• Bernard Natan, émigré d'origine roumaine, a 34 ans quand il fonde sa première société de production cinématographique. Entrepreneur visionnaire, passionné par le 7ème art et certain de son essor malgré les crises économiques et politiques de l'entre-deux guerres, il investit sans relâche, modernise, transforme en précurseur. Production, diffusion, premiers films parlants, importation des dessins animés de Walt Disney en France, il est de toutes les avancées modernes du grand et du petit écrans, à l'instar des Goldwyn, Mayer et Warner américains. Il acquiert en 1929 le groupe Pathé qu'il tentera de sortir de la faillite. Ses difficultés économiques, les attaques constantes des médias et une cabale publique sur fond d'antisémitisme, le conduiront à son emprisonnement en 1939 puis à sa déportation en 1942, jusqu'à sa mort dans le camp d'Auschwitz. Personnage fascinant et pilier français du cinéma des années 1920 et 1930, Bernard Natan deviendra le monstre sacré oublié du cinéma, l'investisseur génial dont la mémoire fut sacrifiée aux heures noires de l'Histoire.

  • Qui se cache derrière les sonates de Corelli  ?
    Combien ont été payés les acteurs  ?
    Pourquoi Adolphe Amédée Delafoy porte-t-il des gants  ?
    Comment s'est tournée la surprise-partie  ?
    Quelles scènes filmées ont été coupées au montage  ?
    Que vient faire Louis XVI dans cette galère  ?
    Combien y a-t-il de mots d'argot  ?
    Qui est Frankie Mills  ?...
     
    À ces questions fondamentales, et à beaucoup d'autres, répond cet insolite mais exhaustif dictionnaire. Grâce à lui, on va enfin tout, mais alors vraiment TOUT savoir sur Les Tontons flingueurs.
    Basé sur des documents jamais dévoilés, des sources jusqu'alors inexploitées, des interviews inédites, illustré par des dizaines de photos rarissimes, ce livre fourmille de révélations et d'anecdotes, tout en conservant le ton décontracté et la dérision chers à Michel Audiard et à Georges Lautner.
    Plus qu'un voyage au coeur d'un univers truculent c'est une véritable redécouverte d'un film-culte qui, génération après génération, séduit de nouveaux spectateurs. On y côtoie Fernand, Raoul, Théo et tous les autres. On apprend à mieux les connaître, donc à mieux les apprécier.
    Aucun lieu, aucun acteur, aucun objet n'est laissé dans l'ombre. Toutes les références contenues dans les dialogues sont enfin expliquées.
    En bonus exclusif, une interview inédite de Georges Lautner entièrement consacrée aux coulisses du tournage.
     
    Un ouvrage qui dynamite façon puzzle tout ce que l'on pensait savoir sur Les Tontons flingueurs  !
     
    Philippe Durant est l'auteur de plusieurs bonus contenus dans le DVD et le Blu-Ray des Tontons flingueurs produit par Gaumont. Il a également écrit des biographies sur Michel Audiard, Lino Ventura et Bernard Blier. Sans oublier Le Petit Audiard illustré par l'exemple paru chez Nouveau Monde éditions. Il est particulièrement bien placé pour parler de ces gugusses venus de Montauban ou d'ailleurs.

  • Guy Bedos est réputé pour ses phrases cinglantes, ses piques redoutables. Sur scène, à l'écran, dans ses écrits ou lors de ses interviews, il a toujours refusé la langue de bois, tirant sur tout ce qui le dérangeait, avec discernement et efficacité.
    300 de ses réparties parmi les plus féroces et les plus pertinentes sont réunies et analysées dans la tradition de la collection «  Le Petit... illustré par l'exemple  ».
    Pour mieux les comprendre et, donc, pour mieux les apprécier. Du Bedos tel qu'en lui-même  : brillant et cinglant.
     
    Je me donne un mal fou pour être antipathique, et j'ai du mal. Mais je m'accroche. (Apostrophes, Antenne 2, 12 mars 1976)
     
    Berlusconi est un enfoiré... Je n'en voudrais pas pour garder mes enfants. Surtout pas ma fille...
    (Sept sur sept, TF1, 5 décembre 1993)
     
    Si on devait arrêter tous les chanteurs que je n'aime pas, il y aurait de la place pour se garer.
    (Polémiques, Antenne 2, 17 novembre 1996)
     
    Mon moteur c'est de pouvoir, le plus longtemps possible, faire chier les cons. (Adieu, je reste,
    France 2, 17 septembre 2004)
     
    Moi, je suis un tank. Je roule sur tout le monde mais je ne roule pour personne. (Le Nouvel Observateur, 10 janvier 2002)
     
     
    Biographe de Michel Audiard, Philippe Durant a aussi commis des ouvrages sur Belmondo, Gabin, Ventura et consorts. Il est également l'auteur du Petit Audiard illustré par l'exemple ou du Petit Jean Yanne illustré par l'exemple, tous deux parus chez Nouveau Monde éditions.

  • «  Je suis un acteur pas très cher. Je demande moins que Travolta, Chuck Norris ou Tom Cruise. Mais je cours moins vite aussi... Je suis un acteur placide.  »
    Studio, avril 1999
     
    «  La manipulation des élites est encore plus facile que celle des masses.  »
    Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil
     
    «  S'il faut tenir du compte de l'opinion du peuple pour gouverner maintenant... en dehors du peuple, tous les hommes sont contents  ?  »
    Michel Serrault, Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ
     
     
    * * *
     
    Jean Yanne était et reste l'un de nos plus grands humoristes.
    Pourchassant la connerie avec une volonté sans faille, stigmatisant les comportements stupides avec une prédilection pour les institutions, les pouvoirs publics et les hommes (et femmes) politiques.
    Il ne faisait aucun cadeau et était capable des plus grands délires. Ce qui explique pourquoi il se fit si souvent «  remercié  » des chaînes de radio et de télévision...
    À travers les meilleures répliques de ses films, des extraits d'interviews toujours grinçantes et certaines interventions radiophoniques (notamment auprès de Pierre Dac), on ici retrouve son langage fleuri, ses réparties cinglantes et son verbe pourfendeur.
    Dans la tradition du Petit Audiard illustré, chaque formule est étudiée à la loupe, disséquée avec humour.
    Une excellente façon de mieux connaître le style Yanne et la richesse de son vocabulaire. Une manière aussi de mieux apprécier la personnalité de ce comique qui n'avait peur de rien ni de personne et qui a tant marqué son époque.

  • La bande à Bébel

    Philippe Durant

    Une biographie de Jean-Paul Belmondo, et de toute la clique d'acteurs qui l'a accompagné toute sa vie durant. Pour le pire, mais surtout pour le meilleur !
    Les copains d'abord Dès le Conservatoire, au début des années 1950, Jean-Paul Belmondo, sourire charmeur et oeil goguenard, fédère un groupe de copains compose de Jean Rochefort, Jean-Pierre Marielle, Claude Rich, Bruno Cremer... qui fustigent les règles imposées aux élèves de cette institution. De joyeux drilles biento t rejoints par Claude Brasseur, Guy Bedos ou Philippe de Broca. Rien ne les arrête ! Ils multiplient les plaisanteries potaches, du faux débile qui arpente les rues de Paris aux chambres interverties du grand hô tel de Rio, en passant par les batailles de yaourts et les scé narios ré invente s sous l'oeil de la camé ra... Ce livre fait revivre les aventures hors é cran de Belmondo et ses potes. Des folies dont sont victimes les copains autant que les partenaires, le temps d'une pièce ou d'un film. Certaines blagues iront si loin qu'elles provoqueront l'intervention de la police. Aucune mé chanceté , mais l'envie de rire, toujours. La bande à Bé bel aura sé vi par tous les temps, sous toutes les latitudes, pendant plus de trente ans.

  • L'incroyable destin de Pierre Desproges
    Si tout le monde se souvient de ses bons mots, ses phrases assassines, ses réflexions acides, ses sketchs mordants, on connaît peu ou mal le parcours de Pierre Desproges.
    Comment un fils d'instituteur est-il devenu un amuseur reconnu, à l'immense succès public, qui, trente ans après sa mort, continue d'être lu et apprécié comme peu de gens le sont ? Comment un jeune homme un peu gauche et timide a-t-il réussi à imposer son style contre vents et marées ?
    Dans cette biographie, sa difficile ascension est enfin retracée étape par étape. Avec ses réussites et ses échecs, ses déceptions et ses coups de gueule. Car Desproges n'avait rien d'un béni-oui-oui, ce livre le démontre, et n'avait surtout pas sa (mauvaise) langue dans sa poche. Aussi exigeant pour lui que pour les autres, il s'est souvent heurté à de fortes personnalités et a claqué plus d'une porte...
    Précise et documentée, cette biographie originale est étayée par de nombreux propos de Pierre Desproges. Souvent cocasses, toujours cinglants, parfois désabusés. Ce comique à l'oeil rieur était en fait un solitaire angoissé, jamais dupe des faux semblants, toujours inquiet du comportement de ses semblables. Une forme rare de lucidité. Pierre Desproges était un homme plein de surprises, bonnes ou mauvaises. Jusqu'à mourir d'un mal qu'il n'avait cessé de railler depuis ses débuts...
    Desproges tel qu'en lui-même ressort de ces pages. À la fois attachant et agaçant. Un homme à aimer malgré lui.

  • Gabin parlait le Gabin. Un langage riche, original, déroutant, amusant qui claquait avec brio dans chacun de ses films. Pas question pour lui de dire n'importe quoi, et surtout, n'importe comment. Tous ses dialogues étaient retaillés à la mesure de son talent. Jacques Prévert, Michel Audiard, Henri Jeanson, Pascal Jardin, Alphonse Boudard, Auguste Le Breton et tant d'autres surent s'adapter à son phrasé si particulier, trouver les mots lui correspondant le mieux, selon la manière qu'il avait de se les approprier. Un verbe puisé dans la foisonnante diversité du vocabulaire de l'acteur. Flic, voyou, médecin, ouvrier, président, paysan... tous parlèrent "à la manière de" Gabin, sans jamais se ressembler. Ce sont ces mots, qu'il avait "bien en bouche", que l'on retrouve dans cet ouvrage, choisis, expliqués et remis en valeur. A la fois un voyage au coeur de l'univers de Gabin et un hommage à celui qui fut tour à tour Gueule d'amour, le Dabe, le Patron, le Vieux, et qui reste l'une des rares authentiques légendes du cinéma français.
    Considéré comme l'un des plus fins spécialistes de l'univers audiardien, Philippe Durant a écrit plusieurs livres sur le sujet dont Le Petit Audiard illustré par l'exemple (Nouveau Monde éditions, 2011) et Audiard en toutes lettres (Le Cherche Midi, 2013).

  • À l'occasion du 30e  anniversaire de la mort de Michel Audiard, son fils Bruno a décidé d'ouvrir ses archives. Il en a retiré des scénarios autrefois confiés par le maître, pieusement conservés. Du brutal.
    Avec l'aide de Philippe Durant, audiardphile confirmé, il a passé chacun d'eux au tamis, pour en extraire des pépites  : des répliques sacrifiées au montage, des séquences passées à la trappe, des personnages mis à l'écart. D'où des répliques inédites pur jus, jamais entendues sur grand écran. Attention  : pas du toc  ! De la joncaille poinçonnée Audiard. Le talent à l'état brut. Dans leur lancée, les deux orpailleurs partirent en quête d'autres sources aurifères, non moins fournies.
    Les Tontons flingueurs,  Un singe en hiver,  Le cave se rebiffe,  Flic ou voyou,  Les Barbouzes,  Un taxi pour  Tobrouk... et une cinquantaine d'autres révèlent enfin leurs secrets. À faire pâlir les envieux. À lire et à relire par les amateurs. Michel Audiard n'écrivait pas pour ne rien dire. En voici plus de 500 nouvelles preuves.
    Chaque réplique est commentée avec la pertinence qui fit le succès du  Petit Audiard illustré.
    «  C'est pas possible  ! C'est l'auberge des Adrets  ! La forêt de Bondy  ! Ça tourne au cauchemar  !  »  Alfred Mullanet (Michel Serrault) dans  Le cri du cormoran le soir au-dessus des jonques
    Grand connaisseur de l'oeuvre de son père, Bruno M. est aussi amateur de polars. La preuve  : son premier est sorti en 2014.
    Considéré comme l'un des plus fins spécialistes de l'univers audiardien, Philippe Durant a écrit plusieurs livres sur le sujet dont  Le Petit Audiard illustré par l'exemple  et  Michel Audiard en toutes lettres.

  • «Mais c'est pas possible, ils peuvent jamais rien faire en silence les Macaronis ? Assez ! Assez !»
    Gérard Jugnot,
    Les Bronzés font du ski
    «Je ne vous jette pas la pierre, Pierre. Mais j'étais à deux doigts de m'agacer.»
    Josiane Balasko,
    Le Père Noël est une ordure
    «- J'ai même essayé de me suicider.
    - Comment ça ?
    - On n'est jamais très original dans ces moments-là : j'ai mis l'Adagio d'Albinoni, j'ai avalé deux tubes de laxatifs et puis hop !... J'ai perdu 16 kilos et ma moquette.»
    Michel Blanc et Dominique Lavanant,
    Les Bronzés
    Les répliques de la trilogie des Bronzés et du Père Noël est une ordure résonnent toujours dans les couloirs d'école et au détour de soirées entre amis. Toutefois, pour mieux en apprécier la subtilité, il est parfois utile d'en connaître la genèse.
    Philippe Durant nous dévoile ici les références historiques, littéraires, les clins d'oeil et les contrepèteries... aux sources souvent inattendues.
    Le tout étayé par de nombreuses anecdotes extraites d'interviews des piliers de la troupe du Splendid, menées depuis près de vingt ans. Grâce à ce précieux ouvrage, on reverra ces films cultes d'un autre oeil et on les écoutera d'une autre oreille.
    Biographe de Michel Audiard, Belmondo, Gabin et quelques autres figures du cinéma, Philippe Durant est également l'auteur du Petit Audiard illustré par l'exemple (Nouveau Monde éditions, 2011).

  • James Bond ne doit pas seulement son succès à sa prestance, son courage, ses gadgets, ni même aux ravissantes Girls qui l'entourent  ; il le doit aussi à ses dialogues. Percutants, incisifs, surprenants, ils constituent un festival de mots d'esprit et de références en tous genres. Capable de piques volontairement réactionnaires ou misogynes, 007 sait aussi faire preuve d'autodérision, tout en restant attaché à son métier et à son pays.
    Voilà ce que révèle cet ouvrage, le premier du genre à analyser les dialogues de Bond, de ses comparses et de ses ennemis. Une plongée à la fois pertinente et réjouissante révélant au passage les nombreuses références littéraires, historiques, politiques... d'un James Bond plus cultivé qu'il n'y paraît.
     
    /> Philippe Durant est l'auteur, chez Nouveau Monde éditions, du Petit Audiard et du Petit Gabin illustrés par l'exemple, du Petit Audiard inédit. Il a également publié un ouvrage sur Les James Bond Girls (Dreamland) et a coécrit une biographie sur Ursula Andress  ! Amoureux des mots, il livre ici les petits bijoux issus des dialogues acérés, du premier au dernier James Bond, Spectre, sorti en 2015.

  • Itinéraire d'un comédien hors du commun... Sortie au moment de la présentation au Festival de Cannes du nouveau film de Haneke avec Trintignant
    Jean-Louis Trintignant incarne à lui seul une bonne part des riches heures du cinéma Français... et européen. Pourtant, et ce n'est pas là le moindre paradoxe de cet homme, la timidité maladive du jeune Jean-Louis n'était pas un atout pour monter sur les planches ou affronter l'oeil des caméras. C'est ce qui étonne le plus dans ce parcours en tous points exceptionnels, cette volonté inébranlable de jouer la comédie dès que cette vocation s'imposera chez lui, malgré les obstacles, dont cette grande timidité. "Je n'étais pas doué alors j'ai beaucoup travaillé" répète inlassablement Trintignant, dont le lecteur peine à imaginer où se situe exactement ce manque de qualités pour ce métier...
    61 ans de carrière, 137 films et séries tournés, 6 distinctions (dont le prix du meilleur acteur à Cannes pour son rôle dans "Z" de Costa-Gavras et le César du meilleur acteur pour sa composition dans "Amour"), Jean-Louis Trintignant est une histoire du cinéma à lui seul.
    Cette biographie exhaustive, admirative mais pas hagiographique, retrace la vie de ce monstre sacré du cinéma par des séquences thématiques, qui, les unes à la suite des autres, font dérouler sous les yeux du lecteur le film d'une vie incroyable sur les pas d'un acteur aussi généreux dans ses rôles que discret dans la vie.

  • Lino Ventura

    Philippe Durant

    • First
    • 28 Mai 2014

    Itinéraire d'un enfant d'Italie devenu vedette en France ! Le cinéma a trouvé Lino Ventura, au sens propre. Catcheur professionnel, c'est le hasard d'une rencontre qui a décidé de son destin cinématographique. Un ami catcheur, mais aussi

  • Grand spécialiste de Michel Audiard devant l'Éternel, Philippe Durant, à qui l'on doit entre autres La Bande à Gabin (Sonatine, 2011) et Le Petit Audiard illustré par l'exemple (Nouveau monde éditions, 2011), nous offre l'ouvrage ultime sur le plus célèbre des dialoguistes français. En une centaine d'entrées alphabétiques - de " Acteurs " à " Volfoni " - il nous livre bon nombre d'anecdotes souvent inédites relatives à la vie et l'oeuvre d'Audiard.

    On y retrouve, bien sûr, un casting de rêve, de Jean Gabin à Lino Ventura, en passant par Bernard Blier, André Pousse ou Jean Carmet, des citations irrésistibles, des répliques légendaires... C'est une encyclopédie définitive, qui s'attache ici autant au cinéma et à la littérature de Michel Audiard, qu'à ses projets non réalisés ou encore à certaines de ses passions comme le cyclisme, la bonne bouffe, les cons, les malfaisants et la mauvaise foi.En bref, un must pour tous les amateurs d'Audiard !

  • Faiseur de bons mots, mitrailleur aux répliques assassines, dynamiteur du discours conventionnel, Michel Audiard s´est imposé comme un auteur au cynisme clairvoyant, un écrivain aux formules redoutables.



    Dialoguiste des Tontons flingueurs, du Cave se rebiffe, du Taxi pour Tobrouk, il fut aussi celui du Président, de Garde à vue, de On ne meurt que deux fois...



    Si l´humour reste associéà son nom comme le sourire à la Joconde et le cri au cormoran, il était aussi un homme de lettres ayant des choses à dire, des injustices à dénoncer, des imbéciles à fustiger.



    Ce livre nous permet de découvrir la vie de celui dont les mots nous sont si familiers, ses amitiés fortes et tumultueuses, les récits de ses pérégrinations, son rêve inassouvi d´adapter au cinéma Voyage au bout de la nuit, sa passion pour les rencontres de bistrot et le vélo.



    C´est également trente-cinq ans de cinéma français et d´amitié. Car suivre l´étonnant parcours de ce gosse du quatorzième devenu le numéro un des dialoguistes, c´est voir défiler les grands noms du cinéma de l´après-guerre : Gabin, Ventura, Belmondo, Girardot, de Funès, Delon, Montand, Blier, Serrault, Noiret, Carmet..., ainsi que les talentueux Lautner, Verneuil, Deray, Grangier, Granier-Deferre, Pinoteau, Boisset, Enrico, Miller, de Broca...



    Une délectable promenade sous le soleil de la décontraction et de la lucidité, avec pour étapes des hauts lieux qui ont pour noms Un singe en hiver, Mélodie en sous-sol, Les Barbouzes, Mortelle randonnée...

  • Années 1950. Au lendemain de la guerre, une jeunesse avide de liberté et de nouveauté prend d´assaut le Conservatoire national d´art dramatique, la plus prestigieuse des écoles de comédiens. Ces jeunes loups débordants d´énergie et d´humour ont pour nom Belmondo, Marielle, Rochefort, Rich, Crémer, Vernier, Beaune. Ils vont former une bande et, avec un sens aigu de la déconnade et de la décontraction, vont malmener une structure trop scolaire pour leur soif de liberté. Entre deux frasques et des dizaines de blagues, les apprentis comédiens vont ainsi apprendre leur métier dans la joie, mais aussi, parfois, dans la douleur. En chemin, ils vont croiser des personnalités telles que Annie Girardot, Françoise Fabian, Sophie Daumier, Claude Brasseur, Michel Galabru... Ensemble, ils vont découvrir les étranges coulisses de la Comédie-Française, vivre les remous du Conservatoire, subir la dure loi des concours de fin d´année, admirer Louis Jouvet, Pierre Brasseur, Michel Simon...Jamais aucun livre n´avait raconté les vrais débuts de ces acteurs, la naissance de leur amitié, les premières manifestations de leur talent. Fourmillant d´anecdotes inédites, La Bande du conservatoire repose sur de nombreux témoignages recueillis par l´auteur. Il constitue une véritable immersion dans cette école telle qu´elle était dans les années 1950, où de jeunes frondeurs s´opposaient à quelques vieilles barbes qui leur semblaient appartenir à un monde révolu. Les amis, les amours, les rires et les larmes ; c´est la fabuleuse histoire du Conservatoire qui nous est ainsi contée.Historien de cinéma, Philippe Durant est l´auteur de biographies consacrées à Jean-Paul Belmondo, Lino Ventura, Michel Audiard, etc. Il a publié chez Sonatine La Bande à Gabin (2011) et Les Éléphants (2012).

  • La Cage aux folles, Joyeuses Pâques, Féfé de Broadway... c'est lui. Un auteur hors-pair. Mais Jean Poiret était aussi mille autres choses. Son duo avec Michel Serrault a marqué l'histoire de l'humour, son sens de la répartie a amusé des millions de spectateurs, son talent de comédien a brillé tant sur les planches qu'à l'écran ; de Truffaut à Chabrol, de Mocky à Jean Yanne. Apprécié du public et de ses pairs, Jean Poiret se caractérisait par son sens aigu de l'amitié, son gout de la belle ouvrage, son désir de partage, ses exigences professionnelles. Un homme dont le talent s'épanouissait face aux feux de la rampe, aux caméras, seul devant sa feuille blanche ou en réalisant un film (Le Zèbre). Tout cela en combattant sans cesse ses angoisses.
    Pour la première fois, son parcours étonnant et rare est raconté en détail. Depuis son enfance, face à une église, jusqu'aux grands théâtres parisiens, depuis ses débuts d'acteur à quinze ans jusqu'au triomphe international de La Cage aux folles.
    Reposant sur une documentation solide et de nombreux témoignages inédits, le livre de Philippe Durant fourmille d'anecdotes étonnantes éclairées par des extraits des sketchs et des répliques des pièces de Jean Poiret.
    Une façon originale et drôle de redécouvrir celui que l'on désigna comme le " nouveau Sacha Guitry ". Un voyage au pays de l'absurde, marqué par cette touche d'humour britannique qui caractérisait Monsieur Poiret.

  • Les 20 casses les plus fous de l'histoire ! Vols audacieux, casses incroyables, ont toujours fasciné le grand public avec leurs butins parfois astronomiques. Les mythes d'Arsène Lupin et de Raffles, les gentlemen cambrioleurs, ne sont jamais loin, même si la réalité se révèle souvent bien différente... L'attaque du train postal Glasgow-Londres ou le casse de Nice sont entrés dans la légende, mais il y en eut beaucoup d'autres. Philippe Durant nous raconte ici les 20 casses les plus incroyables : par le montant du magot dérobé, par l'ingéniosité de leur plan ou par leur singularité. Il nous entraîne aux quatre coins du monde, de Boston à Anvers, du soleil brésilien aux frimas suisses, à la poursuite de tonnes de billets, de diamants, de lingots mais aussi de tableaux de maître. Chaque vol est ici raconté en détail, de ses préparatifs à son exécution, puis de l'enquête aux (éventuelles) condamnations. Avec le souci de toujours mettre en avant l'aspect humain de ces forfaits. Car derrière le culot, la hardiesse, le sang-froid, se cache toujours des hommes (et parfois des femmes !), voleurs ou victimes, entrainés dans une aventure hors du commun qui a changé le cours de leur vie. Des existences brisées y côtoient des fortunes subites. 20 histoires incroyables, et pourtant rigoureusement authentiques, qui, le temps d'un livre, permettent de revivre les péripéties des plus grands casses des temps modernes.

  • Coup de tête, Le Sucre, Le Magnifique, Comment réussir dans la vie quand on est con et pleurnichard, Un éléphant ça trompe énormément, Les Aventures de Rabbi Jacob, Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, Comme la lune, L´Emmerdeur, L´aventure c´est l´aventure, Le Grand Blond avec une chaussure noire, Adieu poulet, Buffet froid, Mais où est donc passée la 7e compagnie ?... Les films populaires des années soixante-dix sont dans toutes les mémoires. Sur le modèle de La Bande à Gabin, Philippe Durant retrace la vie quotidienne des tournages, multiplie les anecdotes relatives à des personnages aussi hauts en couleur que Jean Yanne, Jean Rochefort, Pierre Brasseur, Pierre Richard, Bernard Blier, Jean Carmet ou encore Michel Audiard.

    Des frasques de Patrick Dewaere et Gérard Depardieu sur le plateau des Valseuses aux conséquences sur la production des Bronzés de l´absence d´algues sur les plages de Côte d´Ivoire, en passant par les conversations surréalistes de Lee Marvin et Jean Carmet sur le tournage de Canicule ou l´erreur magistrale d´un producteur qui négligea les tagliatelles aux fruits de mer de Lino Ventura, Philippe Durant multiplie les petites histoires plus réjouissantes les unes que les autres. Il nous convie ainsi à un voyage désopilant dans les cuisines et les coulisses du cinéma, souvent plus animées encore que la plupart des films de cette époque.



    Historien de cinéma, Philippe Durant est l´auteur de nombreuses biographies (de Jean-Paul Belmondo, Lino Ventura, Michel Audiard, etc.) Il a publié chez Sonatine Éditions La Bande à Gabin (2010).

  • Belmondo

    Philippe Durant

    À bout de souffle, Le Doulos, L'Homme de Rio, Pierrot le fou, Borsalino, Stavisky, Le Profesionnel, L'As des as, Itinéraire d'un enfant gâté: Jean-Paul Belmondo a tourné avec les meilleurs cinéastes, a serré dans ses bras les plus belles actrices, a connu des triomphes répétés. Belmondo est tout simplement l'un des plus grands comédiens français.Cette nouvelle édition de la biographie de Jean-Paul Belmondo est enrichie de plus de cent pages relatant ces dix dernières années. Pour la première fois, l'acteur parle sans tabou de l'AVC qui l'a foudroyé le 8 août 2001, de son combat contre le handicap, de son retour à la vie, mais aussi de sa fille Stella, née en 2003, de son divorce avec Natty et de ses relations avec Barbara Gandolfi?Tous les grands noms du cinéma français ont été interviewés : Marielle, Cremer, Brasseur, Rochefort, Lautner, Lelouch, Oury, Verneuil, Hossein, Resnais, Tavernier ; mais aussi, pour cette nouvelle édition, Klapisch, Duris, Dombasle, Dupontel, Huster ou Dujardin. Ils dressent ensemble un portrait fidèle et passionné de ce géant du cinéma.

  • Un virus que Michel Audiard a transmis à son fils, Bruno M. Dans cet ouvrage, il mêle ses souvenirs des moments passés avec ce père à mi-temps aux répliques truculentes de celui qui était aussi le plus célèbre des dialoguistes français. Un florilège de citations et d'anecdotes inédites glanées au fil de leurs rencontres. On y suit Audiard au cinéma : Si on devait aimer les gens pour travailler avec eux, on ne ferait pas grand-chose. " A la campagne : " C'est con Les canards, mais ça fait cossu. " Dans les bistrots, " utiles au dialoguiste, mais il y a un risque : l'alcoolisme ". Ou encore en politique : " On est gouvernés par des lascars qui fixent le prix de la betterave et qui ne seraient seulement pas foutus de faire pousser des radis. " De Bruno à Michel, un voyage unique en Audiardie !Bruno M. est déjà l'auteur de plusieurs ouvrages, dont Le Petit Audiard inédit chez Nouveau Monde éditions et Etre le fils de Michel Audiard."

empty