Sciences humaines & sociales

  • Les identités sociales et individuelles ne sont jamais fixées une fois pour toutes. Elles se transforment au gré de la mémoire et de la perception qu'on a de soi et de l'autre à travers les images et les traces mnésiques qui sous-tendent le discours social et les pratiques esthétiques, constitutives d'un état toujours transitoire d'une culture donnée. Tout énoncé identitaire s'inscrit dans le récit verbal ou visuel qu'on fait de son expérience perceptive, de nature polysensorielle, et de son expérience mnésique, consciente ou inconsciente, de sorte qu'on ne peut parler d'identité sociale ou individuelle sans faire appel à la notion d'« identité narrative », qui montre comment le sujet se situe par rapport aux autres et à lui-même dans le temps et dans l'espace réels ou imaginaires à travers ses perceptions et ses remémorations ou ses oublis et ses aveuglements.

    Qu'il s'agisse d'oeuvres littéraires aussi diverses que celles de Naipaul, Gary, Michaux, Mallarmé, Volodine, Gracq, Rushdie, Aquin ou Sebbar, de textes testimoniaux essentiels comme ceux de Levi, Lanzmann, Zweig et Rivers ou de témoignages d'analysants anonymes, d'expériences singulières du temps et de la perception abordées d'un point de vue philosophique, d'oeuvres d'art aussi variées que celles de Georges Rousse, Sophie Calle, Pipilotti Rist, Sylvie Blocher ou Massimo Gerrera, d'espaces réels ou imaginaires comme ceux de New York, d'Istambul ou de l'île aux Basques, intriqués dans des récits, des mémoires et des perceptions toujours hétérogènes, les pratiques historiques et esthétiques de notre modernité tardive exposent avec force la fragilité de nos identités individuelles et collectives, dont les textes rassemblés ici tentent de dresser le portrait en esquissant du même coup ce que devient le sujet contemporain, à l'heure où les grands récits de fondation sont en train de s'effondrer.

  • Ce numéro d'­Histoire Québec­ s'amorce avec les « Confidences d'un historien », un entretien réalisé par Jeannine Ouellet, rédactrice en chef, avec Jacques Mathieu, professeur émérite de l'Université Laval, chercheur spécialiste de la Nouvelle-France et des mémoires collectives et écrivain de nombreux ouvrages. En couverture, l'église Notre-Dame de-la-Présentation de Shawinigan illustre le document de Violaine Héon sur Ozias Leduc, peintre choisi pour décorer le lieu en 1941. Le numéro se poursuit avec, entre autres, un article sur l'itinéraire politique de Barthélemy Joliette par Pierre Desjardins et un texte de Stéphan Garneau sur les mines d'amiantes thetfordoises ayant courtisé les industries du IIIe Reich.

empty