• L'usine textile Rhodiacéta de Besançon, aujourd'hui en ruine, a compté plus de trois mille employés dans les années 1960. Ses fils synthétiques de nylon et de tergal ont fait la fierté de l'industrie française. A travers une trentaine d'entretiens, différents métiers sont documentés. La transmission de ces paroles ouvrières est riche d'enjeux, ils incarnent la vie à l'usine, ses difficultés et ses joies. Les luttes syndicales sont restituées. Cela permet de comprendre le présent : la délocalisation du site annonçait la désindustrialisation dans l'économie occidentale.

empty