs intimes et les événements historiques s'entrechoquent, bousculant la vie quotidienne, les manières d'agir, de penser ou de rêver. Ce troisième tome, qui nous fait découvrir un aspect peu connu de la participation des Québécois à la Seconde Guerre mondiale, émeut profondément et l'intrigue policière qu'il renferme ne cesse de tenir en haleine.





    Alors qu'il avait servi jusque-là dans l'aviation canadienne, Jacques est recruté, au début de l'année 1944, par le Special operation executive. Formés par l'armée anglaise, ces agents spéciaux vont prêter main-forte aux résistants des pays européens occupés par l'Allemagne. C'est ainsi que Jacques, quelques jours avant le débarquement, est parachuté dans un village du sud de la France avec une cargaison d'armes dont il doit enseigner le maniement à un groupe de maquisards. Alors qu'il aurait dû repartir aussitôt après avoir rempli cette mission, un concours de circonstances l'en empêche et l'oblige à s'intégrer à la vie de ce village bouleversé par une enquête policière. Jacques fait la connaissance d'une jeune femme dont il s'éprend au point de faire avec elle des projets d'avenir...

empty