• Désirant échapper, même pour un moment, au bruit du monde, de nombreux Occidentaux cherchent dans les sagesses orientales une pratique du silence qui leur permettra de se recentrer sur la vie de l'esprit. Beaucoup ignorent cependant que le christianisme, lui aussi, propose une telle discipline du silence et de la méditation ; plus encore, qu'elle est présente dès ses premiers temps, ceux des Pères du désert, et qu'elle est à la racine de toute sa théologie mystique.

    MonseigneurMichel Laroche nous invite à découvrir cette voie du silence et les moyens de la suivre aujourd'hui. Du "Connais-toi toi-même" au "Oublie-toi toi-même", il nous montre comment les pratiques antiques de la méditation chrétienne peuvent être adoptées par tout un chacun.

  • Comment continuer à vivre après la mort d'un fils de dix-huit ans ? Les parents qui ont été frappés par ce drame savent bien que cette question est sans réponse. Voici pourtant qu'un père se risque à poser une main fraternelle sur des épaules encore secouées de sanglots étouffés. Un "deux-fois père" car Michel Laroche - père selon la chair de Germain dont nous allons partager la vie, la mort... et la naissance - est aussi père selon l'Esprit puisqu'il est prêtre de l'Église orthodoxe. La tension entre l'insupportable douleur humaine et l'espérance spirituelle, vécues en un même coeur, donne à ce livre magnifique une étonnante densité. La compassion n'a rien à voir avec l'homélie. Pourtant, la Parole chrétienne prend tout son sens au creux même de la détresse d'un coeur broyé. Ce paradoxe, qui nous plonge au sein du mystère, court au long de ces pages pudiques et fortes qu'il fallait avoir le courage de livrer à un lecteur qui se sentira peu à peu rejoint là où il croyait être seul, lové sur une souffrance indicible. Alors, l'agonie et la "naissance au ciel" de Germain, tout juste âgé de dix-huit ans, prennent tout leur sens et s'ouvre un chemin étrangement joyeux.

  • Comment continuer à vivre après la mort d'un fils de dix-huit ans ? Les parents qui ont été frappés par ce drame savent bien que cette question est sans réponse. Voici pourtant qu'un père se risque à poser une main fraternelle sur des épaules encore secouées de sanglots étouffés. Un "deux-fois père" car Michel Laroche - père selon la chair de Germain dont nous allons partager la vie, la mort... et la naissance - est aussi père selon l'Esprit puisqu'il est prêtre de l'Église orthodoxe. La tension entre l'insupportable douleur humaine et l'espérance spirituelle, vécues en un même coeur, donne à ce livre magnifique une étonnante densité. La compassion n'a rien à voir avec l'homélie. Pourtant, la Parole chrétienne prend tout son sens au creux même de la détresse d'un coeur broyé. Ce paradoxe, qui nous plonge au sein du mystère, court au long de ces pages pudiques et fortes qu'il fallait avoir le courage de livrer à un lecteur qui se sentira peu à peu rejoint là où il croyait être seul, lové sur une souffrance indicible. Alors, l'agonie et la "naissance au ciel" de Germain, tout juste âgé de dix-huit ans, prennent tout leur sens et s'ouvre un chemin étrangement joyeux.

  • Lettres québécoises donne la couverture de son numéro de printemps à Jean Désy, une personnalité d'exception. Le poète-aventurier-médecin-professeur - et surtout profond humaniste - poursuit depuis 1986 une oeuvre protéiforme et allergique aux barrières. Il nous offre ici son autoportrait en « Amériquoise nordicité » et partage une rencontre avec Rodney Saint-Éloi. Le dossier de ce numéro nous propose quant à lui un portrait de l'UNEQ (Union des écrivaines et des écrivains québécois), qui protège et célèbre les acteurs de notre littérature depuis quarante ans. Puis, les nombreuses et habituelles recensions critiques. En roman, les nouvelles parutions de Normand Cazelais, Sophie Bienvenu, Larry Tremblay et Ying Chen; en récit, Victor Lévy-Beaulieu et un ouvrage autour de Mark Twain; en poésie, les voix puissantes de Chantal Neveu et Louise Dupré; en essai, la passion de la chronique littéraire selon Jean-François Crépeau et le Prix du Gouverneur général 2016 de Michel Morin; et finalement, en roman graphique, le tour de force S'enfuir de Guy Delisle.

  • Qu'il s'agisse de connaître les races, de sélectionner les sujets, d'optimiser leur reproduction, de bien alimenter les brebis, les agnelles de remplacement, les agneaux et les béliers en fonction de leurs besoins, de les soigner adéquatement ou de leur assurer de bonnes conditions de logement, cet ouvrage guidera le lecteur dans la maîtrise des différents aspects de l'élevage ovin. Il lui fournira aussi de l'informations sur les ressources disponibles, le démarrage, la rentabilité, la mise en marché et plus encore, pour une parfaite compréhension du secteur.

  • Cet ouvrage permet de mieux comprendre l'environnement socio-économique et les défis de l'élevage du lapin au Québec. Il traite de tous les aspects de cette production : démarrage, génétique et sélection, reproduction, alimentation, santé, logement et équipement, gestion et organisation de l'élevage. Il décrit aussi les particularités de l'élevage de lapins à haut statut sanitaire et de l'élevage biologique.

empty