• Dans le bas du ruisseau Vacher, la famille Lamarche, surnommée Batissette, vit paisiblement de la terre depuis trois générations. Transmise de père en fils, la ferme a toujours su faire le bonheur de ceux qui y habitent jusqu'aux frères Moïse et Thomas Lamarche. Épaulés par leur soeur Claudia, les deux rêveurs décident de faire le grand saut : ils quittent la campagne pour s'installer en ville. Alors que leurs bien-aimées restent à les attendre, ils prennent la route de Montréal, confiants d'y dénicher un travail et un logis. Mais la vie dans les quartiers populaires est bien différente de celle qu'ils ont connue. Les jeunes hommes y trouveront-ils réellement leur compte ?

    Dans ce premier tome qui a déjà conquis des milliers de lecteurs, Micheline Dalpé nous transporte au milieu des années 1800, en pleine industrialisation. Avec ses mots, c'est l'histoire du Québec qui s'anime et se dévoile en même temps que celle des hommes et des femmes de coeur qui peuplent son roman.

  • Moïse Lamarche est en deuil. Sans celle qu'il aime, le père de famille se retrouve face à un défi de taille : élever seul sa progéniture tout en gérant son épicerie. Accablé par la douleur, il peine tant à y parvenir qu'il succombe à la pression sociale le sommant de se remarier au plus vite. Mais la nouvelle belle-mère est loin de faire l'unanimité chez les enfants, et les conflits déchirent la famille autrefois soudée. Alors
    que chacun s'isole, en quête du bonheur tant espéré, Charles, le petit dernier, revient en ville après quelques années passées auprès de sa tante sur la terre ancestrale. Comment le garçon trouvera-t-il sa place parmi les siens, lui qui préfère la campagne de sa tendre enfance au paysage urbain ?

    Avec ce second tome, Micheline Dalpé nous présente avec brio un récit qui traverse le temps. Ses personnages, malmenés par la perte d'un être cher, sont la preuve que, peu importe l'époque, des
    liens filiaux forts peuvent guérir tous les maux.

  • En 1824, la guerre fait rage entre les Irlandais catholiques et les Anglais protestants. Pour Daniel, fraîchement enrôlé dans l'armée, l'avenir est sombre. Ne voulant pas mourir pour sa nation, il déserte. Avec Mary, sa belle amoureuse, il abandonne tout pour partir au Canada, où, il le souhaite, un havre de paix les attend.

    Après une pénible traversée en bateau, ils arrivent enfin à Saint-Jacques-de-l'Achigan. Mais ce n'est que le début de cette périlleuse aventure, car les défis sont de taille pour Daniel et Mary. Leurs espoirs seront-ils comblés par cette nouvelle terre d'accueil ? Leur apportera-t-elle le bonheur tant attendu?

    Fidèle à son habitude, Micheline Dalpé nous transporte dans un univers plus vrai que nature. Avec Les orphelins irlandais, elle témoigne de l'immigration au Bas-Canada et des nombreux défis auxquels font ces hommes et femmes qui ne demandent qu'un avenir meilleur. Avec sa plume touchante, l'auteure aborde les thèmes de l'amour, de l'exil et de la famille et enchante, une fois de plus, ses lecteurs.

  • Vivant à La Plaine, dans la région de Lanaudière, Héléna Pelletier rêve d'un amour parfait, mais aucun ne semble pouvoir satisfaire les désirs de son coeur. Tentant de se rapprocher de ce qu'elle croit être sa vocation, elle réalise que les voies que l'on emprunte ne nous mènent pas toujours au but désiré, et la jeune femme se retrouve prise au dépourvu.

    Afin de trouver le bonheur, Héléna se tourne vers Gustave, qu'elle considère comme une planche de salut. Les apparences sont toutefois trompeuses, et les déceptions, amères. Mais lorsque la flamme semble bien enfouie sous une vie de dur labeur et de devoirs conjugaux, l'amour prend une forme innatendue.

    Dans ce premier tome de La grange d'en haut, Micheline Dalpé nous transporte en pleine campagne québécoise et nous dépeint admirablement bien une histoire authentique et poignante.

  • En plein coeur de la Grande Dépression, la famille d'Héléna s'agrandit tranquillement, mais le bonheur que cela lui apporte ne dure qu'un temps, car le malheur s'acharne sur les Branchaud. Heureusement, des proches sont là pour prêter main-forte, et leur présence ramène de l'espoir dans la maisonnée.

    Entre les premiers émois amoureux, les surprises et les bouleversements, Héléna et ses enfants continuent de rêver à une vie meilleure. Marianne, l'aînée, et ses frères et soeurs travaillent à tracer leur voie, encouragés par leur mère et guidés par leurs ambitions et leur détermination.

    Dans la conclusion de ce diptyque touchant, Micheline Dalpé met en relief les traditions québécoises rurales du dernier siècle dans un tableau où, même dans les moments difficiles, l'amour et la famille sortent gagnants.

  • L'amour est plus fort que tout ! Le destin de Sarah semble en être la preuve irréfutable. Heureuse au plus haut point, elle s'apprête enfin à épouser le garçon de ses rêves, au grand dam de ses parents qui, réticents, auraient préféré un prétendant plus digne d'une fille de médecin.

    Mais se pourrait-il que le bonheur conjugal ne cogne pas à toutes les portes ? Au contraire de son aînée, Évelyne doit laisser partir l'homme qu'elle désire et apprendre à panser ses blessures. Pourtant, lorsque le passé surgit, un bouquet à la main, de nouveaux espoirs sont permis. En ce temps de guerre, il ne reste alors plus qu'à traverser les épreuves une à une.

    Dans ce deuxième volet des Soeurs Beaudry, Micheline Dalpé aborde la romance et la tragédie avec une écriture à la fois sensible et sincère, qui ne peut nous laisser indifférents.

  • En plein coeur des années 1930, les Beaudry quittent la ville pour s'installer dans la quiétude rurale de Saint-Jacques-de-L'Achigan. Alors que le docteur Charles-Édouard y voit là une occasion en or de profiter d'un bonheur tranquille, sa femme et ses filles appréhendent cette existence si loin de leurs standards habituels.

    Fort heureusement, Évelyne et Sarah, les benjamines, pourront bientôt voguer vers une nouvelle liberté dans la Ville Lumière. Entre leurs leçons de musique et leurs premiers émois de jeunesse, elles découvriront toutefois que leur famille cache de bien lourds secrets. Pourront-elles vivre avec la vérité à leur retour dans leur village ?

    Avec ce premier volet des Soeurs Beaudry, Micheline Dalpé retrace avec émotion et habileté l'histoire et les secrets d'un authentique village de Lanaudière évoluant entre les deux guerres.

  • Un matin de l'été indien 1819, un nouveau-né est déposé à la porte de la famille Brien, abandonné comme une portée de chatons. Quinze ans plus tard, dans cette même maison, une jeune femme est assassinée à coups de hache alors que son mari dort à ses côtés. Les autorités soupçonnent aussitôt le frère de l'époux, amoureux lui aussi de la victime.

    Ce qui aurait pu n'être qu'une banale chronique judiciaire devient sous la plume de Micheline Dalpé un vibrant hommage à l'histoire rurale québécoise et au destin tragique des familles Brien et Perreault.

    Entre ces deux temps forts du roman, l'auteur peint le portrait de la vie des colons canadiens-français du XIXe siècle, faite de dur labeur et de bonheurs simples, d'obédience religieuse et de silences, où se dessine en filigrane le drame des filles-mères et des « enfants trouvés ».

    Romancière émérite, Micheline Dalpé brosse et peint, d'une main de maître, des personnages attachants reliés à notre terroir. Elle participe ainsi à la mémoire du patrimoine.

  • Un beau jour de ses treize ans, Grégoire découvre toute la vérité concernant son père et décide de quitter le nid familial. Deux ans plus tard, le garçon est engagé dans un camp de bûcherons avec l'espoir de gagner enfin sa liberté et de découvrir ses origines. Mais la vie est difficile sur le camp. Les heures sont dures et les hommes, sauvages. Chore-boy, Grégoire devra endurer les humeurs de Sauvageau, le boss du camp, les ordres des cooks, ainsi que le caractère de Bethléem, la seule fille du camp.

    À travers un roman empreint de force brute, de sueur et de dur labeur, Micheline Dalpé dépeint avec sensibilité une époque pas si lointaine où le quotidien dépassait rarement les limites du village, où les gens traînaient la réputation de leurs parents comme un boulet, et où les commères guettaient les amours naissantes.

    Romancière émérite, Micheline Dalpé brosse et peint, d'une main de maître, des personnages attachants reliés à notre terroir. Elle participe ainsi à la mémoire du patrimoine.

  • À Grand-Pré, en 1755, Marie Labasque mène une existence rude, mais paisible, sur la ferme de son père. Tout le village se réjouit de ses récentes fiançailles avec le vaillant Nicolas Amireault. Mais les Anglais mettent brusquement fin à ses rêves lors de la déportation prononcée par le gouverneur Lawrence. Séparée de son bien-aimé, Marie affrontera les nombreuses épreuves qui parsèment sa route vers un avenir meilleur. Sauront-ils se retrouver et vivre enfin leur amour ?

    Reflet du drame d'une époque, ce roman déchirant montre la force et la détermination du peuple acadien. Micheline Dalpé nous offre ici un récit où l'amour ne connaît pas de frontières et fera tout pour triompher.

    Romancière émérite, Micheline Dalpé brosse et peint, d'une main de maître, des personnages attachants reliés à notre terroir. Elle participe ainsi à la mémoire du patrimoine.

  • Par une chaude journée de 1914, un nouveau-né entre dans la famille de mendiants de Joséphine Jobé. La vie de la fillette s'en trouve soudainement bouleversée, alors que ses parents la poussent à faire la run toute seule entre Saint-Alexis et Saint-Jacques.

    Vive, débrouillarde et enjouée, la blondinette devra alors compter sur la bonté des gens pour survivre. Rejetée de tous et regardée de haut par les autres, Joséphine fera son chemin, emplie par la liberté de la route, l'amitié de Grégoire, son amour secret, et le soutien de Léocadie et ses frères.

    Dans ce roman, campé dans le Lanaudière du début du XXe siècle, Micheline Dalpé parvient à recréer, d'une plume habile, le quotidien des mendiants de l'époque, ceux que l'on traitait de quêteux, mais grâce à qui les nouvelles voyageaient entre les villages de ce coin de pays.

    Romancière émérite, Micheline Dalpé brosse et peint, d'une main de maître, des personnages attachants reliés à notre terroir. Elle participe ainsi à la mémoire du patrimoine.

  • La vie n'est pas facile pour les femmes de la famille Beauséjour. En effet, c'est au tour de Rose, la fille de Victorine, de subir les misères du destin qui lui est imposé. Seule fille parmi une fratrie de garçons, Rose comprend bien vite que les hommes détiennent tous les privilèges et que le sort des femmes est de se soumettre aux caprices de la bienséance dictée par la société.

    Malgré tout, après une enfance solitaire, elle espère trouver le bonheur et la liberté dans un mariage d'amour. Mais à travers la pauvreté, la maladie et les tracas familiaux, Rose doit faire preuve d'une force de caractère hors du commun pour s'en sortir, jour après jour. Heureusement, elle peut compter sur ses enfants pour lui donner de la joie et de l'espoir, ainsi que sur sa capacité de résilience, que lui a transmise sa mère.

    Inspirée par d'authentiques journaux intimes, Micheline Dalpé nous raconte ici le XXe siècle vu par une simple femme de Lanaudière, soumise à de terribles épreuves. Avec ses mots justes et ses anecdotes à saveur d'antan, elle nous rappelle ainsi l'existence remplie d'embûches que nos mères, nos grands-mères et nos arrière-grands-mères ont dû mener, aux côtés des hommes de l'époques.

    Micheline Dalpé, fière Lanaudoise, a publié son premier roman en 1998. Depuis, sa plume authentique dépeint des personnages inoubliables, emblématiques de notre terroir et de nos valeurs collectives.

  • L'amour a besoin d'un logis pour s'épanouir !

    N'importe quel homme posant les yeux sur l'une des filles Gaudet ne peut s'empêcher d'en tomber amoureux. C'est le cas de Maxime, fou d'amour pour Victorine. Dès leur rencontre, les deux jeunes gens ne peuvent vivre l'un sans l'autre. Mais leur mariage est vu d'un mauvais oeil par Prudentienne, la mère de Maxime, qui considère que son fils mérite mieux qu'une petite-fille de quêteux. Orgueilleuse, la vieille femme fera tout pour soumettre sa nouvelle bru à tous ses caprices et la faire travailler comme une forcenée. Si seulement le jeune couple pouvait trouver une ferme libre où s'installer...

    Micheline Dalpé, fière Lanaudoise de Joliette, a publié son premier roman à compte d'auteure en 1998. Depuis, elle a réussi à développer un lectorat fidèle grâce à sa plume simple et authentique et ses personnages inoubliables, emblématiques de notre terroir et de nos valeurs collectives. Romancière émérite, elle a su convaincre les lecteurs de son grand talent avec douze romans qui ont tous remporté un vif succès. Son plus grand succès, Les soeurs Beaudry, s'est d'ailleurs écoulé à plus de 30 000 exemplaires.

  • À Sainte-Marie-Salomé, en 1913, Mathilde est l'aînée d'une fratrie de neuf enfants. C'est donc à elle que revient la lourde tâche d'aider sa mère dans la maison. Pendant que ses frères et soeurs s'amusent sur la ferme, vont à l'école et profitent de leur enfance, la jeune fille doit sans cesse travailler et agir comme une deuxième figure maternelle. Par chance, elle s'accommode bien de la situation grâce à sa nature responsable et docile. Mais l'été de ses dix-sept ans, la douce Mathilde se retrouve prisonnière d'un malentendu. Convaincue que sa fille a commis le péché de la chair, la mère de Mathilde force cette dernière à se marier en vitesse. La nouvelle épouse voit alors sa vie bouleversée par cette union soudaine qui l'oblige à garder un affreux secret.

    C'est avec bonheur que Micheline Dalpé nous replonge ici dans l'univers des Batissette, les personnages de sa série à succès. À travers l'histoire de Mathilde, leur héritière, elle nous raconte un tout nouveau récit où, bien que le drame s'invite aux noces, les joies du quotidien réussissent à percer les nuages sombres.

empty