Sciences humaines & sociales

  • Il s'agit de cet ouvrage de rendre compte d'un certain fonctionnement ordinaire du droit : de prendre au sérieux son unité sous la diversité des phénomènes de juridicité... Force est de constater que cette manière d'aliéner le droit à ses représentations n'est que rarement remise en question par la doctrine juridique et ne fait qu'exceptionnellement l'objet d'une pensée. Pour éviter le piège engendré par le scintillement du phénomène juridique il convient, selon nous, d'appréhender ce dernier - comme tous les phénomènes - non comme une chose mais en tant que processus qui tisse dans son mouvement même l'effectivité du droit. La logique de ce processus juridique a été sondée, dans ce texte, par la mise en oeuvre d'une phénoménologie propre à la perception du droit et orientée par la présence d'un sujet qui se devait de lui donner forme et sens.

  • Depuis quelques années, l'identité est entrée dans une zone de turbulences. Les questions relatives à l'identité sexuelle, européenne, « nationale » (et régionale), numérique, culturelle, gastronomique, religieuse, etc., irriguent le débat public et suscitent des controverses. Plurielle par nature, l'identité renvoie chacun à ce qu'il est mais aussi à son histoire, sa culture, ses appartenances. Car si elle s'entend au singulier, elle s'ouvre aux communautés. Ce sont les recompositions identitaires qui impactent nos sociétés. Il s'agit ici d'interroger ce concept de manière pluridisciplinaire.

  • « Respect » ! Voici le mot d'ordre paradoxal d'une époque permissive. Cet ouvrage invite à son sommaire un parterre de personnalités scientifiques qui expliquent ce que devient le respect, à une époque où cette notion et cette valeur sont tout à la fois sujettes à inflation et dévaluation. Respecter, très bien, mais respecter qui, quoi, selon quelles conditions morales et sociales, et pourquoi, déjà !? Une série de questions interrogeant la politique, le management, la religion, mais aussi les conditions du « vivre-ensemble ».

  • Cet ouvrage collectif, issu d'un colloque international, a proposé à des spécialistes de réfléchir autour du thème de l'engagement. Il s'est agi d'interroger les définitions de ce thème dans des perspectives philosophiques et historiques. De même, les aspects juridiques, psychologiques, organisationnels, économiques, sociologiques, communicationnels et politiques sont abordés en leur dimensions théoriques et pratiques à travers des études de cas.

  • L'élaboration d'une théorie du droit comparé est rarement présente dans les travaux des comparatistes, alors même que cette discipline devrait pourtant logiquement comporter un discours sur sa méthode et une réflexion sur son épistémologie. La constance de ces carences est difficilement justifiable au regard d'un champ discipline qui semble devenir incontournable. Cet ouvrage a pour objet de rendre compte du jeu de la différence présent au coeur des études comparatistes et d'apporter ainsi certaines réponses aux interrogations qui jalonnent le parcours du comparatiste. En ce sens, le droit comparé est présenté sous la forme d'une modalité particulière d'être des études juridiques - une sorte d'anamorphose de la théorie du droit ou d'asymptote du droit. Il apparaît comme le témoignage de l'écart irréductible entre l'ouverture de la possibilité comme structure universelle et la nécessité déterminée de telle ou telle localisation juridique. Ainsi, le droit comparé se présente comme la promesse d'une rencontre, la rencontre de l'autre. Cette discipline donne naissance à un labyrinthe qui diffère la présence de l'autre et de l'autre droit et permet dès lors de toujours tendre vers une compréhension plus grande de sa nature en évitant l'assimilation ou l'acculturation.

empty