• Comment conjurer l'effondrement d'un monde arrivé à ses limites ? Que ferons-nous du " jour d'après " la crise du Covid-19, sachant que le dérèglement climatique et la chute de la biodiversité sont toujours à l'oeuvre et qu'ils restent la principale menace pour l'espèce humaine ?

    Comment conjurer l'effondrement d'un monde arrivé à ses limites ? Que ferons-nous du " jour d'après " la crise du Covid-19, sachant que le dérèglement climatique et la chute de la biodiversité sont toujours à l'oeuvre et qu'ils restent la principale menace pour l'espèce humaine ? Il serait suicidaire de nous acharner à poursuivre le même mode de vie, destructeur et inégal. Mais nous reste-t-il assez de lucidité pour sortir d'un déni qui laisse la porte ouverte aux marchands de fin du monde et aux populistes ? Comment dessiner un monde soutenable et désirable ?

    Noël Mamère répond à ces questions en tissant un lien entre les alertes des penseurs de l'écologie du XXe siècle, tels Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, et la colère salutaire de la " génération climat ", consciente qu'il n'y a pas de " planète B ". Ses propres combats de terrain et son expérience d'écologiste nourrissent une réflexion argumentée sur le rôle que doit jouer l'écologie politique aujourd'hui.

    Sur l'une des issues de secours à l'impasse dans laquelle nous nous trouvons, il est écrit " écologie " : c'est par là qu'il faut passer !

  • Chassés de leur village de Dordogne pour s'être aimés « trop tôt », les Graveille et leur fils Antoine s'installent à Bègles, bourgade de vignerons et de pêcheurs de l'estuaire. Fils de la terre, Antoine devient vite enfant de la Garonne et rêve de grand large, de voyages et de mers lointaines. À treize ans, pour aider sa famille à survivre, il devient Terre-neuva et embarque comme mousse sur L'Arbonnaise. Le rêve vire au cauchemar : il découvre l'enfer de la « grande pêche », les terribles conditions de vie à bord des morutiers et la violence des hommes, à l'image de ces mers glacées. À son retour, il apprend que son père vient de se jeter dans la Garonne, désespéré par la trahison de son meilleur ami qui lui a volé ses espérances sociales. Antoine décide de se venger... À travers la vie d'Antoine Graveille, le héros de ce roman « vrai », Gens de Garonne raconte la condition du petit peuple de l'estuaire, au tournant du XIXe siècle, sa misère et son fatalisme, son courage et ses amours, sa vie quotidienne marquée par le rythme des saisons. L'auteur, qui s'est inspiré de nombreux témoignages recueillis pendant ses huit années passées à la mairie de Bègles, recrée de manière remarquablement documentée les métiers anciens et la vie de ces « forçats de la mer », partis des mois en Terre-Neuve pour la pêche à la morue. Ce n'est pas seulement l'Histoire qui s'élabore ici, avec la prise de conscience ouvrière, c'est aussi une saga humaine sensible et pathétique, au fil des générations.

  • Chassés de leur village de Dordogne pour s'être aimés « trop tôt », les Graveille et leur fils Antoine s'installent à Bègles, bourgade de vignerons et de pêcheurs de l'estuaire. Fils de la terre, Antoine devient vite enfant de la Garonne et rêve de grand large, de voyages et de mers lointaines. À treize ans, pour aider sa famille à survivre, il devient Terre-neuva et embarque comme mousse sur L'Arbonnaise. Le rêve vire au cauchemar : il découvre l'enfer de la « grande pêche », les terribles conditions de vie à bord des morutiers et la violence des hommes, à l'image de ces mers glacées. À son retour, il apprend que son père vient de se jeter dans la Garonne, désespéré par la trahison de son meilleur ami qui lui a volé ses espérances sociales. Antoine décide de se venger... À travers la vie d'Antoine Graveille, le héros de ce roman « vrai », Gens de Garonne raconte la condition du petit peuple de l'estuaire, au tournant du XIXe siècle, sa misère et son fatalisme, son courage et ses amours, sa vie quotidienne marquée par le rythme des saisons. L'auteur, qui s'est inspiré de nombreux témoignages recueillis pendant ses huit années passées à la mairie de Bègles, recrée de manière remarquablement documentée les métiers anciens et la vie de ces « forçats de la mer », partis des mois en Terre-Neuve pour la pêche à la morue. Ce n'est pas seulement l'Histoire qui s'élabore ici, avec la prise de conscience ouvrière, c'est aussi une saga humaine sensible et pathétique, au fil des générations.

  • Journaliste à Antenne 2, l'auteur est convaincu qu'une autre télévision, indépendante et créative, est possible. Il le dit dans ce livre qui est d'abord une enquête en profondeur dans les coulisses de la télé d'aujourd'hui.

  • Nous devons beaucoup aux Américains : nous adorons le jazz, les westerns de John Ford, Marilyn, Faulkner et Paul Auster. Et nous nous souvenons du Débarquement. Merci Oncle Sam ! Mais, dix ans après la chute du Mur, l'Amérique essaie d'imposer son ordre moral, économique et militaire. Elle règne sur le FMI, tient en dépendance les pays les plus pauvres, favorise la corruption en Russie. Elle dicte sa loi à l'ONU, soutient les Talibans d'Afghanistan et veut faire de l'Otan le maître militaire du monde. Voilà, maintenant, qu'elle tente de coloniser nos assiettes avec son boeuf aux hormones et les OGM de Monsanto. Elle rachète nos entreprises avec ses fonds de pension, exigeant de faire fondre la « mauvaise graisse » des salariés. Elle se dote d'une milice planétaire, l'OMC, à laquelle elle donne mission de régenter le commerce mondial, culture et santé comprises... Il y a l'autre côté du miroir. L'Amérique, c'est le record d'obèses, le record absolu d'armes détenues par des personnes privées (233 millions !), la peine de mort appliquée aux mineurs, le poids du puritanisme et des sectes, la dépendance des politiques vis-à-vis des lobbies et de la mafia, de plus en plus de pauvres... Non merci, Oncle Sam ! Dans cet essai percutant, grave et plein d'humour, les auteurs, journalistes et hommes de conviction, en appellent à toutes les forces citoyennes pour réagir à une menace terriblement réelle.

  • « La France se couche, la France se meurt », écrit Éric Zemmour dans Le Suicide français, propulsé au rang de best-seller. Suivent plus de 500 pages de thèses déclinistes vilipendant pêle-mêle le féminisme et l'homosexualité, l'antiracisme et la modernité, les « élites » et, bien entendu, Mai 68, mère de tous les vices et maux qui accablent notre pays malade.
    Parce qu'ils portent toutes les valeurs qu'il combat, les écologistes représentent le mal absolu pour Éric Zemmour, ce qui leur procure l'avantage d'être les mieux outillés pour lui répondre. Dans ce livre, Noël Mamère et Patrick Farbiaz décodent le langage et les écrits de ce porte-étendard de la réaction et de ses inspirateurs. Ici, ils proposent un autre récit collectif de la France, fondé sur l'acceptation de l'autre et l'émancipation humaine plutôt que sur la peur.

  • Réveillez-vous avant qu'il ne soit trop tard ! Il n'y a plus une minute à perdre. Dans ce Manifeste pour un autre monde, Noël Mamère et Patrick Farbiaz lancent un cri d'alarme : « Si nous voulons sauver la planète et son climat, il faut de toute urgence rompre avec le système productiviste et la société de consommation tels qu'ils existent aujourd'hui ! » Militants écologistes chevronnés, les auteurs démontrent qu'un autre monde est encore possible, celui du bien-vivre et de la prospérité sans croissance. Mais, pour eux, la Conférence de Paris sur les changements climatiques, dite « de la dernière chance », ne sera qu'un cache-misère de plus, une nouvelle preuve de l'impuissance de la communauté internationale. Seule issue : que la plèbe oublie ses peurs et se constitue en tiers état pour enfin se faire entendre. Comme l'ont fait les militants espagnols de Podemos, le peuple grec lors du référendum du 5 juillet 2015 et tant d'autres à travers le monde. Un texte indispensable pour réveiller les consciences et mobiliser enfin toutes les énergies. Avant qu'il ne soit vraiment trop tard !

empty