• La fin du sucre

    Pierre Fréha

    Marco s'installe en Turquie et rencontre Aziz à Istanbul. Il loue une chambre chez lui alors qu'il le connaît à peine. La confrontation est rude. Expatriation, jalousie, gestation pour autrui, portrait critique d'une Turquie toujours incomprise, insaisissable. Face à face de deux êtres paumés, Occident, Orient, peur de vivre, peur du sucre ? Quel que soit le pays, la finalité est la même. Goûter au bonheur sans y perdre son âme. Thriller des sentiments, texte à l'énergie rageuse, drôle et tragique. S'amuser tout en souffrant, l'essence même de la vie.

  • Judéo-espagnole, la famille Cazès s'est installée à Bâb Azzoun, près du port. Au fil des siècles, Mimoun, Messaouda, Shalom et Israk, tous vont vivre leur Alger selon les contingences du temps. La ville les réunit dans ses tavernes et sa Casbah... Pittoresque, enchanteresse, la ville brille des feux d'un monde que les Français vont découvrir en 1830... avant d'en faire table rase. Artisans, boutiquiers, bienvenue au vieil Alger...

  • 5 juillet 1830 : sombre jour pour nos vies algéroises - les Français s'installent; 1er novembre 1954 : sombre jour pour nos vies algéroises - la guerre d'indépendance; 5 juillet 1962 : rideau, c'est la fin. Quarante-cinq ans passent. Le narrateur, Pascal Cazès, revient d'un voyage à Alger. Processus de réconciliation ? Il rencontre différents personnages qui éclairent ce qu'a été la colonie vue du côté algérien. L'ampleur du désastre, il ne l'avait jamais mesurée. Sur le chemin des souvenirs, d'autres événements inattendus se présentent, dans l'Algérie complexe (et complexée) de 2007.

  • Chennai (Madras), à l'automne 2004. Dipu veut épouser Philippe. Problème : l'un est indien, l'autre français. Ce n'est pas la pire difficulté. Que doit-on concilier au plus vite, la question de la nationalité ou les principes d'un tel mariage ? Ajoutez une grave accusation de piratage. A quel saint, à quel Krishna peut-on encore se vouer ? Dans l'Inde de la mondialisation, les schémas traditionnels aussi sont secoués...

  • Rarement aperçu autant de têtes à claques qu'à Saly, station balnéaire à 80 km au sud de Dakar. Sénégaulois... Les gens n'ont que ce mot à la bouche. Sénégal d'un côté, Gaule de l'autre. Héritage colonial ? Théorie de la tribu ? Promoteurs, agents immobiliers, agents de voyage, gérants de boulangerie, voire de supermarché, c'est eux, les Sénégaulois ? Oui.

  • Été 1962, c'est l'exode vers la France : l'Algérie est indépendante. Quatre enfants, âgés de neuf à dix-huit ans, racontent à tour de rôle, et au fil des mois, leur expérience de l'exil et de l'abandon. La page de l'intégration peu à peu se dessine. Imperceptiblement. Comment résister à cette fièvre ? La moindre des choses, quand on est exilé, c'est de réussir, non ? C'est que l'intégration n'attend pas, les belles années 60 trépignent d'ajouter ces enfants au cadre si parfait de la capitale française en les invitant à s'élever jusqu'à elle, en faisant fi du passé récent et des siècles vécus sous d'autres cieux.

  • Comment se préparer, s'informer, se présenter, et réagir à un entretien d'embauche?

  • L'impossible monsieur Freddy a quitté ses fonctions pour suivre la voie spirituelle de Pablo. Entre orangers, oliviers et courants sectaires la terre méditerranéenne vacille. De son Vieux-Nice Freddy n'en finit pas de poursuivre ses recherches. Ses ombres ? La rencontre entre Freddy et le maître zen Silvio tourne mal, qu'importe, rien n'empêchera les tournesols de briller, ni la lune d'arbitrer le difficile cheminement de disciples cramoisis. Les amours impossibles n'arrangent rien.

  • A la mort d'Adolphe rien ne va plus. Régina s'accroche à son poste de ministre, Lucie fait de la provoc', Armand s'engage dans la voie de l'amaigrissement, Jo pratique un yoga des pieds inédits. Le temps est venu pour Rita de placer sa mère en maison de retraite. Au petit jeu des manipulations, la roue finit par tourner. On élabore ses stratégies secrètes. En attendant la prochaine sortie du tunnel. Ce quatrième roman nous plonge au coeur du vieux Nice.

empty