• Les clients de Victor, jeune informaticien parisien, disent qu'il se souvient toujours de tout. Mais lui sait que c'est Internet qui n'oublie rien de nos données personnelles et les exploite sans vergogne pour devenir un levier d'influence majeur au sein de nos sociétés. Alors, quand Victor est contacté par une Internationale de hackers dont la cible est l'un des détenteurs de ce nouveau pouvoir, c'est la consécration. Seulement rien ne se passe comme prévu. Pris de court entre un piratage de grande envergure et les mésaventures d'une soeur fantasque, il va croiser le chemin de celle qui remettra en cause ses certitudes et ses amours tumultueuses.

    Les algorithmes sont-ils nos amis ou nos ennemis ? Avec Données personnelles, Nathalie Côte signe un roman haletant qui questionne notre rapport à Internet et met en perspective les dangers de nos identités confisquées par une minorité.

  • Couple : deux personnes de la mme espce considres ensemble.Couples en vacances avec enfants : spcimen d'un genre particulier qui attend l't avec impatience mais qui risque fort de finir la tte dans le sable.Les Bourdon et les Lafort ont lou deux appartements voisins dans une rsidence avec piscine en bord de mer. Chacun est arriv avec la mme envie : consacrer ce temps bni aux enfants, au repos, aux projets. Et tous sont rattraps par leurs obsessions propres : fuir un mari ennuyeux, gagner vite plus d'argent, faire oublier qu'on a pris dix kilos, faire semblant que tout va bien. Passe l'euphorie de l'chappe belle, ils ne tarderont pas dcouvrir que changer de vie a un prix, que la libert exige du souffle et qu'elle ne s'achte jamais bon compte.Avec un humour acide et une implacable clairvoyance, Nathalie Cte se fait entomologiste de la classe moyenne et pavillonnaire. En filigrane, elle dnonce le monde du travail, vritable machine tuer, et le monde matrialiste, qui propose vainement de se consoler en consommant crdit. On regarde ces personnages ni aimables ni dtestables se dbattre et renoncer. On les regarde, en esprant ne pas leur ressembler.

  • La façon de s'organiser des artistes détermine-t-elle leur façon de faire de l'art, l'impact et l'esthétique de l'oeuvre? Dans le dossier de ce numéro d'hiver, Inter se demande comment s'organisent et se rassemblent les artistes d'ici et d'ailleurs. Collectifs, troupes, réseaux, associations, communes, squats, famille circassiennes de forains, structures formelles : quelles sont leurs modalités de regroupement? Comment gèrent-ils leurs productions singulières au sein de ces organisations, dans des disciplines variées? Les organisations internationales sont particulièrement à l'honneur, avec divers exemples tirés de la France, l'Italie, l'Espagne, la Belgique, le Pérou, le Brésil et le Cameroun.

  • « Au moment où les potentialités de connexion avec le monde semblent augmenter à une vitesse exponentielle [...] il paraît de plus en plus important d'explorer les diverses modalités d'action et de création que suscite cette condition » : le 125e numéro d'Inter se place sous le signe des connectivités. Celles-ci ne sont pas nées d'hier et ont toujours divisé les grands théoriciens. Ces connexions multiples incarnent un système d'aliénation pour certains, des vecteurs d'émancipation pour d'autres, de « nouvelles voies d'hybridation, modes d'expérience ou de réseautage alternatif » enfin. Plusieurs avenues sont privilégiées par la revue : l'urbanisme tout d'abord, avec l'aménagement citoyen et spontané de zones autrefois en friche, puis la multiplication des installations interactives, les mutations de la conception sonore, la question du corps et l'intermédialité. Autant d'angles explorés par un dossier riche, fouillé et pointu.

empty