• Nous vivons une rupture historique : notre manière d'apprécier le bonheur individuel et le bien-être national a changé. La cohésion sociale, la capacité de nous entendre et de nous supporter, fondée jusqu'ici sur l'espérance de croissance, est aussi remise en question. Désormais, elle semble dépendre non plus de la motivation à produire d'individus consommateurs, mais de la capacité du plus grand nombre à être suffisamment assurés d'eux-mêmes pour pouvoir être pour les autres, à un moment où la crise identitaire a un impact sur le processus de construction de soi. Et si notre devenir commun avait à voir, au fond, avec la solidité personnelle ?

  • Les associations se trouvent au coeur des problèmes que nos sociétés ont le plus de mal à maîtriser. D'ordinaire peu visibles, il suffit d'un événement révélateur pour que l'actualité nous rappelle leur rôle. Ayant à trouver des solutions pour combler les insuffisances de l'organisation sociale, elles doivent combiner l'action de multiples partenaires, mobiliser des ressources rares et chichement mesurées, concevoir et mettre en oeuvre une grande variété de savoir-faire. Leur gestion est des plus complexes. La façon de les diriger doit prendre en considération des logiques de nature administrative, politique, culturelle, sociale ou économique, qui toutes ont leur place dans la production associative, et veiller à la cohérence d'ensemble. La pratique du diagnostic pluridisciplinaire répond à ce besoin de cohérence. De l'approfondissement de sa connaissance et de son utilisation dépendent, non seulement la santé et la crédibilité de ces associations si essentielles à notre vie collective, mais aussi notre capacité de progresser dans la conduite des organisations complexes de quelque nature qu'elles soient.

  • Les associations se trouvent au coeur des problèmes que nos sociétés ont le plus de mal à maîtriser. D'ordinaire peu visibles, il suffit d'un événement révélateur pour que l'actualité nous rappelle leur rôle. Ayant à trouver des solutions pour combler les insuffisances de l'organisation sociale, elles doivent combiner l'action de multiples partenaires, mobiliser des ressources rares et chichement mesurées, concevoir et mettre en oeuvre une grande variété de savoir-faire. Leur gestion est des plus complexes. La façon de les diriger doit prendre en considération des logiques de nature administrative, politique, culturelle, sociale ou économique, qui toutes ont leur place dans la production associative, et veiller à la cohérence d'ensemble. La pratique du diagnostic pluridisciplinaire répond à ce besoin de cohérence. De l'approfondissement de sa connaissance et de son utilisation dépendent, non seulement la santé et la crédibilité de ces associations si essentielles à notre vie collective, mais aussi notre capacité de progresser dans la conduite des organisations complexes de quelque nature qu'elles soient.

empty