• Denis Farenc tente le tout pour le tout pour préserver la nature et la Méditerranée qu'il aime tant.
    Denis Farenc, cadre à la retraite, entretient avec la Méditerranée un lien fort, qu'il transmet à ses petites-filles lors de mémorables sorties en bateau. Mais au fil des années, il observe la dégradation de cette mer mutilée par des pratiques humaines. Et que dire du reste de la région qui s'appauvrit irrémédiablement, d'où disparaissent les ressources et les savoirs ancestraux ? Plus alarmantes encore sont ces étranges maladies qui frappent ses proches. Brisé par ce qu'il voit et ce qu'il apprend, Denis, de nature placide et joviale, va peu à peu se révolter et commettre un acte aussi insensé que dérisoire. Une intrigue fascinante, un éclairage intimiste et poignant, ce roman, porté avec finesse par la beauté des paysages, laisse entendre les souffrances de notre planète.
    Pierre Micheletti, médecin, parcourt tous les continents depuis trente ans. Observateur attentif des désordres de l'environnement, il sait que, si la réalité est mondiale, elle n'est pas pour autant exempte de déclinaisons locales. Et c'est en terre du Languedoc qu'il a choisi de situer son histoire. Il est vice-président d'Action Contre la Faim, après avoir dirigé Médecins du Monde (2006-2009).
    Quel acte, dérisoire et insensé, Denis a-t-il commis ? Découvrez ce roman à l'intrigue fascinante et laissez-vous toucher par les souffrances de notre planète au bord de la Méditerranée.
    EXTRAIT
    Son masque à peine ajusté, Denis sauta palmes premières de la poupe de l'Antares. Il fallait attendre quelques instants, laisser le temps de se réchauffer à la pellicule d'eau glissée entre sa peau et la combinaison de néoprène. Il resta immobile pour que l'opération s'accomplisse sans retard. Peu à peu, un sentiment familier de bien-être le gagna, entouré du silence ouaté de l'immersion.
    « Tu donnes le mauvais exemple à ton fils ! » lui aurait une nouvelle fois reproché Catherine à son retour, inquiète des plongées solitaires dont il était devenu friand. Avec l'expérience, il avait conçu une sorte de dépendance à leur égard. Un besoin de l'alchimie particulière que produisaient sur lui les sensations inhabituelles de l'apesanteur, du silence sépulcral et d'une palette de couleurs résumée par un dégradé de gris. En dehors de la découverte de la vie marine, la plongée est d'abord une expérience improbable des sens. Avant le voyage prévu à Toulouse, il avait besoin de cette rupture apaisante. Il avait confié la garde de Rose à Patricia, la femme de Jordi, qui accueillait ses propres petites-filles pour la journée.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Un très beau roman, d'une grande portée philosophique, attachant dans sa construction et tellement d'actualité. - LaMuseEnParle, Babélio
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Médecin, Pierre Micheletti entreprend ses premières expériences à l'étranger en 1985. Il rejoint Médecins du Monde en 1987, tant que chef de mission au Guatémala, puis devient directeur des programmes en 1996, avant d'être élu à la présidence en 2006, responsabilité qu'il exercera jusqu'en 2009. Depuis, il est professeur associé à l'IEP de Grenoble et co-dirige les masters Organisations internationales et Politiques publiques de santé.

  • « Justice est faite », déclarait le président Barack Obama en mai 2011, en annonçant la mort d'Oussama Ben Laden, mettant fin à dix années de bras de fer entre les autorités américaines et le leader islamiste.
    Depuis le raid des forces spéciales américaines contre l'édifice qui abritait Ben Laden au Pakistan, prolongeant un nouveau cycle de guerre civile, l'épicentre de l'affrontement anti-terroriste s'est situé sur les terres afghanes, avant de se déplacer vers la Syrie et l'Iraq. Treize ans de violence et de guerre qui auront été le quotidien d'un peuple dont les perspectives d'avenir ne se sont pas soldées dans la mort de la figure tutélaire d'al-Qaeda.
    En Afghanistan, sur la question religieuse érigée en stratégie antisoviétique durant la guerre froide, le monstre s'est retourné contre son concepteur...
    Après le temps des Soviétiques, puis celui des Talibans, vient la fin programmée du temps des Américains et de leurs alliés occidentaux, qui devait conduire à la paix et à la démocratie, à la fin de la production de drogue, à la liberté pour les femmes, qui devait, enfin, réussir à « gagner les coeurs et les esprits »... Nous en sommes loin.
    Dans cet ouvrage écrit à plusieurs mains, des universitaires spécialistes de la question, des journalistes de terrain et des praticiens de l'action humanitaire croisent leurs points de vue sur les mécanismes qui alimentent le conflit, dressent un bilan de la période qui s'achève et mettent en lumière quelques chemins possibles pour imaginer d'autres scénarios que ceux de la violence répétée. Pour enfin voir fleurir un espoir sur les cendres des attentats du 11 septembre 2001 comme sur la terre endeuillée de l'Afghanistan.
    SITE COMPAGNON : Les cartes à télécharger !

  • Destins croisés autour des thématiques de l'adoption et de la pertinence de l'action humanitaire. Catherine et André ont parcouru le long chemin des couples stériles en quête d'enfant. Enfin, le bonheur semble à portée de leurs bras. Sur le petit aérodrome de Caen débarquent dans la liesse cent trois orphelins, soustraits des massacres qui sévissent au Darfour. Ce sauvetage, orchestré par les charismatiques dirigeants humanitaires de La Citadelle, va propulser le petit Younis auprès de ses nouveaux parents. Mais qui est vraiment Younis ? De quels amours est-il le fruit ? De quelles violences son arrivée en Normandie est-elle l'ultime rebondissement ? Du Soudan, en passant par le Tchad, pour enfin nous conduire en France, cette fiction, inspirée d'une histoire vraie, entremêle avec réalisme les conflits qui frappent certains peuples africains, la fragilité des couples en attente d'adoption et la face cachée d'une action humanitaire dévoyée. Ce roman nous plonge dans l'histoire de l'un des plus grands drames du XXIe siècle naissant ! EXTRAIT Khadiya se met à raconter les dernières semaines à El Malam. Le conflit avec les nomades rizégat. L'attaque dramatique. La mort d'Abéïr et de son fils Ali... - Et mes parents ? Et mon frère Farid ? s'autorise à questionner Ismaël quand Khadiya marque une pause dans son récit et dans les sanglots qui le ponctuent. - Farid a survécu. Il était absent au moment de l'attaque. - Et mes parents ? - Vivants aussi. Ton père a été blessé, mais lui et ta mère ont survécu. Tu dois aussi savoir que Farid et Abéïr avaient eu un second fils, Younis, quelques mois auparavant. Lui aussi a survécu aux janjawids. - Et ta famille ? - Tous les hommes ont été tués. Nabib, mon mari ; mon beau-père également. Je suis ici avec mes enfants et ma mère. Mes frères aussi ont été abattus. CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE Une réflexion utile et nécessaire sous une forme plaisante, telle est la proposition de ce roman. - Ariane Poissonnier, RFI À PROPOS DE L'AUTEUR Médecin, Pierre Micheletti entreprend ses premières expériences à l'étranger en 1985. Il rejoint Médecins du Monde en 1987 et jusqu'en 2009. Depuis, il est professeur associé à l'IEP de Grenoble et co-dirige les masters Organisations internationales et Politiques publiques de santé. Par ailleurs, aujourd'hui, il est vice-président d'Action Contre la Faim et occupe différentes responsabilités de direction dans le domaine de la santé publique. La préoccupation environnementale est majeure pour le docteur Pierre Micheletti. Il choisit le roman pour s'interroger, alerter les consciences, mais aussi affirmer sa confiance en la vie et son espoir dans l'avenir.

  • 2008 : l´humanitaire moderne a 40 ans et peut être fier de ses réalisations et des espoirs qu´il incarne encore. 40 ans, l´âge de la maturité et du réalisme face à ce que sont ces acteurs et à leurs erreurs, du Biafra (1968) à l´arche de Zoé.Or, l´humanitaire est confronté depuis plusieurs années à une profonde remise en cause.
    Comment, en 40 ans, est-on passé d´un humanitaire flamboyant doté d´une symbolique forte et positive de la compassion, à une phase de restriction importante de ces espaces d´intervention ?Pourquoi, après avoir sillonné tous les théâtres de conflits, dans des conditions de relative immunité en est-on arrivé aujourd´hui à un humanitaire « bunkérisé » où la préoccupation sécuritaire prédomine comme en Irak, en Afghanistan mais également en Haïti ?
    Est-ce la fin des humanitaires « sans frontières » ? 

empty