•  Faire découvrir en Montaigne un penseur de la vie en société, de ses contraintes et de ses libertés : telle est l'ambition, originale et audacieuse, de l'ouvrage de Philippe Desan. Les Essais ne se résument pas à un récit de soi, d'où l'appartenance sociale aurait été totalement effacée. Le moi de Montaigne est un moi en société. Et le but des Essais est de penser le rapport entre l'existence singulière et le social, l'individuel et le collectif. C'est donc à la sociologie bien plus qu'à la psychologie qu'il nous faut avoir recours pour comprendre l'oeuvre de Montaigne. Les grands thèmes de sa pensée, scepticisme et curiosité, relativisme culturel et civilité, se trouvent dès lors éclairés d'un jour nouveau, qui leur confère toute leur portée sociale et historique. On découvre un Montaigne inattendu, loin de l'image du sage réfugié en sa bibliothèque, coupé du monde et de la vie en société. C'est à une leçon inédite de sociologie que l'on assiste alors, capable d'articuler ensemble individu et société, dans un monde de conflits et de violences où l'idéal d'honnêteté toutefois n'est pas totalement oublié. Philippe Desan est spécialiste de l'histoire des idées et de la Renaissance. Il occupe la chaire Howard L. Willett en histoire de la culture à l'Université de Chicago et dirige la revue Montaigne Studies. Il est l'auteur de Montaigne. Une biographie politique qui a fait date et qui a obtenu le prix Pierre-Georges-Castex de l'Académie des sciences morales et politiques. Il a reçu le Grand Prix de l'Académie française pour ses travaux sur Montaigne.

  • À la Renaissance les auteurs de l'Antiquité ne suffisent plus pour expliquer l'homme et le monde. L'histoire devient alors un champ de réflexion privilégiée qui permet d'aborder les questions de la continuité, de la dégénérescence, du déclin et du progrès d'un peuple ou d'une nation. Après un premier élan nationaliste, les historiens du XVIe siècle s'intéressent à la méthode et à la narration de l'histoire. Ils s'interrogent aussi sur leur propre devenir et offrent une multitude de modèles théoriques pour la lecture et la compréhension du matériau historique. Il s'agit pour eux de rassembler, comparer et différencier les documents afin de penser une histoire nouvelle qui serait aussi prospective. Philippe Desan

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Qui était vraiment Michel de Montaigne ? Peut-on se fier à l'auteur des Essais quand il dépeint un moi universel dans son « humaine condition », autrement dit un moi dissocié des vicissitudes de l'histoire ? À rebours du mythe auquel Montaigne a le premier largement contribué, cette biographie s'interroge sur l'historicité des Essais et leur inscription dans les pratiques politiques et sociales de la fin de la Renaissance. Conseiller au parlement de Bordeaux, ville dont il devint maire et gouverneur, négociateur et ami proche du futur Henri IV, Montaigne incarnait cette noblesse de robe qui voulait s'intégrer à la moyenne noblesse d'épée. Acteur de son temps, il conçut chaque édition de ses Essais (il y en eut quatre de 1580 à 1592) comme le corollaire indispensable d'une carrière politique riche en rebondissements. À travers ce parcours se découvre ainsi un autre Montaigne que celui dont nous sommes familiers, détaché et stoïque : un Montaigne qui ne séparait pas sa vie privée de sa vie publique, un Montaigne pris dans les tumultes de son temps - il connut pas moins de huit guerres civiles et se retrouva embastillé par la Ligue -, un Montaigne enfin dont les prises de parole comme les silences obéissaient d'abord à des raisons stratégiques. Ni candide ni transparent, ne cédant pas non plus au machiavélisme de son époque, ce Montaigne-là donne une nouvelle épaisseur à celui de la légende littéraire. Philippe Desan est spécialiste de l'histoire des idées et de la Renaissance. Il occupe une chaire d'histoire de la culture à l'Université de Chicago et a publié de nombreux ouvrages sur la Renaissance et sur Montaigne. Il dirige également la revue Montaigne Studies. 

empty