• L'« écologie » (en tant que science) et l'« écologisme » (mouvement et/ou idéologie se référant à cette science), sont deux choses bien différentes. Pourquoi une telle confusion entre les deux termes ? Cet amalgame ne vise-t-il pas à nous imposer un nouvel ordre intellectuel, puis sociopolitique, au nom de la nature ? Cet essai cherche à montrer, d'une part, que l'écologisme véhicule - par essence - un « intégrisme naturaliste », qui plie l'ordre intellectuel et social à un prétendu ordre naturel, position qui n'est pas nouvelle, et que l'on retrouve aussi bien dans les « philosophies de la nature » des siècles passés, que dans l'écologisme d'extrême-droite contemporain ; et, d'autre part, au-delà des dérives radicales qui vont de la deep ecology à l'écofascisme, que l'écologisme représente la nouvelle planche de salut, pour un capitalisme soucieux de ne pas scier une branche sur laquelle sont assis ses profits. À des constats souvent légitimes certes, les solutions proposées sont-elles bonnes ? L'approche est-elle correcte au départ ? N'y a-t-il pas là toute une série d'impostures, qui peuvent abuser les individus soucieux d'un monde meilleur ? Un peu de géographie aide à mieux poser les problèmes, et à éviter les dérives.

  • Le conflit du Golfe persique ne fut pas seulement une guerre du pétrole, ou un affrontement entre le "Nord" et le "Sud". Point d'orgue des mutations géopolitiques des années quatre-vingt, il marque une redistribution des cartes entre les impérialismes américain et soviétique, au détriment des puissances secondaires. Le "super Yalta" - au prix de l'unanimité onusienne - s'est fait au profit des États-Unis engagés dans une lutte économique sans merci contre la nouvelle puissance japonaise. Géographe, Philippe Pelletier expose les données spatiales et historiques, qui permettent de comprendre quels sont les véritables enjeux géopolitiques. La remise en cause des notions - devenues sacrées - de frontières, de nation, d'État ou de Tiers Monde, le conduit à s'interroger sur les menaces intégristes, qui se profilent à l'horizon de l'an 2000 sous les formes du nationalisme, de l'ultra-libéralisme ou de l'éco-fascisme.

  • Des écrits récents ont présenté le géographe libertaire Elisée Reclus (1830-1905) comme un antisémite. Comment peut-on affirmer un tel propos compte tenu de la nature du personnage et de ses convictions politiques ? Comment Reclus perçoit-il géographiquement le statut territorial particulier qui caractérise les Juifs ? Quelles sont les implications politiques de sa vision dans le contexte de la pensée socialiste et anarchiste d'alors ?

empty