• 4 janvier 1998. Un garçon de dix ans apprend que ses parents vont se séparer. Désespéré, il demande au ciel de l'aider. Le lendemain débute la plus grande tempête de verglas que le Québec ait jamais connue.
    Ce déluge de glace n'empêche pas son père de quitter la maison. Mais pour ses voisins, des évènements incroyables ou anodins font en sorte que leurs vies basculent peu à peu. Julie, danseuse en mal d'amour, accueille chez elle Boris, scientifique égocentrique, qui ne vit que pour ses expériences sur les poissons; Michel et Simon, les deux « frères » si discrets, qu'on ne voit jamais ensemble, ouvrent leur porte à Alexis, leur voisin homophobe.
    Face à l'adversité, des liens se créent; face au froid, l'entraide, la solidarité et l'altruisme enflamment les coeurs. Notre héros, lui, ne sait pas trop où le ciel veut en venir jusqu'au moment où son père, victime d'une mauvaise chute à cause du verglas, n'a d'autre solution que de réintégrer le toit familial, les deux bras dans le plâtre. Le Grand verglas va progressivement changer la vie de tous les habitants de cette rue, pour le meilleur.
    Un roman au ton simple et chaleureux où l'humour ponctue chaque phrase. Un roman qui nous révèle une face cachée rafraîchissante de l'humanité. Un roman rempli d'espoir et de chaleur... sous quelques bons centimètres de glace.

  • Après avoir rêvé d'une carrière de comédien, Dan Bellanger est aujourd'hui agent immobilier à Trois-Rivières, en périphérie de Montréal. Il mène une existence paisible avec sa femme Zoé, dont il est follement amoureux, et leur fils. Contre toute attente, sa vie bascule lorsqu'à plus de 6 000 km de là, en banlieue parisienne, un octogénaire provoque accidentellement l'explosion de son pavillon, révélant des ossements humains emmurés des années auparavant. Quelques jours plus tard, Dan reçoit un message via Facebook d'une certaine Liette. Tout un pan de sa vie resurgit et avec lui un douloureux secret trop longtemps gardé. Il aura vingt-quatre heures pour échapper à son passé.
    Explorant le thème de la culpabilité, L. était si jolie est un suspense implacable, mêlant habilement vengeances et coïncidences, qui tiendra le lecteur en haleine jusqu'à la dernière page.

  • Martin Gagnon, célibataire endurci, revient à Montréal le soir du réveillon de Noël 1988 alors que personne ne l'attend et qu'il n'attend plus rien de personne. Dans l'hôtel vide où il débarque, de strictes consignes ont été données au personnel: pas d'alcool, pas de femmes, pas de fête pour le turbulent hockeyeur, chassé sept ans plus tôt par le Canadien pour une frasque nocturne de trop. Pour l'ancienne gloire locale, la nuit promet d'être longue, très longue. Mais c'est sans compter les hasards de la vie, qui peuvent parfois nous offrir d'incroyables surprises... Résigné à tuer le temps entre sa chambre d'hôtel et la banquette arrière d'un taxi à la recherche d'amis perdus, Martin Gagnon fait une rencontre inattendue qui va peu à peu illuminer cette nuit jusqu'à en devenir la plus belle de sa vie. Mais est-ce bien le hasard qui a présidé à cette rencontre? N'est-elle pas le fruit d'une soirée que Martin Gagnon voulait oublier quand il a quitté Montréal? Et s'il était père sans l'avoir jamais su? Un roman qui vous accroche le coeur, où l'émotion côtoie l'humour et la tendresse à travers mille rebondissements cocasses sur le thème de l'instinct de paternité. Une petite philosophie du bonheur dans la même veine que Le froid modifie la trajectoire des poissons.

empty