• Depuis qu'il a changé d'école, Félix est le souffre-douleur de sa classe. Ses récréations tournent souvent au cauchemar, surtout quand Léonard s'en prend à lui. Félix n'est vraiment heureux que lorsqu'il va jouer au parc avec son chien. Il oublie alors ses misères de la journée. Mais ce fragile équilibre est menacé, car il doit se rendre en classe de neige. Comment pourrait-il tenir toute une semaine? Il décide donc de ne pas y aller. Mais quelle raison trouvera-t-il? Finalement, rien ne se déroulera comme prévu et Félix ne le regrettera pas!

  • Léa et Alice, qui sont en 2e secondaire, doivent faire une recherche sur un événement de l'histoire du Québec. Le tirage au sort leur attribue l'Expo 67.

    La grand-mère de Léa, décédée récemment, avait dix-huit ans lors de l'Expo. Après sa mort, la mère de Léa a entassé dans un débarras des boîtes de souvenirs qu'elle n'avait pas le courage de trier. Léa, poussée par l'espoir d'y trouver des objets ou des documents qui pourraient servir à sa recherche, va secrètement fouiller dans les boîtes. Elle tombe d'abord sur une photo, qui l'intrigue au plus haut point, et découvre ensuite le journal intime que sa grand-mère a tenu pendant la durée de l'Expo...

  • Etre du monde

    Maryse Rouy

    Maryse Rouy rêvait depuis longtemps de traverser l'Atlantique en cargo. C'est après avoir accompagné sa mère atteinte de la sclérose latérale amyotrophique (SLA ou maladie de Lou Gehrig) pendant les derniers mois de sa vie que ce voyage s'impose à elle comme une nécessité. Elle l'entreprend et sa cabine devient le lieu d'une retraite d'écriture. Au rythme des vagues, des aubes et des crépuscules, elle raconte la dégradation physique et les souffrances psychologiques d'une femme aux prises avec une maladie incurable, ainsi que l'épreuve vécue par ses deux filles, proches aidantes pendant quatorze mois. Alentour de cette mémoire, la vie continue au fil des relations avec l'équipage et les passagers, des instantanés sur l'existence à bord du bateau et du murmure infini de l'océan.

    Tout en émotion contenue, ce récit mêle la douleur ressentie devant le développement de la maladie aux souvenirs lumineux d'une mère volontaire et courageuse qui, malgré les obstacles, tenta sa vie durant d'élargir son horizon et d'être du monde.

  • Finaliste au Prix Arthur Ellis (meilleur roman policier en français)

    Quatrième et dernier volet des Chroniques de Gervais d'Anceny, La mort en bleu pastel est rythmé par une double intrigue : le vol d'un précieux manuscrit dans le monastère normand où Gervais d'Anceny rédige ses souvenirs et l'assassinat de jeunes toulousaines alors qu'adolescent il accomplissait sa formation de marchand chez un drapier languedocien. Deux enquêtes habilement enchevêtrées qui nous permettent d'explorer deux facettes de la vie médiévale, laïque et monacale, et le mode d'existence propre à chacune. Deux trames dramatiques mettant en scène des personnages que l'on quitte à regret.

  • À l'automne 1933, Elizabeth remplace son mari obligé d'abandonner son poste de professeur à bord du wagon-école à la suite d'un diagnostic de tuberculose. Tandis qu'il est confiné loin des siens dans un sanatorium, elle renoue avec sa première passion : l'enseignement. Pour assister aux cours offerts dans cet établissement ambulant hors du commun, des enfants de cheminots, de bûcherons, de trappeurs et de jeunes amérindiens parcourent de grandes distances à pied, en canot ou en raquettes. Le soir, c'est au tour des parents de se rendre au wagon non seulement pour jouer au bingo ou aux cartes, mais aussi pour suivre des cours d'alphabétisation ou d'économie domestique. Parmi les proches d'Elizabeth, certains croient que la vie nomade ne convient pas à une mère respectable et ils lui mènent la vie dure. Cependant, elle maintient le cap, épaulée par sa soeur et portée par l'espoir de voir l'état de son mari s'améliorer.

    Dans ce roman inspiré des wagons-écoles qui ont sillonné des régions reculées du Canada au siècle dernier, Maryse Rouy donne à voir la beauté du Nord, la misère de ceux qui vivaient à l'orée des chemins de fer de même que le combat mené par les malades pour guérir et retourner vivre auprès des leurs.

  • Gervais d'Anceny, ancien drapier retiré dans un monastère normand, n'aura pas joui longtemps de la paix du cloître. Quelques mois à peine après le meurtre de l'hôtel Despréaux, il reçoit un appel au secours de son fils, Philippe. Ce dernier lui apprend que son petit garçon a été enlevé au marché pendant un instant d'inattention de sa mère et de sa nourrice et qu'il pourrait avoir été la cible d'un réseau de voleurs d'enfants qui sévit à Paris. Hypothèse terrifiante. Même s'il n'a pas grand espoir de réussite, Gervais, déterminé à tout faire pour retrouver son petit-fils, part aussitôt pour la capitale mener sa propre enquête. Après Meurtre à l'hôtel Despréaux, voici le deuxième volet des Chroniques de Gervais d'Anceny. Avec cette série, Maryse Rouy revient au Moyen Âge, dont elle est spécialiste, et au polar, une combinaison qui lui a valu, en 2003, le prix Saint-Pacôme du roman policier pour Au nom de Compostelle.

    « Parfait dosage d'érudition et de suspense, ce polar historique, à la fois divertissant et instructif, est une belle réussite. »

    Norbert Spehner, La Presse+, au sujet de Meurtre à l'hôtel Despréaux

  • Claire, trentenaire heureuse, s'installe en compagnie de sa chienne dans une maison isolée de Charlevoix. Elle est venue réaliser un documentaire sur un peintre dont les toiles énigmatiques montrent une belle femme triste entourée d'arbres bleus. Dès le début de ce séjour de travail dont elle se faisait une joie, Claire découvre que la solitude lui est insupportable et décide de retourner à Montréal auprès de Jean-Louis. Mais une lettre arrive, incompréhensible, qui bouleverse tous ses plans présents et futurs. Les arbres

    et les rêves virent au noir, l'esprit comme le coeur vacille. Heureusement, le temps viendra où « le noir des arbres s'éclaircira jusqu'à reprendre une teinte d'un bleu léger et lumineux ».

  • 1378. Dans le cadre des fêtes entourant la visite de l'empereur germanique au roi de France, dame Mathilde Despréaux, riche négociante en vin, fait donner un grand spectacle. Au cours de la représentation, une comédienne est poignardée. Tout semble accuser Simon, le fils de la maison. Mathilde, sa mère, est la seule à le croire innocent. Déchirée de le voir encourir la peine de mort, elle supplie son oncle, venu du monastère où il s'est retiré afin d'assister aux célébrations, de le disculper.

    À la demande du prévôt adjoint du Châtelet de Paris, Gervais d'Anceny rédige le compte-rendu de cette sordide affaire pour laquelle il s'est transformé en enquêteur. De retour au prieuré, il lit au jour le jour à un ami agonisant ce qu'il a couché sur le parchemin, et c'est en leur compagnie que l'on découvre le fin mot de l'histoire.

    Avec cette première « Chronique de Gervais d'Anceny », Maryse Rouy revient au Moyen Âge, dont elle est spécialiste, et au polar, une combinaison qui lui a valu en 2003 le Prix Saint-Pacôme du roman policier pour « Au nom de Compostelle ». Grâce à un parfait équilibre entre le suspense et le portrait social, dans une langue qui puise adroitement au français de l'époque, elle excelle à satisfaire aussi bien les férus de romans historiques que les amateurs d'intrigues policières.

    L'AUTEURE
    Maryse Rouy a publié une trentaine de romans. Qu'ils s'adressent aux jeunes ou aux adultes, ils marient harmonieusement une recherche approfondie et les libertés de la fiction. Bien qu'elle se soit intéressée à diverses époques, le Moyen Âge reste sa période de prédilection.

  • "En 1925, quelques années avant la Crise, l'insouciance règne encore. Sainte-Agathe-des-Monts, une station hivernale courue par les Américains fortunés, est aussi le lieu de rencontre d'une certaine élite canadienne-française. Mais tous ces gens n'y convergent pas que pour skier : ils y viennent aussi pour goûter à des plaisirs défendus, car quelques restaurateurs contournent en douce la prohibition locale qui est censée les empêcher de servir de l'alcool.

    Dans la horde des vacanciers qui débarquent à l'Hôtel des Pays d'en haut pour y passer le temps des Fêtes, on retrouve Adèle Duquet. Fille des propriétaires de l'établissement, elle revient d'un séjour à Montréal où les Années folles battent leur plein. Mais la jeune femme n'a guère le temps de regretter la grande ville, car il y a beaucoup à faire; et lorsque la journée de travail est terminée, les sports d'hiver et les bals offrent de nombreuses distractions.

    À travers les festivités de fin d'année, les vieilles rivalités et les intrigues amoureuses se noue toutefois un drame: la disparition d'un policier montréalais. Ce dernier était venu à Sainte-Agathe enquêter sur un mafieux avec qui plusieurs villageois, y compris le patron de l'Hôtel, se sont compromis. Il n'en faut pas plus à Danielle, journaliste montréalaise et amie d'enfance d'Adèle, pour fureter un peu partout dans l'espoir d'éclaircir le mystère."

  • Paris, automne 1377. La visite prochaine de l'empereur d'Allemagne au roi de France donnera lieu à de grandes festivités. Pour l'occasion, dame Isabeau, une riche bourgeoise, souhaite offrir un spectacle sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame. Elle engage donc une troupe de comédiens ambulants, qui se réjouissent de passer l'hiver au chaud. Les répétitions vont bon train lorsque deux des acteurs découvrent une conspiration qu'ils décident de déjouer.

  • En cette fin de XIVe siècle, Petit-Jules mendie sur le parvis de Notre-Dame de Paris. Il est sous la coupe de Doigts-Crochus, un voleur qui projette de l'initier à son «métier». Après avoir perdu son protecteur, condamné à être banni de Paris, Petit-Jules doit fuir la capitale s'il veut échapper à l'emprise d'un autre truand, Louis le Mauvais. Le garçon parvient à s'intégrer à une caravane qui part en pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle. Le jeune mendiant réussira-t-il à conserver le secret de sa condition et à poursuivre sa route auprès de ses nouveaux compagnons?
    Après Le Chevalier Jordan et Les Illustres Farceurs, Maryse Rouy nous offre un roman d'aventures plein de rebondissements.

  • Gervais d'Anceny, ancien drapier retiré dans un prieuré normand, doit à son corps défendant quitter la paix du monastère. Cette fois, c'est le prévôt de Paris, son ami Guillebert Coudrier, qui vient le chercher pour lui confier une mission secrète : convoyer une missive du roi destinée au pape d'Avignon, un document qui ne doit en aucun cas tomber entre les mains de leurs ennemis, les fidèles du pape de Rome. Alors qu'il séjourne chez un drapier avignonnais en attendant le moine qui doit le contacter, le voisin de son hôte lui demande d'enquêter sur la mort de son frère, que la police a déclaré naturelle, mais que lui soupçonne d'être d'origine criminelle. Gervais, qui s'attendait à un séjour ennuyeux et sans histoire, se retrouve au centre d'une double intrigue dans la cité des papes.

empty